Mercredi, 17 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Sonny Issues: Grossesse sympathique

    Yan est attablé au restaurant et attend sa date. Comme toujours dans ce genre de circonstances, il se permet de prêter l’oreille aux conversations autour de lui. Double déformation professionnelle de médecin : il est intéressé par la vie intime des autres et il ne se sent absolument pas mal d’y faire intrusion, tant dans le cabinet de consultation qu’à l’extérieur. D’autant que la table d’à côté est occupée par une femme enceinte et son amie et que la première confie à la deuxième tous ses symptômes de deuxième trimestre. En tant que gynécologue-obstétricien, son attention est forcément captée.

    Même l’arrivée de Richard ne l’en divertit pas tout à fait. Confiant en ses capacités de multitâches, il laisse le quart de son audition trainer à sa gauche et en concentre les trois quarts devant lui. Mais sa vue, elle, est entièrement braquée sur son vis-à-vis. Vu la qualité de ses photos de profil, il s’attendait à être déçu en personne; il est donc agréablement surpris que sa beauté ne soit pas qu’un artéfact d’appareil-photo.

    Ils se parlent de tout et de rien : leur quotidien ces temps-ci, leur travail, leurs amis, leur famille, leur passé. Chacun se sent à l’aise d’évoquer ses ex en l’assumant pleinement et en ne voyant pas la nécessité de les cacher. À la table d’à côté, la femme enceinte se désole à l’idée de devoir mettre sur la glace sa carrière d’avocate à peine commencée pour le congé de maternité. En parallèle, son conjoint – qui a commencé en même temps qu’elle au même cabinet – pourra continuer de se faire valoir et de progresser. «Le comble, c’est qu’il a même commencé à prendre du poids. Il veut qu’on fasse l’amour tout le long de la grossesse, mais moi, j’ai plus tant envie. Je ne le désire plus… Notre médecin nous a dit que ça arrive souvent. On appelle ça une “grossesse sympathique”.» Yan retient tant bien que mal un sourire. Ah ! ces fausses grossesses masculines… Il en aurait beaucoup à dire, mais évidemment il se retient d’intervenir.

    Cependant, lentement mais surement, il mène sa propre conversation vers le sujet des enfants. Il l’aborde toujours lors de la première rencontre. Il hésite cependant parfois à parler de la manière de les avoir. Car Yan couve le projet de porter lui-même son ou ses enfants. La technique n’est pas encore rendue là, mais elle progresse en ce sens, entre autres sous la pression des trans MTF qui veulent être enceintes. Il se plait cependant à évoquer l’idée aussi souvent que possible. À moitié parce qu’autrement, il sentirait qu’il a honte de son idée ; et à moitié comme un test d’ouverture d’esprit.

    Il ne le mentionne pas nécessairement au premier rendez-vous, surtout s’il souhaiterait coucher avec l’autre personne et ne tient pas à la faire fuir. Il aimerait assurément coucher avec Richard, mais il se dit aussi qu’il lui semble avoir du potentiel pour plus. Un bout de temps, il a appliqué la stratégie de ne pas se dévoiler trop vite, mais il a fini par constater qu’il finissait trop souvent par perdre son temps. Le nombre de fois qu’il revoit une personne n’y change rien. Tous peuvent constater dès les premières minutes de discussion avec lui qu’il a une tête sur les épaules, et toute une d’ailleurs. L’idée de la grossesse masculine est troublante en soi, peu importe qui la propose; c’est elle qui peut faire fuir, pas lui. Désormais donc, pour voir si une personne qui lui semble avoir de l’avenir pour une relation amoureuse peut convenir, il préfère en parler le plus tôt possible.

    «Aimerais-tu avoir des enfants?» demande Yan de but en blanc. «Oui, j’aimerais bien», répond Richard, d’abord avec un léger froncement de sourcil qui indique qu’il est décontenancé, puis avec un sourire. «Et toi?» «Aussi. Tu remarqueras que les gens qui n’en veulent pas vont rarement poser la question à l’autre.» «Touché, dit Richard. Et tu envisages de les avoir comment? Mère porteuse? Adoption?» «De deux options, choisir la troisième, le relance Yan en inclinant la tête. J’aimerais les porter moi-même.»

    Richard hausse cette fois un sourcil très haut. «Dans une poche, comme un kangourou?» «En quelque sorte, mais dans une poche placée dans mon ventre. Dans un utérus que je me serais fait greffer.» «Et pour l’accouchement…?» «Tu as déjà entendu parler de la césarienne?» «Touché de nouveau», lui concède Richard avec le même sourire qu’au départ. Après la phase de l’incompréhension, il doit être entré dans celle de l’incrédulité : il pense probablement que Yan lui fait une blague. «C’est un projet fréquent parmi les gynécologues-obstétriciens?» Yan tire la langue. «De ce que je sais, je suis le seul homme qui l’envisage – gynécologue-obstétricien ou non. D’habitude, les hommes ne tiennent pas à s’infliger ça. Mais moi, je suis curieux de voir quelle relation on développe avec un petit être qui grandit dans son ventre pendant neuf mois. Et je me dis que c’est l’ultime pas à franchir pour un féministe. La responsabilité de porter les enfants et le fait de subir les hormones qui poussent à en prendre soin sont l’ultime inégalité entre les sexes. Je me sens un devoir d’amorcer le mouvement.»«La chirurgie, les traitements hormonaux… ça doit quand même te massacrer un corps, tout ça. Quoique je ne doute pas que le tien parte avec une longueur d’avance», continue Richard en parcourant Yan de la tête aux pieds avec un clin d’œil. «Charmeur, va! lui lance Yan en balayant l’air de la main. C’est vrai que c’est un gros risque pour moi, et aussi pour un potentiel partenaire qui aurait à vivre ça avec moi. Mais je me dis que si quelqu’un peut le faire, c’est un gynécologue-obstétricien gai. Et on est rares.» «En tout cas, ça donne à réfléchir. L’idée est dérangeante, forcément, parce qu’assez radicale… mais je peux imaginer un monde avec des hommes enceints.» La fréquence cardiaque de Yan diminue d’un coup. Serein, il se dit que Richard passe le test

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité