Mardi, 16 août 2022
• • •
    Publicité

    Portraits de famille queer au Musée McCord

    Après des années de militantisme queer artistique qu’il exprime avec son appareil photo, l’artiste transgenre JJ Levine jouit d’une reconnaissance publique méritée avec l’expo d’une cinquantaine de portraits qui se tient au musée McCord jusqu’en septembre.


    Depuis 15 ans, JJ Levine s’intéresse au portrait photographique et remet en question les rôles traditionnels de l’identité de genre à travers des photographies de personnes queer dans des espaces privés et des situations intimes et domestiques.  Au Musée McCord, on découvre une sélection tirée des corpus principaux de JJ Levine, Queer Portraits, Alone Time et Switch.

    En abordant des thèmes comme l’identité, la problématique des genres, la notion de communauté, le rapport vie privée / vie publique, le mode de vie « queer » ou les codes féminins ou masculins déviants, Queer Portraits présente au spectateur un ensemble de sujets qui esquissent, ultimement, un portrait de l’artiste même. Regard intime sur sa communauté, cette série joue sur la tradition du portrait, le symbolisme, la composition et la représentation non normative des genres. Levine photographie ses sujets dans leur environnement privé : ces espaces domestiques révèlent une foule de choses sur leur personnalité et leur lien privilégié avec l’artiste photographe, laissant deviner un code symbolique qui rappelle le portrait classique.


    Alors que les images de Queer Portraits s’appuient sur la vérité photographique, Switch et Alone Time interrogent l’authenticité de l’image photographique en la manipulant. Ces séries exploitent les constructions hétérosexuelles de l’identité et citent les codes performatifs masculins et féminins, pour remettre en question notre participation à l’hétéronormativité de la culture, du comportement et de la représentation. Alone Time dédouble un unique sujet en une paire binaire incarnant les deux genres dans une même pièce (cuisine, salle de bains, chambre, salon) d’après les stéréotypes hétérosexuels du bonheur domestique. Switch nous présente également des « couples » hétérosexuels, cette fois dans le contexte de la photographie traditionnelle du bal de finissants.

    À première vue, les diptyques de Levine nous montrent deux couples distincts. Un examen plus attentif révèle cependant que ces images représentent non pas quatre personnes différentes, mais deux personnes endossant chacune un stéréotype sexuel. Deux fois. Et c’est cette double performance, cette performativité aussi convaincante dans chaque rôle, qui ravit et trouble le spectateur. Clairement, une exposition marquante!.


    INFOS | Au Musée McCord, jusqu’au 18 septembre 2022.

    www.musee-mccord.qc.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité