Jeudi, 11 août 2022
• • •
    Publicité

    Artcock

    Le titre est plus qu’évocateur et il donc difficile de ne pas avoir le début de l’imitation du soupçon d’un doute quant à la pierre angulaire de cet album. D’ailleurs, Patrick Fillion nous offre, en guise de conclusion une page contenant plus d’une centaine de variations sur le mot « cock ».

    En un mot comme en cent, le dessinateur nous présente un fastueux florilège d’hommes, dans des positions diverses, où le regard est happé vers un point focal : la verge présentée dans toute sa splendeur.

    En 76 pages, Patrick Fillion revisite la quasi-totalité du panthéon de ses personnages ainsi  que ceux de certains de ses collègues auxquels il rend ainsi un bel hommage. Sensuelle, exubérante, brutale, amusante, mystérieuse, débonnaire : chacune des planches présente un univers qui lui est bien propre.

    En effet, non content de faire montre d’une prouesse déjà bien établie dans la plastique des personnages, il s’ingénie à créer un petit univers instantané : un peu comme des clichés pris sur le vif au cœur d’un bouillonnement de testostérone.

    Prenez garde de vous rendre jusqu’à la toute fin puisque, à la suite des remerciements, on retrouve une dernière planche qui explore, avec grand talent, un style tout à fait différent chez l’auteur.

    Disponible en format numérique chez : http://www.classcomics.com/

    Artcock / Patrick Fillion. Coquitlam, B.C. : Class Comics, 2014. 76p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    My Best Man

    Catastrophes

    Publicité