Mercredi, 17 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Des résolutions au congrès du Parti Conservateur réaffirment l’ADN transphobe du parti 

    Encouragés par des sondages favorables, gonflés à bloc par le discours de leur chef Pierre Poilievre vendredi soir, les délégués conservateurs ont clos leur congrès national samedi à Québec en adoptant une série de résolutions qui sont le reflet de l’ADN de leur formation politique. 

    Par une forte majorité de 69,2 %, les délégués conservateurs ont adopté une résolution visant à encadrer les transitions de genre des mineurs de moins de 18 ans. Ainsi, un gouvernement conservateur interdirait les interventions médicales ou chirurgicales « qui changent la vie des mineurs pour traiter la confusion ou la dysphorie de genre ». La résolution a donné lieu à quelques échanges musclés. « Le Canada nous regarde », a lancé un délégué qui invitait ses pairs à rejeter la résolution qui, de toute façon, concerne un dossier qui relève de la compétence des provinces. Mais une autre déléguée a insisté pour dire qu’il était crucial de « protéger nos enfants ». 

    Une autre résolution qui a soulevé les passions visait à mettre fin à la politique de discrimination positive dans le financement des chaires de recherche. Elle a été adoptée à une écrasante majorité : 94,6 %. Un délégué a plaidé en faveur de son adoption en affirmant qu’il était urgent de « sortir l’idéologie woke de la politique ». Dans la même veine, les délégués ont adopté une résolution pour interdire les ateliers sur l’inclusion, la diversité et l’équité, qui a reçu un appui massif de 81,5 %.

    Sans surprise, les délégués conservateurs, à une forte majorité (95,2 %), réclament l’abolition de la Loi sur les nouvelles en ligne. Cette loi (C-18) a été adoptée en juin par le gouvernement Trudeau et oblige les géants numériques à verser une redevance aux médias canadiens s’ils partagent les nouvelles qu’ils produisent sur leurs plateformes. Cette loi a donné lieu à un bras de fer entre les géants du web et le gouvernement fédéral. En guise de protestation, Meta a décidé le 1er août de bloquer l’accès aux nouvelles au Canada. Google, qui s’oppose aussi à cette loi, songe également à le faire. Pierre Poilievre a déjà promis d’abolir la loi, considérée par ses délégués comme « une atteinte à la liberté d’expression ».

    Cela dit, il n’y a aucune garantie que Pierre Poilievre va les inclure dans le programme électoral du Parti conservateur. Il a déjà fait savoir qu’il n’était pas tenu d’en tenir compte. Mais on l’a vu aller parfois plus loin dans ses déclarations… 

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité