Samedi, 31 juillet 2021
• • •
    Publicité

    Le grand retour de Chosen Family

    La troisième saison du baladodiffusion Chosen Family, animé par les humoristes Thomas Leblanc et Tranna Wintour, est maintenant disponible sur CBC Podcast. Après avoir discuté avec des superstars comme Rufus Wainwright, Margaret Cho, Bob the drag-queen et Xavier Dolan par le passé, le duo propose à ses auditeurs des entretiens avec l’icône de la musique dance Róisín Murphy, la rappeuse trans Backxwash, l’astrologue des vedettes Jessica Lanyadoo, la gagnante du concours Canada Reads Samra Habig et bien d’autres.

    Quel était le mandat de Chosen Family a ses débuts en 2017?
    Thomas – Il y a quatre ans, après l’élection du président américain que je ne nommerai pas, je sentais des années difficiles à venir. J’avais besoin de créer un projet pour inspirer les gens. À l’époque, Tranna et moi travaillions ensemble depuis un an sur des cabarets autour de Céline Dion et Mariah Carey. Éventuellement, on a lancé le projet du balado pour entrer en relation avec des personnes qui nous inspirent, d’ici et d’ailleurs.

    Au début, vous aviez l’étiquette de podcast humoristique. Pourquoi l’avoir délaissée?
    Tranna – La dimension comique est toujours présente et essentielle au projet, mais le fait de mettre de côté cette étiquette nous permet d’aller dans plusieurs autres directions, sans avoir la pression de toujours faire rire. On ne voulait pas décevoir les gens qui s’attendaient à de l’humour en tout temps. Au final, on est encore drôles, mais on parle aussi de choses
    profondes, graves et sérieuses à l’occasion.

    Vous êtes de grands amis dans la vie et vous avez créé plusieurs spectacles ensemble. Qu’est-ce qui fait de vous un bon duo pour animer Chosen Family?
    Tranna – Même si on partage plusieurs valeurs importantes, on n’a pas toujours les mêmes opinions sur les sujets culturels. Par exemple, Thomas adore Céline Dion et moi je la déteste. C’est important pour un duo comique de ne pas toujours penser pareil. C’est dans cette tension que l’humour surgit.

    Comment identifiez-vous vos invités?
    Thomas – Après avoir travaillé plusieurs années à titre de recherchiste, notamment pour Christiane Charette, j’ai compris qu’une entrevue doit être une performance. On s’assure d’avoir un équilibre dans notre sélection: un mélange d’invités canadiens et étrangers, des membres de la communauté LGBTQ+ et des alliés, ainsi qu’un mélange de thématiques. On aime autant parler de littérature, de cinéma, d’humour, de mode que de porno, en invitant des découvertes et des gens au parcours très marquant.

    Sachant que les artistes multiplient les entrevues en promotion, comment préparez-vous vos questions pour vous démarquer?
    Thomas – Si l’artiste promeut un nouveau projet, on va en parler et élargir la conversation. Parfois, les invités n’ont rien à promouvoir. En général, on aime couvrir plusieurs chapitres de leur vie. Et l’équipe de CBC nous pousse à aller plus loin, en racontant un genre d’histoire à travers l’entrevue. Par exemple, avec Róisín Murphy, on a parlé de son adolescence à Manchester dans les années 80, de ses années en tournées et de son nouvel album.On aime beaucoup discuter avec des invités plus âgés qui en ont vécu beaucoup. Et onessaie souvent de trouver quelle est leur connexion avec Montréal.

    En quoi la pandémie a-t-elle modifié votre façon de travailler?
    Tranna – Il faut savoir que durant notre première saison, tous les invités principaux étaient avec nous en studio. On diffusait même en Facebook live durant l’enregistrement. Pour la deuxième saison, notre collaboration avec CBC podcasts nous a donné accès à des invités différents qui vivent souvent dans d’autres villes. On faisait donc plusieurs entrevues à distance. Eux se rendaient dans un des studios affiliés à CBC. Thomas et moi étions en studio avec des techniciens. Durant la pandémie, tout nous est revenu entre les mains. Heureusement, Thomas a créé un studio maison. On enregistre nos discussions à deux là-bas. Puis, on fait l’entrevue sur une application similaire à Zoom, chacun chez soi, tout comme l’invité. C’est un grand défi! Internet peut planter. Il y a parfois des délais. Et comme je ne suis pas très techno, ça me fait souvent peur!

    Thomas – CBC a confirmé au printemps 2020 notre troisième saison, en pleine pandémie et durant les événements sociaux de juin. Ça a complètement changé mon rapport au show. Je le trouve encore plus pertinent et important. On veut rester connecté aux gens. Ce désir-là est plus fort que la pandémie.

    Pensez-vous que les auditeurs sont encore plus réceptifs aux baladodiffusions
    actuellement?

    Tranna – Je crois que oui, spécialement pour les personnes qui, comme moi, vivent seules. Auparavant, on écoutait les podcasts en transit: ils accompagnaient les gens dans leur vie. Maintenant, on est tous à la maison et les podcasts nous donnent une sorte de réconfort. Comme on entend la voix d’autres êtres humains chez nous, on a l’impression d’être un peu moins seuls.


    INFOS | solutionsmedia.cbcrc.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité