Dimanche, 25 septembre 2022
• • •
    Publicité
    AccueilDestinationsAmérique LatineSéjourner à Valladolid pour découvrir le Mexique autrement

    Séjourner à Valladolid pour découvrir le Mexique autrement

    La pandémie complique encore les voyages, mais on peut quand même rêver de se faufiler à l’étranger entre deux vagues de Lady Corona. Tant qu’à nous imaginer sous les chauds rayons du soleil mexicain, pourquoi ne pas considérer autre chose que les destinations de tout-inclus et prendre une pause de la délicieusement LGBTQ+ friendly Puerto Vallarta en considérant un séjour à Valladolid, un petit joyau au cœur du Yucatan?


    Si vous êtes friand.e.s de tout-inclus et de retraites de yoga, vous avez probablement séjourné à quelques kilomètres du Yucatan, en vous posant à Tulum, Cancún ou Playa del Carmen, et en participant à une expédition sur les ruines de Chichen Itza. Néanmoins, la région du Yucatan est méconnue. Quand on parle aux locaux, on comprend rapidement que le secteur est à leurs yeux représentatif du « vrai Mexique », contrairement aux cités touristiques bâties au cours des dernières décennies.

    Loin de nous l’idée de juger l’envie des touristes de déconnecter sur une plage et de n’avoir aucune autre ambition que de savourer la nourriture mexicaine avec un verre à la main, mais comme les voyages culturels ne cessent de gagner en popularité, nous avons fait un tour au cœur de la civilisation maya pour vous présenter quelques incontournables. D’entrée de jeu, il importe d’écrire que la péninsule n’est pas un territoire sur lequel on croise des montagnes impressionnantes, des lacs et des rivières. Région plate reconnue pour une agriculture peu présente, en raison de la faible qualité des sols, le Yucatan est le théâtre de lieux historiques, d’espaces culturels et d’arrêts nature qui valent le détour. Premier arrêt : la ville de Valladolid, une ancienne cité maya avec laquelle il est difficile de ne pas tomber en amour. Sans être aussi grosse que Mérida (dans le nord-ouest de la péninsule), assurément moins fréquentée – et disons-le moins dangereuse – que Cancún, et étrangement peu connue des Québécois, Valladolid est l’un des secrets les mieux gardés du Mexique.

    Le site archéologique de Ek’ Balam

    Explosion de couleurs!
    Le centre est fait de bâtiments historiques peints de couleurs éclatantes. Le simple fait de déambuler dans la ville en faisant des arrêts dans un café, une boutique d’artisanat ou de vêtements dernier cri, emplira votre cœur, vos yeux (et votre compte Instagram) de merveilles. Le Parque central, surplombé de l’église San Servacio, est charmant le jour et absolument irrésistible en soirée, alors que les habitants s’y promènent, discutent sur les bancs du parc, enfilent des glaces et des crêpes mexicaines. En marchant quelques minutes, vous pourrez également admirer le couvent de San Bernardino, au bout de la Calzada de los Frailes. Lorsque vous voudrez vous reposer, vous nourrir ou simplement prendre un breuvage, prévoyez un arrêt à La Casona, un vaste établissement d’une beauté éblouissante!

    Puisque la ville d’environ 50 000 habitants est située au centre des activités de la région, vous éviterez de refaire vos bagages tous les soirs et de changer d’hôtel jour après jour. Parlant d’hébergement, on vous conjure de réserver une ou plusieurs nuitées au Zentik Project, un hôtel doublé d’un centre de thalassothérapie qui a fait vriller notre cerveau dès notre entrée. Fait de jolies chambres isolées les unes des autres, doté d’une piscine creusée accessible 24h sur 24, agrémenté de toiles et de murales sur pratiquement tous les murs, l’endroit vaut spécialement le détour pour les hot springs au sous-sol d’un de ses édifices, à six mètres du sol. Il se peut que nous ayons envisagé ne jamais en sortir et ne plus jamais revenir au Québec… Bref, chaque minute passée dans cet établissement nous donnait l’impression d’être dans l’incarnation de la chanson Besame Mucho. Si l’image ne vous semble pas très claire, réécoutez la chanson et savourez la détente désinvolte qui vous habitera pour mieux comprendre.

    À moins d’une heure de Valladolid, se trouve le site archéologique Ek’ Balam, des ruines maya qui ne sont pas dégoulinantes de touristes comme celles de Chichen Itza. L’ascension des centaines de – grosses – marches vous permettra non seulement de muscler votre popotin et de désencrasser vos artères, mais également d’avoir accès à une vue des plus inspirantes. Si vous êtes en mode aventurier, on vous invite à faire un détour à la Cenote Selva Maya, un vaste complexe familial doté d’un zip lin qui survole une portion de la jungle.

    En compagnie de plusieurs journalistes du monde entier, nous avons eu la chance de découvrir en exclusivité la réserve de Xibalbà, qui devrait ouvrir au grand public en juin 2022. Difficile de trouver les mots pour décrire la splendeur des lieux. Composée de 10 cenotes aux variations de bleu et de vert d’une beauté irréelle (dont une dans laquelle il sera possible de faire du snorkeling en écoutant de la musique sous l’eau), de tunnels dans lesquels tout le monde se perdrait après deux minutes sans un guide fort expérimenté, d’un zip line permettant de se la jouer Indiana Jones, d’un vieux train qu’on fait avancer avec du bon vieux jus de bras et d’un restaurant campé dans une ancienne chapelle, l’endroit semble sorti tout droit d’un film de science-fiction.

    Comme si c’était impossible que ce soit vrai. C’est si beau qu’on a presque mal au cœur d’imaginer que le sol de cet espace naturel et historique sera foulé par environ deux milles visiteurs par jour et que l’expérience sera teintée d’une aura de parc d’attractions, avec entre autres la reconstitution d’un village maya. La réserve de Xibalbà est si jolie qu’on ne peut que vous déconseiller de la visiter, mais avec un énorme pincement au cœur.

    Pour accéder au Yucatan en avion, vous pouvez voler de Montréal à Mérida, avant de transiter par la route vers Valladolid, ou voler vers Cancún, en vous éloignant ensuite du secteur ultra touristique. Si vous vous informez sur les dates du March Break américain pour éviter la cohue, on vous suggère un séjour en mars ou en avril, afin de profiter de la chaleur sans canicule.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité