Samedi, 3 Décembre 2022
• • •
    Publicité

    Diversité 02 : Un colloque pour prévenir et contrer les violences sexuelles

    Le 22 février prochain, le groupe Diversité 02 organise un tout premier congrès virtuel placé sous le thème « Mieux prévenir et contrer les violences sexuelles chez les hommes gais, bisexuels et trans ». S’adressant essentiellement aux intervenant.e.s du milieu de la santé et des services sociaux de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce groupe cherche à sensibiliser les gens qui travaillent dans ce domaine et à mieux les outiller pour venir en aide aux personnes des communautés LGBTQ+.

    « Diversité 02 est un organisme LGBTQ+ généraliste, mais beaucoup de personnes nous contactent parce qu’elles sont victimes de violence, mais elles ne sont pas à l’aise de s’adresser à des organismes du milieu de la santé et des services sociaux, etc. », explique Daniel Gosselin, le directeur général de Diversité 02. « On a vu qu’il y avait donc un vrai besoin de la part des gens de la communauté, mais aussi des intervenant.e.s, qui ne connaissent pas nécessairement les enjeux liés à nos communautés et où subsistent, jusqu’à un certain point, encore des préjugés. […] »

    Cette rencontre est financée par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean dans le cadre de sa Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles.

    « Ce congrès met l’accent particulièrement sur les hommes de nos communautés parce qu’il n’y a pas beaucoup de services en général pour les hommes de la région, et ce, qu’ils soient cis, hétérosexuels, etc. en matière de violence », poursuit Daniel Gosselin. « Par exemple, il n’y a qu’une seule maison d’hébergement pour hommes victimes de violence dans toute la région, donc il y a un manque flagrant de services pour les hommes. On désire sensibiliser, informer et mieux outiller les intervenant.e.s en la matière. »

    La violence n’est pas toujours apparente ou évidente au premier coup d’œil. Les gens appellent à Diversité 02 pour parler de coming out ou pour se renseigner sur une éventuelle transition. « Mais une fois qu’on a établi ce lien de confiance avec la personne, elle se confie et elle parle de violence. Donc, ça vient après et non pas au tout début. Parce que, oui, il y a encore de la violence et que ces personnes-là n’osent pas aller vers les autorités, vers la police ou les intervenant.e.s parce qu’elles ont peur des préjugés. Lorsqu’un homme est victime de violence de la part de son conjoint, il a peur que la police va (sic) le voir comme un “faible” puisqu’il s’agit de deux hommes entre eux. C’est encore difficile, il y a encore des préjugés […] », ajoute le directeur général de Diversité 02, un organisme qui a été créé en 1998 sous le nom de l’Association des gais et des lesbiennes du Saguenay–Lac-Saint-Jean (AGL).

    Et on sait combien, historiquement, les relations entre la communauté LGBTQ+ et la police n’ont pas toujours été au beau fixe, peu importe où on se trouve dans le monde. « Nous n’avons pas de contacts directs avec la police ici, ce n’est pas toujours facile de faire des ponts, mais c’est la même chose partout lorsqu’il s’agit des relations entre les communautés et les autorités policières. C’est sûr que les choses s’améliorent, les gens sont plus sensibilisés, mais il reste encore beaucoup de travail à faire […] », estime Daniel Gosselin.

    Parmi les invités au congrès on notera, entre autres, des participants de RÉZO (Jérémie Legault), du GRIS-Québec (Mykaell Blais), de l’Aide aux trans du Québec (Julien Leroux-Richardson), de la Fondation Émergence (Julien Rougerie), de Cactus Montréal (Logan Dante Di Giovanni) ou de l’Université Laval (Valérie Roy, titulaire à l’École de travail social et de criminologie). Bien entendu, Daniel Gosselin prendra lui-même la parole lors d’une des interventions.

    En date du 4 février, « il y a déjà une cinquantaine d’inscriptions, ce qui va au-delà de nos espérances », indique le directeur général de Diversité 02. Il y a même des demandes de participation de Trois-Rivières et d’ailleurs au Québec. « Dans un sens, c’est la beauté du virtuel, on a des gens de partout qui désirent y participer », dit Daniel Gosselin. 

    Le colloque débutera donc le 22 février dès 8 h 30 avec une pause d’une heure, entre 12 h 15 et 13 h 15. Il n’est donc pas trop tard, vous pouvez encore vous inscrire.

    Infos : diversite02.ca/congres

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité