Vendredi, 14 juin 2024
• • •
    Publicité

    Alex Francoeur et David Latulippe, une relation sans frontières

    Le couple formé par Alex Francoeur et David Latulippe traverse les années, malgré les projets qui les propulsent partout au Québec, aux États-Unis et en Europe. Alors que le danseur, finaliste de Révolution saison 2, travaille sans relâche comme interprète et chorégraphe, le chanteur, révélé au grand public à La Voix, épate la galerie dans une nouvelle mouture européenne de Starmania.

    Comment vous êtes-vous rencontrés ?
    Alex : C’était dans le cadre du spectacle Saturday Night Fever au Capitole de Québec. On s’est rencontrés durant les répétitions en mai 2017 et on a commencé à sortir ensemble après des dizaines de shows plus tard dans l’été. Ça a pris du temps avant qu’on se remarque.

    David : On était là pour le travail et pas en mode cruise. On avait tellement de shows à faire qu’on ne pensait même pas à rencontrer du monde. Ça a changé avec le temps.
    Alex : En plus, David habitait à Québec et moi à Los Angeles. J’étais revenu pour la
    production durant l’été et je prévoyais de retourner aux États-Unis. David est arrivé à la fin de cette aventure-là.

    Comment avez-vous géré la suite de votre relation ?
    Alex : Quand on s’est demandé si ça valait la peine d’aller plus loin, ça a déboulé vite et on s’est mis en couple.

    David : Au début, j’ai dit non, parce qu’il repartait en Californie… mais ça a duré juste une soirée. Le lendemain, j’avais déjà « oublié » et on a décidé d’essayer même si on [allait être] loin.

    Alex : Pendant deux ans, David venait souvent me rejoindre à Los Angeles ou on se
    rejoignait à San Francisco, à Las Vegas ou en Thaïlande. Presque chaque fois, on avait
    l’impression de revivre une première date. Même cette année, en octobre, quand il est venu une semaine à Montréal et que je l’attendais dans la voiture à l’aéroport, j’étais fébrile. On est encore excités de se retrouver.

    David : C’est un peu plus difficile depuis que je suis à Paris avec Starmania, parce qu’on a passé presque trois mois sans se voir. Avant, on se voyait presque toutes les six semaines. On communiquait beaucoup. C’est la base.

    Alex : On a établi très tôt dans la relation longue distance qu’on se fixait des moments pour se parler et se raconter nos journées, mais que s’il y avait des imprévus, comme la possibilité de sortir avec la gang après un show, on se laissait vivre ça. Il suffit de s’aviser. On reste dans le moment présent.

    À quel point votre compréhension des réalités de l’autre facilite-t-elle votre relation ?
    David : Ça aide énormément, surtout qu’on n’a pas la même discipline. On a vu plusieurs couples, formés par deux danseurs ou deux chanteurs, dans lesquels une compétition ou quelque chose de moins sain s’installait. Nous, on a chacun nos trucs. Parfois, on se rejoint sur des contrats. Dans tous les cas, on comprend la vie de tournée et les exigences du métier.

    Alex : On fait des compromis dans nos vies personnelles pour le travail. À Noël, David doit souvent aller dans sa famille tout seul parce que je suis sur un contrat, et vice versa. C’est déchirant. Avec les années, on prend de plus en plus de décisions pour que la vie personnelle prenne le devant. De manière générale, on traite l’autre de la façon dont on veut être traité, alors qu’on vit nos rêves et que nos carrières évoluent.

    Qu’est-ce que vous aimez de l’autre ?
    David : Sa créativité ! Si, une journée, je n’ai pas de projets, je suis du genre à chiller, alors qu’il est toujours en train de penser à des choses pour rentabiliser son temps. Il travaille fort ! Au quotidien, il est toujours souriant, très drôle et il ne se prend pas au sérieux. Il ne sera pas gêné de chanter même s’il ne chante pas très bien. Il n’a pas de filtre dans la vie et il fonce. C’est beau à voir.

    Alex : J’aime sa spontanéité. Moi, j’ai peur de faire des choses. Lui, il est du genre à me proposer de partir en voyage demain matin. Il remplit notre vie de couple d’activités et de choses l’fun, alors que je travaillerais 24\7. J’aime beaucoup le rayonnement qu’il apporte dans ma vie.

    Avez-vous hésité à exposer votre relation publiquement ?
    David : Je suis plus réservé dans ma vie privée. J’adore faire des entrevues sur mon travail, mais je suis moins porté à parler de ma vie personnelle. On le fait avec toi, parce que c’est important d’exposer des couples gais et des personnes de la communauté qui réussissent. Ça dédramatise la situation.

    Alex : Moi, je partage des choses sur presque toutes les sphères de ma vie, parce que j’aime ça et ça crée une belle relation avec les gens. Par contre, jamais nous ne nous embrassons dans la rue ou devant nos familles. Est-ce que ça vient des craintes qu’on avait plus jeunes quand c’était méprisé ? Peut-être que oui, inconsciemment.

    À quoi ressemble votre année pendant que David est en Europe pour Starmania ?
    Alex : David était à Nice en septembre et au début octobre. Je suis allé le voir quelques jours. Il est revenu au Québec une semaine durant laquelle on a couru pour voir les amis et la famille. Il a passé plus de deux mois à Paris avant que je le rejoigne pour les Fêtes. Je ne voulais pas le laisser tout seul.

    David : De février à juin, je serai en tournée en France, en Belgique et en Suisse. Chaque mois, j’aurai droit à une semaine de congé. Soit je vais revenir au Québec, soit Alex va me rejoindre et on va voyager.

    Avez-vous des projets de couple ?
    Alex : On aimerait bâtir une maison en faisant tous les choix et faire de longs voyages
    ensemble.

    David : En ce moment, on est tellement dans le jus que si on avait une maison, je ne sais pas qui s’en s’occuperait. Mais c’est un de nos projets dans un horizon de cinq à dix ans. 6

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité