Mercredi, 24 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Hôte de l’Europride, la Grèce voit une augmentation de la haine en ligne contre les LGBT +

    Quatre mois après la légalisation du mariage pour tous en Grèce, les discours de haine sur internet visant la communauté LGBT + sont en recrudescence dans ce pays qui accueille pour la première fois l’Europride.

    Organisée dans une ville européenne différente chaque année, l’Europride se déroulera de vendredi jusqu’au 29 juin à Thessalonique (nord), “un symbole de l’unité des LGBT + face à des défis importants”, selon les organisateurs.

    Au centre des célébrations durant lesquelles 30.000 personnes sont attendues, la légalisation en février du mariage et de l’adoption par les couples de même sexe qui a fait de la Grèce le premier pays chrétien orthodoxe à adopter une telle réforme.

    Mais malgré cette avancée importante pour leurs droits, les militants LGBT + déplorent l’augmentation des discours de haine sur les réseaux sociaux.

    ”Le mouvement LGBT + grec n’est pas encore accepté aussi directement et automatiquement qu’en Europe occidentale ou septentrionale”, affirme à l’AFP Apostolis Karampairis, directeur de l’Europride 2024.

    Maria Katsikadakou (MariaCyber), figure de proue du mouvement lesbien grec, assure que malgré la loi récente, “nous avons encore de nombreux combats à mener”.

    Europride Thessalonique 2024

    Famille “traditionnelle”
    La cellule de Fact-check de l’AFP a constaté ces derniers mois une prolifération des affirmations fallacieuses sur les réseaux sociaux qui visent à dépeindre les droits des parents de même sexe comme étant injustement imposés à la société grecque toute entière.

    De fausses affirmations sont diffusées avec l’idée que les familles LGBT + constituent une menace pour la famille “traditionnelle” grecque, pilier d’une société où la religion orthodoxe exerce une grande influence.

    Peu après l’annonce en janvier du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis de son intention de légaliser le mariage pour tous, une publication sur Facebook devient virale.

    Elle affirme à tort que le producteur et distributeur laitier Delta a supprimé le visage d’une mère apparaissant avec sa famille sur ses packs de lait.

    Mais l’allégation est fausse car l’illustration montrant en fait un père et sa fille n’était que l’une des nouvelles illustrations choisies par l’entreprise.

    L’Association internationale LGBT + (ILGA Europe) déplore “une nette augmentation des déclarations transphobes et des discours de haine de la part de personnalités publiques et d’hommes politiques dans toute l’Europe, y compris en Grèce”, selon sa porte-parole Katja Stefanec Gartner.

    Ce discours émanant surtout des hommes politiques et des dignitaires religieux grecs reste un problème important, selon cette organisation dans son rapport 2023.

    Elle cite ainsi un communiqué de prêtres orthodoxes qualifiant les relations entre personnes de même sexe de “perversion”.

    Despina Chronaki, maître de conférences en journalisme à l’université d’Athènes, explique que la puissante Église orthodoxe considère les personnes LGBT + comme une “menace” pour la norme hétérosexuelle dominante.

    ”Lors du vote de la loi (sur le mariage pour tous) le débat public et le discours de haine anti-LGBT + s’est intensifié”, observe-t-elle.

    Europride Thessalonique 2024

    Drapeau sur les hôtels
    En mars, des messages sur les réseaux sociaux ont comparé de manière trompeuse le récent rejet par une majorité d’Irlandais d’un projet qui voulait élargir le concept de famille au-delà du mariage et effacer le rôle prioritaire des mères à assurer les “devoirs domestiques” dans un foyer à la loi grecque sur le mariage et l’adoption des couples de même sexe.

    Si l’Irlande a voté “non” lors de ce référendum, le mariage homosexuel y est légal depuis 2015.

    D’autres fausses affirmations sont liées aux recommandations du ministère grec du Tourisme qui a suggéré aux hôtels d’arborer le drapeau arc-en-ciel en signe de bienvenue aux touristes LGBT +.

    Mais la proposition a été déformée sur les réseaux sociaux : certaines publications ont affirmé que le gouvernement grec “avait ordonné” de hisser le drapeau LGBT +, ce qu’a démenti la Chambre hellénique des hôtels.

    La plupart de ces fausses informations ont été largement partagées par des dirigeants ou sympathisants ultraconservateurs et des cercles proches de l’Eglise orthodoxe grecque, comme Kyriakos Velopoulos, chef du parti nationaliste Elliniki Lysi (Solution grecque) et Afroditi Latinopoulou, présidente du nouveau parti nationaliste Foni Logikis (La voix de la raison), élue récemment députée européenne.

    Thessaloniki Ready to Welcome More Than 40K Visitors for EuroPride 2024 -  tovima.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité