Lundi, 22 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Un juge annule une interdiction aux États-Unis des traitements de transition de genre aux mineur·es

    Un juge fédéral américain a invalidé mardi 20 juin une loi interdisant aux mineur·es les traitements de transition de genre dans l’Arkansas, ce qui constitue une première au moment où des textes similaires se multiplient dans les Etats républicains.

    Le juge Jay Moody a estimé que ce texte était contraire à la constitution, car il enfreint les droits des médecins et discrimine les personnes trans.

    « Les preuves montrent que ces traitements interdits améliorent la santé mentale et le bien-être des patients et qu’en les bannissant, l’Etat sape les intérêts de ceux qu’il prétend défendre », a-t-il écrit dans sa décision.

    L’Arkansas, Etat du sud conservateur et chrétien, était devenu en 2021 le premier à interdire aux mineur·es l’accès à des traitements de transition de genre hormonaux ou chirurgicaux.

    Depuis, une vingtaine d’autres Etats lui ont emboîté le pas, dont la Floride ou le Texas. Plus largement, les républicains mènent une offensive sur les questions LGBT+, s’attaquant à la discussion du genre à l’école ou même aux spectacles de drag queens, jugés trop sexualisés.

    Des lois sur les traitements de transition de genre ont déjà été suspendues temporairement pendant que les recours se poursuivent, mais il s’agit de la première décision dans ce sens d’un juge fédéral tranchant sur le fond.

    Tim Griffin, procureur de l’Arkansas, a annoncé que l’Etat ferait appel. « Il n’existe aucune preuve scientifique montrant qu’un enfant peut tirer profit de ces procédures, alors que les conséquences sont néfastes et souvent permanentes », a-t-il assuré dans un communiqué.

    Le plaignant Dylan Brandt, adolescent trans de 17 ans, s’est lui dit « reconnaissant » envers le juge, qui a compris que ce traitement avait « changé (sa) vie pour le mieux » et perçu « les conséquences dangereuses de cette loi ».

    L’adolescent a affirmé avoir intenté ces poursuites pour aider tous les jeunes trans « qui voient leur avenir menacé par des lois comme celles-ci ».

    La décision ne concerne que l’Arkansas, mais les militants qui défendent les droits des personnes trans espèrent qu’elle aura une portée symbolique hors des frontières de l’Etat.

    « Cette décision envoie un message clair », a ainsi estimé Holly Dickson, responsable locale de la puissante association des droits civiques ACLU. « L’alarmisme et la désinformation sur ces soins de santé ne reposent sur rien. Cela nuit aux jeunes transgenres et doit cesser. »

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité