Mercredi, 30 novembre 2022
• • •
    Publicité

    Le début d’un temps nouveau (sur l’air de I Will Survive)

    Au début j’avais pas peur, de l’attraper, on nous disait, c’est comme une grippe, pis moi chu en santé, et puis le temps a passé, la situation s’est aggravée, maudit bonyenne, on nous a mis en quarantaine, Covid-19, pour qui tu t’prends, non mais dis-moi, où c’que tu t’crois, on entre pas chez l’monde comme ça, à cause de toi, chu enfermée, à cause de toi, j’peux pus frencher y’est pas question, mon sacripant, que je manque un autre printemps…


    Bien le bonjour mes chéris. Et pis, comment ça va le confinement? Vous êtes rendus à combien de paire de pantoufles de Phentex tricotées? Moi la pandémie ça me rend créative, je chante (mais pas dans un karaoké), je danse (mais pas sur la scène de mon cabaret), je peins (des animaux drag queen) et je bricole, (je recouvre des abat-jours avec des bouchons de liège). Ça me détend. Mais c’est pas ça qui me fait oublier qu’on est encore pogné dans un vortex d’éternel recommencement qui fait qu’on a l’impression de rejouer dans le même épisode de Star Trek depuis deux ans. Malgré mon optimisme légendaire, là ça va faire, la madame est pus contente pantoute! Et je ne pense pas me tromper en disant que beaucoup d’entre nous voudraient envoyer su’l yable les deux dernières années. Disons qu’on commence à en avoir pas mal soupé de faire des sacrifices.

    Si ça continue, bientôt j’aurai pus de place sur les bras pour recevoir mon vingtième vaccin! Mais je respire par le nez, un luxe que je savoure, en ces temps difficiles. Ça va ben aller comme disait l’autre! Si vous me le permettez, je vais faire un petit aparté ici pour saluer le travail acharné de ceux et celles qui se dévouent corps et âme pour nous rendre la vie plus agréable; que ce soit une infirmière, un bénévole, un éducateur, un chauffeur d‘autobus, un livreur de la SAQ ou Damien Robitaille. Merci également à tous ceux et celles qui ont respecté les consignes sanitaires, pas toujours évidentes à comprendre, je vous l’accorde. J’avoue que c’est chiant le couvre-feu, les soupers toute seule devant la télé, le port du masque et le lavage de mains aux deux minutes. Mais y paraît que c’est le minimum que ça prend pour éviter que la méchante bibitte se répande dans la population comme une invasion de morpions. La bonne nouvelle dans toutes ces mesures drastiques, ça fait deux ans que j’ai pas pogné le rhume ou l’herpès buccal !

    Mais trêve de bavardage, je ne reviens pas faire mon tour dans les pages en beau papier glacé de Fugues comme prophète d’un malheur qui est déjà ben assez malheureux de même. Je vais plutôt me faire porteuse d’espoir et me transporter dans un futur beaucoup plus réjouissant, car, oui mes chéris, ça va ben finir par finir c’te maususse de pandémie-là! Oh que oui, il n’est pas si loin le temps nouveau où nous retrouverons la joie de se rassembler entre amis ou en famille, dans nos maisons, au restaurant, au cinéma, au sauna ou dans les douches du gym. Ce n’est pas un virus, aussi dévastateur soit-il, qui nous empêchera à jamais de rire, de chanter, de danser, de frencher et de s’envoyer en l’air.

    Mais attention, après cette longue absence de contacts humains et de rassemblements, il faudra réapprendre à bien se comporter en société avec décence et convenance. C’est pourquoi je me suis permise de vous dresser une liste exhaustive de comportements de bienséance à respecter pour être bien préparé à votre première vraie sortie après Covid.

     
    BIENSÉANCE APRÈS COVID-19

    1- Tout d’abord, pour ceux et celles qui voudront à nouveau recevoir à la maison, la chose la plus importante, c’est l’accueil. Si ça fait deux ans que t’as pas fait le ménage, sors la moppe pis le Monsieur Net et assure-toi que ça sente bon chez vous. Mettre du pot-pourri dans toutes les pièces, c’est pas assez pour masquer l’odeur de vieux bas mouillés. Et croyez-moi, y’a rien de pire que quand tu rentres chez quelqu’un pis l’odeur de plug-in à la vanille te pogne à la gorge.

    2- Pour les invités, on demande toujours si on doit enlever ses souliers, en entrant, pas quand t’es rendu évaché sur le divan avec tes runnings pleines de bouette.

    3- Ensuite, il est de mise d’apporter un cadeau d’hôtesse: du vin, des fleurs, du chocolat, un p’tit panier Yves Rocher par exemple. Mais la caisse de 12 que tu vas boire tout seul toute la veillée n’entre pas dans la catégorie cadeau d’hôtesse.

    4- Et de grâce, habillez-vous comme du monde. Surtout les gars, faites un p’tit effort. Un kit de jogging, ça le dit, c’est pour faire du jogging, pas pour un souper dans la belle cuisine de style Jean Airoldi de matante Lucille.

    5- Pis les filles, je l’sais qu’une belle grosse robe à paillettes ça fait chic, mais quand c’est rendu que la chatte fait ses griffes après ta jambe c’est que c’est peut-être un p’tit peu too much.

    6- Très important, la propreté de la maison qui reçoit est primordiale:
    « Lave ton lavabo de salle de bains ». J’veux pas voir ton crachat de pâte à dents quand j’me lave les mains. Pis Dieu sait que je vais me les laver souvent.

    7- Et les gars, allez-vous comprendre qu’un couvercle de bol de toilette ça se referme! Un p’tit conseil, si vous savez pas viser, pissez donc assis.

    8- Et arrêtez de vouloir aider l’hôtesse, vous êtes dans les jambes plus que d’autre chose. Anyway, y’en a pas de patates à éplucher, sont déjà dans le four, pis les brochettes sont déjà en train de rôtir su’l barbecue. Si vous voulez aider tant que ça, faites donc la vaisselle après le souper, vous serez à peu près certains de vous faire offrir un deuxième digestif.

    9- Oui tu peux complimenter ton hôte sur sa belle grande cour, mais t’es pas obligé d’ajouter: ouen belle grosse piscine, beau kit de patio, beau cabanon, belle haie de cèdres mais ton gazon commence à être long (rire de cochon).

    10- Ah oui, si t’as aucune connaissance du sujet qui se discute à table, essaie pas de donner ton avis forgé sur une chronique de Richard Martineau. C’est pas parce que t’as une opinion sur toute qu’on veut t’entendre dire n’importe quoi.

    11- Et de grâce parle quand c’est à ton tour de parler. Arrête de couper tout l’monde en disant : oui mais moi j’pense que… hey ti-gars, on s’en contre-suce le gros orteil de savoir c’que tu penses!

    12- Pis baisse le ton quand t’es rendu à ta sixième bière. Pas parce qu’on est encore assis à 2 mètres de distance que chu devenue sourde tout à coup.

    13- Et en terminant, quand ça fait 2 heures que vos hôtes vous baillent dans face en disant : ouen ben c’est ça qui est ça…ça veut dire : bye bye la visite, chez nous c’est pas un bed and breakfast!

    Alors si vous respectez ces quelques petites règles de bienséance, vous êtes assurés d’être l’invité que tout l’monde veut avoir à son party…quand évidemment, Covid-la-bitch nous le permettra! En attendant, c’est avec le cœur rempli d’espoir que je nous souhaite tout de même une année 2022 sereine, en santé et en gang-bang! Libérés, délivrés…

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    00:04:36
    01:17:31

    L’apéro avec Mado

    Publicité