Samedi, 1 octobre 2022
• • •
    Publicité

    Le Sénat roumain vote une loi contre la propagande gaie

    Le Sénat roumain a adopté un projet de loi pour «protéger les enfants de la promotion du changement de sexe ou de l’homosexualité». Un texte dans le droit fil des législations russe, polonaise ou hongroise. Ce projet de loi anti-LGBT va maintenant être soumis à la Chambre des députés pour délibération et vote.


    Le texte porté par le parti populiste UDMR au gouvernement  avec le PNL libéral-conservateur du Premier ministre Nicolae Ciuca et les sociaux-démocrates (PSD) rappelle des projets de loi similaires et fortement critiqués à l’échelle internationale par le gouvernement hongrois ou polonais.

    Si elle est définitivement adoptée, la loi pour la protection de l’enfance devrait se lire comme suit : “L’enfant a le droit d’être protégé contre les abus, la négligence, l’exploitation, la traite des êtres humains, la migration illégale, les enlèvements, la violence, la pornographie sur Internet, la diffusion de contenus déviant du genre spécifié à la naissance pour être protégé du changement de genre ou de l’homosexualité (…)”.

    Outre cette quasi-interdiction de toute forme d’information sur les sujets LGBT qui s’appliquerait aux moins de 18 ans, le projet exige qu’un médecin documente le sexe d’un enfant à la naissance et “la préservation de cette identité jusqu’à l’âge de 18 ans”.

    Le projet devrait également permettre aux parents de s’opposer à ce que leurs enfants participent à l’éducation sexuelle à l’école.

    La raison invoquée dans le projet est qu'”aujourd’hui, dans les sociétés des pays d’Europe occidentale, nous vivons une attaque de nouvelles idéologies telles que la théorie du genre, qui mettent en danger les valeurs traditionnelles basées sur le christianisme et le noyau de la société, la famille chrétienne”.

    L’organisation LGBT MozaiQ a estimé que “l’adoption d’une telle loi poutiniste en Roumanie alimenterait les campagnes de propagande et de désinformation russes depuis Moscou”. Elle exhorte la Chambre des députés à “faire preuve de responsabilité et de bon sens et à rejeter toute proposition de loi visant à diaboliser et marginaliser la communauté LGBT”.

    Selon MozaiQ, le projet actuel viole la dignité des personnes homosexuelles en Roumanie, le droit à la liberté d’expression et le droit de l’enfant à accéder à une éducation non discriminatoire. A terme, elle menace de censure des films, séries, dessins animés, documentaires ou informations et, comme en Russie, interdit les manifestations ou l’affichage de drapeaux LGBT sous prétexte de “propagande homosexuelle”. 

    Rédaction avec agences

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité