Mercredi, 28 septembre 2022
• • •
    Publicité

    Love, Victor (Avec amour, Victor), saison 3 : à cheval entre gamineries et maturité

    Hulu, via Disney+, présente la troisième et dernière saison de Love, Victor (Avec amour, Victor) qui apporte enfin une réponse au suspense insoutenable sur lequel les dernières minutes de la saison précédente avaient laissé les spectateurs. Après une course effrénée à travers la ville, Victor se tenait-il devant la porte de Benji ou de Rahim?

    Ce n’est pas vraiment divulgâché que de révéler qu’il frappe bien à la porte de Benji, son copain, et non de Rahim, un nouvel étudiant pour lequel il ressent des atomes crochus, puisque cette découverte survient quelques secondes à peine après l’ouverture de l’épisode. Soyons honnêtes, même si une certaine fébrilité régnait chez les fans de la série, il était peu probable que l’intrigue s’oriente dans une autre direction.

    La saison 2 avait semé certaines intrigues parallèles relativement prometteuses : relation vacillante entre Victor et Benji, triangle amoureux potentiel avec Rahim, alcoolisme de Benji, homophobie pernicieuse de certains parents, questionnement de Lake quant à son orientation sexuelle, problèmes de santé mentale de la mère de Félix, tensions entre les parents de Victor, etc.

    Mais malgré une production qui fait montre d’une certaine audace, les personnages demeurent pour ainsi dire un peu trop blancs comme neige, voire même javellisés, tout au long de la série. Au mieux, ils incarnent une variation légèrement plus corsée de la jeune fille de bonne famille qui demeure immaculée dans l’adversité. 

    Par exemple, Benji rompt avec Victor puisqu’il est sous l’impression que leur relation cahoteuse alimente son problème d’alcoolisme. Esseulé, Victor fait la rencontre de Nick (Nico Greetham) avec qui il se lance dans de frénétiques parties de jambes en l’air. Étrange constat, par ailleurs, que ces rencontres semblent générer un 10 sur l’échelle de Richter alors que celles avec Benji n’avoisinent qu’un tendre 3. Victor est éventuellement convaincu d’avoir contracté une infection transmissible sexuellement, mais ouf! Il s’agit simplement d’une irritation causée par les orties!

    Victor a donc « sombré » dans des baises sans lendemain, mais heureusement son corps demeure intouché par une ignoble bactérie et suite à ce « drame », il décide de retourner à une vision moins échevelée des rencontres masculines. Rien de mal à cela, tel n’est pas le propos, mais cette trame narrative est un peu lassante lorsqu’elle est menée avec d’aussi gros sabots.   

    La série se conclue sans réelles surprises avec une scène romantique, qui fait écho à celle de Love, Simon, où Victor et Benji renouent l’un avec l’autre : leur sentiment amoureux se révélant plus fort que l’adversité! Là où le bât blesse, c’est que le scénario ne respecte pas l’adage si bien formulé par Yvon Deschamps : « on ne veut pas le savoir, on veut le voir ».

    On répète en effet inlassablement aux spectateurs qu’ils sont faits l’un pour l’autre, mais après tous les déboires traversés, on aurait eu besoin de preuves plus tangibles. Malheureusement, aucune scène de la saison 3 ne permet vraiment de conclure que c’est le cas. Sans compter les problèmes familiaux très sérieux de Benji qui sont évacués en deux coups de cuillère à pot et sans réels développements.

    Qu’on ne se trompe pas, la saison 3 s’écoute avec un plaisir indéniable, mais on peut douter qu’elle marque réellement l’imaginaire avec une intrigue somme toute cousue de fil blanc.

    Disponible sur Disney+ en anglais et en français.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité