Mercredi, 17 juillet 2024
• • •
    Publicité

    La gonorrhée est en hausse dans la région de la Capitale-Nationale

    Après une légère baisse des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) déclarées à la santé publique, un retour aux niveaux observés avant la pandémie de COVID-19 a été constaté pour plusieurs d’entre elles. Dans la région de la Capitale-Nationale, la gonorrhée se démarque toutefois et a atteint un nombre record en 2022.

    Les 700 infections déclarées représentent plus du double de la moyenne obtenue lors des années prépandémiques (2015-2019). Trois infections sur quatre touchent des hommes. Parmi les hommes touchés, les deux tiers ont une infection à la gorge ou à l’anus. Plus de 80 % des hommes touchés rapportent avoir eu des relations sexuelles avec d’autres hommes.

    De quoi s’agit-il ?
    La gonorrhée est une infection bactérienne qui peut facilement passer inaperçue, notamment lorsque celle-ci est située à la gorge ou à l’anus. Lorsqu’elle se manifeste, elle peut causer des écoulements de l’urètre ou de l’anus, une sensation de brûlure en urinant, des douleurs aux testicules ou dans la région de l’anus et parfois des maux de gorge.

    Une personne qui n’a pas de symptômes est tout de même contagieuse. La seule façon de savoir si elle est infectée est de passer un test de dépistage. Gratuit et confidentiel, le dépistage est recommandé au minimum une fois par année chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et, selon les facteurs de risque, il peut être indiqué tous les 3 à 6 mois. Le traitement antibiotique est gratuit, autant pour la personne atteinte que pour ses partenaires sexuels.

    Pourquoi se préoccuper de la gonorrhée ?
    On observe une augmentation progressive de la résistance aux antibiotiques, ce qui constitue une préoccupation importante pour la santé publique. La personne touchée peut contribuer à contrer la résistance aux antibiotiques en prenant le traitement comme prescrit et en avisant ses partenaires sexuels pour qu’ils soient évalués, dépistés et traités. De manière préventive, l’utilisation de méthodes barrières telles que le condom demeure le moyen le plus efficace de se protéger et de protéger ses partenaires de la gonorrhée.

    Où se faire dépister ?
    Les hommes ayant des relations avec d’autres hommes, les personnes trans et les autres personnes faisant partie de la clientèle rejointe par les Services intégrés de dépistage et de prévention des ITSS (SIDEP) du CIUSSS de la Capitale-Nationale peuvent appeler au 1 844 683-ITSS (4877) pour se faire dépister. Des plages horaires sans rendez-vous sont offertes en matinée les lundi, mercredi et vendredi matin.

    Nathanaëlle Thériault, Direction de santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale

    INFOS | https://ciussscn.ca/sidep

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité