Mercredi, 8 février 2023
• • •
    Publicité

    Lancement du roman La renaissance de L’Interlope

    Livraison en novembre au complexe SKY, de La renaissance de L’Interlope, un roman qui arrose de sauce piquante un peu tout le monde : hommes et femmes, communautés ethniques ou LGBT+… sans oublier le discours féministe ! 

    Mordant dans la rectitude ambiante et l’hypocrisie à l’égard des sexualités, La renaissance de L’Interlope est à la fois une saga familiale gavée de poésie, un miroir des communautés montréalaises et une chronique des discriminations depuis 150 ans. Traversant l’ancien Faubourg Saint-Laurent, du Red Light au Village gai, son exactitude historique nous porte jusqu’en 2031 dans un récit farfelu, livrant une satire résolument inclusive.

    Une satire qui se veut résolument inclusive à découvrir dès le 10 novembre…

    Anecdotes sur La renaissance de L’Interlope, roman publié aux Éditions Sémaphore

    Janvier 2018. L’émission Tout le monde en parle de Radio-Canada invite quatre féministes pour un échange sur le mouvement #MoiAussi, et de façon générale sur la séduction amoureuse, surtout hétéro. Questionnée à savoir si un dialogue nuancé est possible sur le sujet, l’une d’elles répond « Ces temps-cis, pas tellement… ». J’ai un déclic : si tout débat rationnel est hors-jeu, pourquoi ne pas en pondre une fiction farfelue, aux personnages loufoques; bref, une satire ? Pas seulement sur la séduction hommes/femmes, mais bien une rafale tous azimuts visant également les historiques sous-cultures gaie et lesbienne, et même tout l’arc-en-ciel des identités de genre. Afin de se moquer, l’instant d’une lecture, de la rectitude mur-à-mur qui fait bailler tout le monde.

    Je soumets donc à quelques publications montréalaises un conte de St-Valentin, à publier le 14 février. Hélas, la réponse est partout la même : « Pas mauvais; mais on n’a pas l’espace pour un texte de 4000 mots, courant sur 4-5 pages. » Et au périodique Fugues, le directeur Yves Lafontaine ajoute : «Votre récit se déroule en bonne partie dans le Village… Pourquoi ne pas en faire un roman?» J’ai un doute : « Croyez-vous que vos lecteurs sont prêts à apprécier un roman satirique de LEURS communautés… et venant d’un auteur hétéro ? » J’ai encore en tête sa réponse, qui m’aura inspiré pour le long parcours qui m’attendait : « La seule façon de le savoir, ce sera de le publier ! »

    Tenant à ce que cette intrigue aux stéréotypes extravagants s’accroche à une exactitude historique, j’ai abondamment relu sur la longue histoire des discriminations depuis 150 ans, et surtout sur leurs contournements par les sous-cultures amoureuses que chaque époque prétend marginaliser. En plus d’indispensables essais sociologiques — Ross Higgins, Line Chamberland, Dominic Dagenais — j’ai aussi fouillé la véritable mine d’or documentaire des Archives gaies du Québec sur l’émergence dans les années 1970 du « Village de l’Est », premier nom du Village actuel et successeur des anciens établissements de l’ouest du centre-ville. Le directeur des AGQ, Jacques Prince, m’a alimenté de nombreuses précisions, notamment avec la cartographie des bars que publiait au tournant des années 1980 le magazine Attitude, ancêtre de Fugues.

    François Bellemare

    INFOS | La renaissance de L’Interlope, François Bellemare / Éditions Sémaphore. 208 pages
    editionssemaphore.qc.ca/catalogue/la-renaissance-de-linterlope

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité