Vendredi, 3 Décembre 2021
• • •
    Publicité

    Beyto, chorégraphier une scène pour que les mouvements deviennent une danse

    Nous avons posé trois questions à la réalisatrice suisse Gitta Gsell à propos de son film Beyto, dont le personnage central est un jeune homme déchiré entre sa famille et ses désirs. Cette œuvre émouvante sera présentée au prochain festival image+nation. Beyto, nageur talentueux et apprenti motivé, y respire la joie de vivre. Mais lorsque ce fils d’immigrés turcs tombe amoureux de son entraineur Mike, son monde s’écroule. Ses parents ne voient qu’une seule issue : ils l’attirent dans leur pays et le marient à une femme. Mais lorsque le couple retourne en Suisse, Beyto se retrouve dans un triangle amoureux plutôt complexe…


    Pourquoi avoir choisi d’aborder une relation homosexuelle dans une famille d’immigrés turcs en Suisse? Êtes-vous proche de la communauté LGBTQI+?

    Gitta Gsell : L’histoire est inspirée du roman d’un de mes amis, Yusuf Yesilöz, Hochzeitsflug, publié en 2011. Quand je l’ai lu, j’ai immédiatement pensé que c’était une histoire pour le cinéma. À l’époque, j’animais des ateliers pour de jeunes adultes et j’étais confrontée à l’argot discriminant de leur langue, mais aussi aux problèmes des jeunes issus de l’immigration en Suisse. L’homosexualité, la peur et la haine qu’on peut en avoir, ce sont des sujets importants dans les cultures patriarcales. Et comme cette famille est originaire d’un petit village turc, elle essaie de maintenir les traditions et rêve encore des montagnes de l’Anatolie. Elle refuse d’accepter un mode de vie moderne et libre et a du mal à s’intégrer dans un monde libéral. Beyto, le fils de la famille, est tiraillé entre les liens familiaux et la liberté du monde occidental.

    Comment avez trouvé Burak Ates, l’interprète de Beyto? Où l’avez-vous déniché?
    Gitta Gsell : Je cherchais un acteur qui parle suisse-allemand et turc. Dans la tranche d’âge de 18 à 25 ans, nous n’avons pas d’acteurs professionnels avec ces qualités en Suisse. Nous avons donc organisé un casting sur les médias sociaux et dans les établissements scolaires. J’ai auditionné environ 40 jeunes athlètes d’origine turque. La moitié d’entre eux a refusé dès qu’ils ont appris qu’ils devraient interpréter un jeune homosexuel. Généralement, la raison était que leurs parents seraient en désaccord, ou au moins déçus. Les raisons de certains étaient religieuses. Heureusement, dans l’autre moitié, j’ai pu, après un long processus, trouver Burak Ates. Ses parents n’étaient pas contents, mais il a quand tenu à faire le rôle. C’était sa chance de devenir acteur et il a fait un travail formidable.

    Comment vous y êtes-vous prise pour que les deux héros partagent une intimité aussi intense, spontanée et forte? Comment avez-vous travaillé avec eux?
    Gitta Gsell : Les scènes intimes sont toujours compliquées à tourner. D’autant plus pour un amateur. Ça demande beaucoup de temps et de préparation pour que les acteurs se sentent en confiance et à l’aise, et aussi pour que l’émotion passe à l’écran. Dimitri Stapfer, qui joue Mike, a été d’une aide précieuse.

    Nous avons pris les choses les unes après les autres : avec quels gestes ou quels contacts physiques étaient-ils à l’aise tous les deux? Quelles étaient leurs limites? Qu’aimaient-ils chacun chez l’autre et de quelle façon pouvions-nous l’intégrer à l’histoire? Nous avons chorégraphié une de des principales scènes du film pour que les mouvements deviennent une danse. L’idée est de créer une ambiance où les acteurs s’amusent, que les contacts physiques et intimes ne soient pas embarrassants et deviennent naturels.

    BEYTO, Gitta Gsell | Suisse | 2021 | 98 min | V.O. Suisse, Allemande & Turque S.-T.A.

    Ce film sera présenté durant la 34e édition d’IMAGE+NATION Festival Film LGBTQueer Montréal qui se déroulera en salle et en virtuel, du 18 au 28 novembre avec une semaine supplémentaire réservée aux films primés par le jury et le public. Pour connaître la programmation complète et l’horaire de présentation des films, visitez le IMAGE+NATION.

    LIRE AUSSI : Notre article sur le film BEYTO

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité