Samedi, 27 novembre 2021
• • •
    Publicité
    AccueilCultureLivresMichael Tolliver Lives (Tales of the City)

    Michael Tolliver Lives (Tales of the City)

    Dix-sept ans après la publication du dernier volet des Chroniques de San Francisco (Tales of the City), voilà qu’Armistead Maupin nous propose un nouvel opus des aventures savoureuses de Michael Tolliver (Mouse, pour les intimes).

    Lorsque nous avions quitté les résidents du 28, Barbary Lane, Michael avait été diagnostiqué séropositif et faisait face à ce qu’il croyait être une mort prochaine. L’arrivée de multiples médicaments et des trithérapies lui permettent maintenant de vivre une vie normale avec une aide ponctuelle du côté du Viagra. Après tout, il a maintenant un amant qui a vingt ans de moins que lui!

    Brian, son meilleur ami hétéro, doit faire face à sa fille qui, comme sa mère, désire faire carrière dans le milieu journalistique et quitter San Francisco pour New York. Madame Madrigal, maintenant âgée de 85 ans, demeure, quant à elle, toujours auréolée d’une atmosphère mystérieuse.

    Un nouveau personnage, tout à fait craquant, apparaît également dans ce nouvel opus à l’aide d’une carte de visite sur laquelle on peut lire : «Jake Greenleaf, New man». Il s’agit, en l’occurrence, d’un homme trans qui a toutefois pris la décision de ne pas subir de chirurgie pour obtenir un pénis considérant les risques trop élevés.

    Lui-même attiré par les hommes, on suit son périple parfois difficile dans le milieu gai. On peut, par ailleurs, regretter que le personnage n’ait pas été développé plus à fond tant son cheminement est fascinant et touchant à la fois! Peut-être un prochain volume?

    Contrairement aux ouvrages précédemment où chacun des personnages avait la parole au fil des chapitres, celui-ci est résolument plus orienté autour de Michael, en particulier au niveau de ses relations difficiles avec sa famille, dont une mère fondamentaliste chrétienne qui est mourante et auprès de laquelle il doit se présenter.

    Trêve d’inquiétudes : le roman ne se veut pas larmoyant mais, au contraire, comporte un florilège de moments cocasses qui vous feront sourire ou rire aux éclats. Bref, après des années d’attente, nous avons enfin l’occasion de renouer avec des amis chers, avec un univers qui a bouleversé l’imaginaire de la communauté gaie et lesbienne.

    Michael Tolliver Lives (Tales of the City) / Armistead Maupin. New York : Harper Collins, 2007. 278p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    Publicité