Samedi, 1 octobre 2022
• • •
    Publicité

    Robert Ouimet n’est plus

    Vendredi 22 avril, le Québec tout entier rendait hommage à Guy Lafleur, l’ex-joueur du Canadien de Montréal. Presque en même temps, Robert Ouimet — DJ parmi les DJ —, décédait lui aussi, alors que toute la communauté LGBT lui rendait hommage sur les réseaux sociaux. Ce producteur, remixeur, DJ et compositeur s’en est parti subitement, il avait 74 ans.

    Robert Ouimet à l’époque du Lime Light

    De 1973 à 1981, tel un maestro, il dirigeait les tables tournantes du célébrissime club Lime Light, club gai par excellence de l’époque situé sur la rue Stanley au centre-ville de la métropole. La légende veut que ce soit Robert Ouimet qui a introduit le disco à Montréal et au Québec faisant ainsi du Lime Light, sous la direction d’Yvon Lafrance, un équivalent du Studio 54 de New York avec ses soirées endiablées où se mêlaient artistes et anonymes…

    «Sacré meilleur DJ en Amérique du Nord par le magazine Rolling Stone en 1976 et DJ de l’année en 1977 par Billboard, sa notoriété avait dépassé les frontières de la province durant l’ère disco […]», rappelait judicieusement vendredi Le Devoir à son sujet. 

    Par la suite, Robert Ouimet fera des apparitions régulières dans plusieurs clubs montréalais, comme le Garage.

    Au cours des décennies suivante, c’est encore Robert Ouimet qui introduit le new wave et ensuite la musique house – musique aux variations et sonorités multiples encore en vogue dans les Circuit Parties gais à travers la planète – , il remportera un prix Juno, en 1994, pour une composition originale house.

    «Son flair pour les bons grooves est devenu au moins aussi légendaire que le Lime Light : le Montréalais se rendait chaque semaine à New York pour dénicher des disques introuvables au Québec et fraterniser avec les collègues DJ américains. On lui attribue d’ailleurs le succès de la chanson The Mexican de Babe Ruth, qu’il fut le premier à faire tourner en discothèque pour ensuite partager sa découverte avec les New-Yorkais Steve D’Aquisto et David Mancuso, célèbre animateur des fêtes au club The Loft», écrit le journaliste Philippe Renaud dans Le Devoir.

    Une soirée au Lime Light avec Grace Jones au Lime Light

    «J’ai appris la triste nouvelle par Christian [Pronovost]. On pense que nos amis sont immortels ! Mais non… J’ai eu la chance de travailler avec Robert [Ouimet] pour les Mundo Disko. Quel grand DJ, il était professionnel et passionné ! Merci de nous a voir partagé ta passion !», a commenté sur les réseaux sociaux le DJ Charles Poulin (qui a longtemps joué au Drague de Québec) et fait partie de plusieurs événements du Black & Blue.

    Jusqu’à récemment, Robert Ouimet collaborait avec le DJ Christian Pronovost pour les événements Mundo Disko.

    Robert Ouimet avait été du documentaire Limelight Montréal filmé, entre autres, par Daniel French. Il participait également à la série D.I.S.C.O. sur la plateforme VRAI de Vidéotron (qui sera diffusée dès le 26 avril prochain), un documentaire avec des artistes tels que Patsy Gallant.  

    «RIP Robert Ouimet déesse du disco et superstar du club Lime Light de Montréal !!! Je ressens une grande gratitude de l’avoir connu et d’avoir joué à ses côtés à plusieurs reprises. Bon voyage Robert ! Je me souviendrai toujours ma rencontre avec lui dans un photoshooting pour la soirée F_ckstar au Sky grâce au DJ Louis C. Costa. C’était les années folles», réagit pour sa part le jeune DJ Jonathan Côté qui n’a pas connu le Lime Light !

    «Robert Ouimet était considéré comme le DJ ayant le plus d’influence à Montréal durant la belle époque [du disco] et commandait littéralement la piste de danse du légendaire club Lime Ligh», de dire l’organisatrice d’événements Kat Coric. «Alors même si beaucoup d’entre nous sommes tristes de la nouvelle de son décès, imaginez un peu tout le party qu’ils auront dans l’au-delà. Let the beat go on ! Repose en paix chère légende jusqu’à ce que nous nous rencontrions à nouveau sur la piste de danse, dans les Cieux.»

    Évidemment, d’innombrables messages de sympathies et de reconnaissance ont envahit les médias sociaux.

    Pour l’instant, rien n’a filtré quant aux obsèques du défunt.

    Toute l’équipe de Fugues tient à offrir ses plus sincères et profondes condoléances aux proches de Robert Ouimet ainsi qu’à ses nombreux fans dans la communauté LGBT.

    Documentaire de la discothèque légendaire le Limelight de Montréal avec Robert Ouimet, Yvon Lafrance, Claude Chalifoux et Steve Gallucio. Réalisé par Patrick Paquin.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    1 COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité