Jeudi, 28 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Un maquilleur LGBTQ birman abandonne son salon de beauté pour se réfugier à la frontière et soutenir la révolution

    Jusqu’à la prise de pouvoir par les militaires le 1er février, les cosmétiques, la mode et le design de beauté étaient les aspects les plus importants de la vie quotidienne de May Oo. Mais le coup d’État militaire qui a renversé le gouvernement élu a bouleversé sa vie.

    Pendant plus d’une décennie, il a utilisé ses compétences et sa passion pour transformer l’apparence visuelle des gens, une activité qui a fait de lui l’un des maquilleurs les plus demandés de Yangon. Parmi les clients de May Oo figuraient des célébrités et des membres de la famille de hauts responsables militaires. « C’est la profession que j’aime vraiment et je la considère comme un art créatif » , a déclaré May Oo, un gay. Mais le coup d’État militaire qui a renversé le gouvernement élu dirigé par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d’Aung San Suu Kyi a bouleversé sa vie.

    En tant que partisan du gouvernement de la LND, le jeune homme de 33 ans s’est opposé au coup d’État. À l’instar de millions d’autres personnes, il a rejoint les campagnes anti-coup d’État qui se sont développées dans tout le pays, allant du tapage de casseroles la nuit aux manifestations quotidiennes dans les rues, en passant par l’appel à la grève des fonctionnaires. Dans le même temps, il diffusait des informations sur le mouvement de protestation contre le régime, connu sous le nom de « révolution du printemps »  au Myanmar, sur sa propre page de médias sociaux, qui compte 770 000 abonnés, impressionnant ses clients avec des photos de lui-même avec un porte-voix criant des slogans contre le régime, à la tête d’une foule de manifestants.

    En mars, May Oo a refusé de fournir des services de maquillage à des familles aisées qui prévoyaient d’assister à une cérémonie religieuse organisée par la junte à Naypyitaw, au cours de laquelle elle devait conférer des titres à des personnes fortunées. Mais il a fini par payer le prix de son activisme.

    Le régime a émis un mandat d’arrêt contre lui, pour incitation. Les soldats ont fait une descente dans son appartement et ont tout pris, y compris son ordinateur et ses boîtes de maquillage.  « Ils ont aussi détruit tout ce qui se trouvait dans la pièce » , a déclaré May Oo. Heureusement, il a réussi à échapper à l’arrestation.

    Après l’intensification de la répression de la junte contre les manifestants en fin mars, May Oo a été contraint de se cacher en avril, en raison de son implication dans les manifestations et de son soutien aux victimes de la répression et à leurs familles.

    Au 2 septembre, la junte avait tué 1 043 civils et arrêté au total 7 768 personnes, dont 6 132 sont toujours détenues. En outre, au cours de leurs raids, les troupes de la junte ont pillé et détruit des propriétés.

    Alors qu’il était enfermé pendant les première et deuxième vagues de COVID-19 en 2020, May Oo a pu poursuivre son travail, notamment en dispensant des formations à des artistes amateurs. Il formait des amateurs et des jeunes talents à son métier depuis 2017, date à laquelle il a ouvert l’école de beauté May Oo Magic, tout en dirigeant une équipe de maquilleurs. Son salon employait 12 personnes à temps plein et une soixantaine d’artistes à temps partiel avant le coup d’État.

    Maintenant, May Oo mène une vie très différente dans la zone frontalière où il se sent en sécurité (il a refusé de fournir des détails pour des raisons de sécurité). Il a déjà reçu une formation pour manipuler les armes, comme d’autres jeunes déterminés à renverser le régime par la résistance armée, mais il a constaté que ses mains, qui ne connaissaient que les pinceaux à maquillage, n’étaient pas douées pour les armes à feu. Depuis lors, May Oo a consacré son temps et son énergie à d’autres activités, comme la collecte de fonds pour le mouvement. 

    «Je sais que ma force n’est pas [dans les activités militaires], alors j’ai choisi de soutenir cette révolution de toutes les manières possibles. Je me vois juste comme un pilier qui  aide la révolution à sortir victorieuse.»

    May Oo a admis qu’il ne pouvait s’empêcher de tirer son chapeau aux jeunes femmes qu’il a vues s’engager sérieusement dans la formation militaire, ajoutant que le fait de les voir le laisse avec des sentiments mitigés.

    «Je suis sûr qu’elles n’ont jamais pensé que leur vie serait aussi dure. Mais elles voient que rien n’est plus important que le renversement du régime. Elles se sentent ainsi immunisées contre toute la misère et les difficultés auxquelles elles sont confrontées. Je me sens triste pour elles mais en même temps heureux [pour le pays].»

    En tant qu’homosexuel et ouvert sur sa sexualité, ses espoirs en votant pour la LND aux élections de novembre 2020 étaient simples : il voulait un gouvernement qui respecterait les droits humains, dont ceux de la communauté LGBTQ, qui est depuis longtemps victime de discrimination au Myanmar.

    Il a déclaré à The Irrawaddy que, de son point de vue, les violences physiques et verbales à l’encontre des personnes LGBTQ ont diminué sous le gouvernement civil.

    En tant qu’homosexuel et ouvert sur sa sexualité, ses espoirs en votant pour la LND aux élections de novembre 2020 étaient simples : il voulait un gouvernement qui respecterait les droits humains, dont ceux de la communauté LGBTQ, qui est depuis longtemps victime de discrimination au Myanmar.

    Les personnes LGBTQ font l’objet de persécutions et de discriminations officielles en vertu de la section 377 du code pénal et de la loi sur la police. Les personnes qui se livrent à des actes homosexuels sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à dix ans de prison. La pression en faveur d’un changement législatif a commencé sous le gouvernement de la LND, et la communauté LGBTQ en espérait beaucoup.

    «J’ai subi des discriminations en tant que personne gay depuis mon plus jeune âge. Et je ne souhaite plus en refaire l’expérience.»

    Cela fait maintenant près de cinq mois que May Oo est entré dans la clandestinité. Il dit qu’il éprouve parfois des regrets, notamment lorsqu’il voit des gens s’amuser sur Facebook.

    «Ce sentiment ne dure pas longtemps, cependant, parce que je me réconforte en sachant que je n’ai rien fait de mal et que je défends la bonne cause.»

    Lorsqu’on lui a demandé si son ancienne vie de maquilleur lui manquait, il a répondu oui et non. Cela lui manque quand il pense à ce qu’était sa vie dans le passé.

    «Mais quand je pense à l’avenir dans la situation actuelle, cela ne me manque plus du tout, car on ne peut pas deviner ce qui se passera ensuite. C’est excitant [d’imaginer] ce que l’avenir me réserve.»

    Cet article a été initialement publié sur The Irrawaddy, un site d’information indépendant de Birmanie. Cette version éditée est republiée dans le cadre d’un accord de partage de contenu.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité