Dimanche, 19 mai 2024
• • •
    Publicité

    Mise en chantier des travaux au Monument national 2ELGBTQI+

    Mercredi 1er mai avait lieu la première pelletée de terre sur le site du Monument national 2ELGBTQI+, à Ottawa. Intitulé Coup de tonnerre, ce monument témoignera de la discrimination subie par des générations de personnes 2ELGBTQI+ à travers l’histoire du Canada, depuis les origines coloniales de l’homophobie, de la biphobie et de la transphobie jusqu’à la cruauté de l’État canadien pendant la purge LGBT. Il célébrera aussi la résilience des communautés queers et trans, et servira d’inspiration pour le chemin qu’il reste à parcourir au Canada.

    Le promoteur du projet, le Fonds Purge LGBT, a souligné ce moment historique en compagnie de membres des communautés 2ELGBTQI+, de personnes ayant survécu à la purge LGBT, de l’équipe derrière le concept du monument et de porte-paroles de la Nation Anishinabe Algonquine et du gouvernement du Canada. Des leaders et Aîné∙es autochtones, Pascale St-Onge, ministre de Patrimoine canadien, et Michelle Douglas et Martine Roy, respectivement directrice exécutive et présidente du Fonds PurgeLGBT, y ont prononcé de percutantes allocutions.

    Pour Michelle Douglas, directrice exécutive du Fonds Purge LGBT, « le Monument national 2ELGBTQI+ est un emblème de résilience, de détermination et d’espoir. Il n’est pas érigé seulement pour les gens qui ont survécu à la purge LGBT, mais bien pour toutes les personnes 2ELGBTQI+ au Canada qui ont subi de la discrimination et qui ont été marginalisées du simple fait d’être, d’aimer et de s’exprimer à leur façon. Tellement de gens y ont mis de leur cœur, de leurs réflexions et de leur vécu. Merci aux milliers de membres de la communauté qui ont contribué à en faire ce qu’il est aujourd’hui. Droit, queer et fier de l’être, ce monument est pour tout le monde et nous donne un espace où écrire les prochaines pages de notre histoire. »

    « Aujourd’hui, avec cette première pelletée de terre, nous rendons hommage aux personnes qui ont ouvert la voie aux membres des communautés 2ELGBTQI+, comme moi» a déclaré Pascale St-Onge, ministre de Patrimoine canadien. «Ce monument sera un point d’intérêt où tout le monde au Canada pourra se recueillir, s’informer et se laisser inspirer. Même s’il s’agit d’un lieu célébrant les progrès réalisés, il reste du travail à faire pour en arriver à un monde sûr et équitable dans lequel chaque être humain peut être lui-même et aimer qui il veut. Ce monument est un pas de plus vers un Canada où la diversité et l’égalité illumineront notre avenir et triompheront face à la haine. »

    « Je suis de celles qui, comme bien d’autres femmes queers, ont été injustement arrêtées et interrogées, puis exclues des Forces armées canadiennes pour cause d’indignité» a poursuivie Martine Roy, présidente du Fonds Purge LGBT. « Ce traumatisme m’a incitée à me battre jusqu’au bout pour pouvoir être moi-même au travail et permettre à d’autres de faire de même. En ces temps où la discrimination et la haine à l’endroit des personnes 2ELGBTQI+ gagnent en visibilité, Coup de tonnerre se veut un symbole du chemin que nous avons parcouru. Ce monument commémoratif honorera notre histoire pour des générations à venir. Il sera une lueur pour les personnes toujours contraintes de vivre dans la marge et un phare pour réaliser le changement auquel nous continuerons d’aspirer. »

    Le monument Coup de tonnerre est érigé sur le territoire traditionnel non cédé de la Nation Anishinabe Algonquine, à deux pas du pont du Portage et de la rue Wellington, sur les berges de la rivière des Outaouais; il doit être inauguré à l’été 2025. Chapeauté par le Fonds Purge LGBT, le projet est réalisé en collaboration avec le ministère du Patrimoine canadien et la Commission de la capitale nationale. Les fonds utilisés à cette fin proviennent du règlement, en 2018, d’un recours collectif contre le gouvernement fédéral. L’action avait été intentée par des personnes ayant survécu à la purge LGBT, une campagne gouvernementale orchestrée des années 1950 jusqu’au milieu des années 1990 pour systématiquement pourchasser, harceler et congédier les membres 2ELGBTQI+ des Forces armées canadiennes, de la GRC et de la fonction publique fédérale. Le monument est financé à partir des fonds qui n’ont pu être versés aux victimes dont le décès a précédé le règlement. 

    Coup de tonnerre a été conçu par le cabinet winnipegois Public City Architecture, l’Aîné Albert McLeod et les artistes Shawna Dempsey et Lorri Millan. Au cœur d’un parc paysager, une colonne massive se fracturera sous la pression d’un nuage qui s’élève en son centre, à l’image des communautés 2ELGBTQI+ qui se sont soulevées pour renverser les obstacles et réclamer justice et égalité. Les milliers de miroirs qui en tapissent l’intérieur symboliseront la multiplicité des identités et rappelleront à notre mémoire les personnes queers disparues trop tôt. Le cumulus ainsi représenté évoquera les esprits du tonnerre tirés des enseignements anishinabe – des esprits qui, par leurs tempêtes, régénèrent le territoire et rétablissent l’équilibre.  

    Les membres de la communauté 2ELGBTQI+, y compris des personnes ayant survécu à la purge et des Aîné·es autochtones queers, ont participé par milliers à la création du monument et des textes qui l’accompagnent. 

    Organisme sans but lucratif, le Fonds Purge LGBT a été constitué en 2018 pour administrer les projets de commémoration et de réconciliation réalisés en vertu de l’accord de règlement d’un recours collectif en lien avec la purge LGBT. Il a notamment la responsabilité d’édifier le Monument national 2ELGBTQI+, qu’il finance à hauteur de 14 millions de dollars à titre de promoteur du projet. Le Fonds travaille par ailleurs avec Patrimoine canadien et la Commission de la capitale nationale pour voir à ce que le monument est réalisé dans le respect des objectifs précisés dans l’accord de règlement et qu’il incarne la vision définie en collaboration avec les personnes ayant survécu à la purge et l’ensemble de la communauté 2ELGBTQI+ au Canada.

    La purge LGBT fait référence à une période allant des années 1950 au milieu des années 1990, pendant laquelle le gouvernement du Canada a systématiquement pourchassé, harcelé et congédié les membres 2ELGBTQI+ des Forces armées canadiennes, de la GRC et de la fonction publique fédérale. Aujourd’hui connue sous le nom de « purge LGBT », cette campagne discriminatoire a été orchestrée aux plus hauts échelons de l’État pour de prétendues questions de sécurité nationale. Des milliers de vies ont été ravagées par cette purge, qui n’a officiellement pris fin qu’au terme d’une poursuite contre le gouvernement du Canada en 1992. Les personnes survivantes ont attendu des décennies, soit jusqu’en 2018, pour obtenir une certaine justice en remportant un recours collectif contre le gouvernement fédéral. Leur mémoire demeurera bien vivante à même ce monument.

    Pour plus de détails sur le monument : https://www.monumentcoupdetonnerre.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité