Dimanche, 3 juillet 2022
• • •
    Publicité

    Boléro & Symphonie fantastique : entre mouvements et crescendo

    La Symphonie fantastique de Berlioz est la pièce maitresse de cet hommage de 78 musiciens aux compositeurs français : elle sera suivie du Boléro, le chef-d’œuvre d’inspiration espagnole de Ravel. Ce concert de l’Orchestre FILMharmonique sera placé sous la direction du chef Francis Choinière : cette prestation est presque un événement, car ce sera la seule fois cette saison que ces œuvres emblématiques seront présentées à la Maison symphonique. 


    À propos des œuvres présentées 
    La Symphonie fantastique ouvre le champ au romantisme musical. Grandement influencée par Beethoven, cette première symphonie témoigne d’une réussite et d’une originalité inégalées à l’époque. Mi-autobiographique, mi-fantasmée, l’œuvre transpose l’amour d’un jeune musicien en délire (Berlioz) dont l’obsession pour une femme inaccessible (la comédienne anglaise Harriet Smithson qu’il découvre jouant Ophélie dans Hamlet de Shakespeare) apparait sous la forme d’un thème récurrent, présent dans les cinq mouvements et surnommé « l’idée fixe ». Cette mélodie insistante ne quitte jamais le cerveau bouillonnant de l’artiste, allant même jusqu’à l’obséder et à le pousser à s’empoisonner, sans en mourir : d’une « Marche au supplice » à un fantastique « Songe d’une nuit de sabbat » qui s’achève par une course à l’abime mplacable et irrésistible, toutes les forces de l’orchestre sonnant comme jamais. La création de cette symphonie en 1830 fut triomphale, mais Harriet (la comédienne anglaise), qui refusait les avances de Berlioz, ne le sut pas.

    Ce n’est que deux ans plus tard, invitée par un ami à une représentation de la Fantastique à Paris, qu’elle assiste à la symphonie sans comprendre qu’elle en est LE sujet (ce que le public savait autour d’elle !). Transportée par l’atmosphère incroyable de ce concert, elle accepta de recevoir Berlioz, ils se marièrent et devinrent parents. Et bien que la suite de leur union fut moins heureuse (ils divorceront quelques années plus tard), elle reste l’une des plus incroyables histoires d’amour artistiques…
     
    Le Boléro de Ravel figure parmi les œuvres orchestrales les plus populaires au monde. Une danseuse des Ballets russes, Ida Rubinstein, amie et mécène du musicien, commande à Ravel, déjà célèbre, un ballet à caractère espagnol. Le compositeur choisit de composer une œuvre constituée d’un thème et d’un contre-thème, basée sur un crescendo orchestral ininterrompu. Éternel amoureux de la danse et de l’Espagne, Ravel choisit le rythme du boléro, une danse traditionnelle andalouse, comme pilier de l’œuvre. Dès sa création, le Boléro rencontre un très vif succès, au grand étonnement de Ravel, et devient rapidement célèbre. Indépendamment du ballet, cette version concert trouve son autonomie et s’inscrit parmi les œuvres les plus célèbres de la musique classique. 
     
    L’Orchestre FILMharmonique complètera le programme avec L’Apprenti sorcier de Dukas et des extraits de l’univers magique de Harry Potter.


    INFOS | Boléro & Symphonie Fantastique, le 9 avril, 19 h 30, à la Maison symphonique de la Place-des-Arts. Une présentation de GFN Productions.
    Billets en vente au : 514 842-2112 ou sur le site placedesarts.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité