Mercredi, 28 septembre 2022
• • •
    Publicité

    Gabrielle Rondy : une année à la barre de la SDC du Village 

    Il y a à peine un peu plus d’un an maintenant, Gabrielle Rondy remplaçait au pied levé Yannick Brouillette à la direction générale de la SDC du Village. Tel un train à grande vitesse, celle qui occupait les fonctions de directrice des communications s’applique alors à prendre la tête de l’organisation, à initier des projets porteurs pour les commerçant.e.s et les résident.e.s, et ce, alors que les mesures sanitaires étaient encore en vigueur en raison du coronavirus. Quel bilan Gabrielle Rondy tire-t-elle de cette année ?

    « On a fait beaucoup de chemin depuis un an », explique Gabrielle Rondy, la directrice générale de la SDC du Village. « J’ai eu comme un cours accéléré en direction générale ! J’ai parcouru beaucoup de chemin depuis l’année dernière. Mais cette année a passé très vite, avec bien des choses qui se sont enchainées. Cela a été très dur de ne pas voir aboutir le projet de remplacement des Boules de Claude Cormier avec l’annonce des travaux majeurs prévus pour 2024. On avait travaillé très fort pour ce projet-là, mais cela nous a donné l’occasion de voir à la réalisation d’autres projets, comme celui de l’espace de l’ancienne Galerie Blanc, qui est devenu la place du Village […] »

    « Je suis très fière de l’animation, c’est une grande part du succès de la piétonnisation de cette année. L’an dernier, on était allé.e.s jusqu’à neuf semaines, mais en 2022, c’est un record avec 12 semaines qui vont s’échelonner jusqu’au début du mois de octobre. Il n’y a qu’au Village qu’on peut voir des drags en princesses et en personnages de Disney, qui font le bonheur de beaucoup d’enfants, du burlesque, du Bollywood queer et autant d’artistes des communautés […] Les gens n’ont pas idée combien c’est énorme en termes de logistique de livrer une programmation artistique mettant en vedette des centaines d’artistes en tous genres. Évidemment, on souhaite que cela revienne en 2023 », ajoute Gabrielle Rondy.

    Bien sûr, elle compte aussi développer davantage de projets qui plaisent au grand public et aux commerçant.e.s. « Nous savons que les commerçant.e.s sont très soucieux et soucieuses des travaux majeurs qui s’en viennent, surtout après deux ans de pandémie qui ont fait très mal au Village avec ses bars, ses restos et ses cafés. On avait demandé à la Ville deux ans de répit avant les travaux et de penser aux divers programmes de soutien et de relance aux commerçant.e.s durant la période des travaux. Ce sera un gros défi », dit-elle.

    Bien entendu, même si l’itinérance n’est absolument pas du ressort de la SDC du Village, la « cohabitation », comme on l’appelle maintenant, demeure un enjeu majeur pour les
    membres de cette SDC. « La SDC n’a pas le mandat de gérer la sécurité, mais celle-ci reste très importante pour tout le monde qui vit, qui travaille ou qui visite le secteur », souligne Gabrielle Rondy. « L’été 2020 a été très difficile avec les mesures sanitaires, alors qu’on ne pouvait rien faire et qu’il y avait moins de monde dans la rue. […] On voit que le tout demeure relativement fragile, mais nous avons une très bonne communication avec les deux postes de quartier du SPVM. Jusqu’à présent, l’été s’est bien déroulé sans incident majeur. De plus, le programme d’agent.e.s d’accueil de la SDC se poursuit jusqu’au 31 décembre prochain. »


    Dans les prochains mois, on assistera à un réaménagement des locaux de la SDC, situés près du métro Beaudry. Gabrielle Rondy aimerait que l’on puisse faire un espace de coworking, une salle de réunion et de rencontre pour les membres, un centre d’informations touristiques et une boutique avec des produits dérivés. « On désire continuer de se rapprocher de nos membres, […] être connecté.e.s encore plus avec elleux et les encourager à développer des projets. Éventuellement, j’aimerais réserver un temps particulier de la semaine pour recevoir les membres, qu’ils viennent me parler de projets ou de problématiques, que l’on puisse échanger ensemble », souligne Gabrielle Rondy.

    Bien sûr, la piétonnisation la plus longue de l’histoire de la SDC prendra fin le 31 octobre prochain. Donc, eh oui déjà, il faut penser à l’hiver. « Nous sommes en train de planifier l’éclairage du Village avec, entre autres, les tubulaires rétroéclairés et d’autres éléments. On veut que cela puisse vraiment illuminer le Village durant la saison hivernale ! »

    Ceux et celles qui se promènent dans le quartier les ont vus, oui, il y a des locaux qu’on a habillés aux couleurs du « Quartier inclusif », comme l’ancien local du McDonald’s à l’angle de Papineau. « Notre objectif est toujours que cet habillage dure le moins de temps possible et que le local soit loué rapidement pour augmenter encore plus la mixité commerciale du Village », note Gabrielle Rondy.

    Celle-ci souhaite accueillir davantage de commerces destinés aux communautés LGBTQ+ de manière plus spécifique, afin qu’ils aient pignon sur rue dans le quartier. « Surtout pour les personnes trans, pour ceux et celles en transition, qui ont des besoins spécifiques », poursuit Gabrielle Rondy. « Les gens commandent par Internet, mais ce serait bien d’avoir un commerce dans le Village pour cette clientèle-là en particulier. » Elle pense aussi à une boutique d’économie sociale pour ce secteur.

    Et quel est le rêve le plus fou de Gabrielle Rondy ? « Que toutes les Villageoises et tous les Villageois soient fièr.e.s de leur Village, que ce soient les commerçant.e.s, les résident.e.s, les visiteur.teuse.s. On dirait qu’on a perdu cette fierté avec le temps et on est conscient.e.s que la pandémie n’a pas aidé.
    Le Village a beaucoup de potentiel et j’aimerais que les gens le voient et en soit fiers. J’aimerais que l’on puisse connaitre au plus vite le calendrier des travaux de la Ville afin qu’on puisse en tirer parti, que l’on crée des opportunités avec les locaux disponibles en ce moment et que, justement, l’on travaille sur l’après de ces travaux…

    J’aimerais aussi que la SDC soit plus proche des résident.e.s du quartier, mais de manière plus officielle, avec un vrai comité consultatif que l’on mettrait sur pied avec l’approbation du conseil d’administration. Que les gens participent au développement du Village, qu’ils nous partagent aussi leurs projets. Peut-être que l’on aurait, éventuellement, un budget pour ce type de collaboration, mais c’est primordial que les résident.e.s soient consulté.e.s. Cela fait partie de mes rêves, de mes aspirations pour le Village », conclut Gabrielle Rondy, la directrice générale de la SDC du Village.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité