Lundi, 22 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Un Mexicano-britannique détenu au Qatar pour son homosexualité, selon ses proches

    Un homme âgé de 44 ans est détenu au Qatar depuis le 4 février en raison de son homosexualité, affirment ses proches dans un communiqué dans lequel ils accusent le Qatar de l’avoir piégé et exigent l’intervention du gouvernement mexicain.

    Manuel Guerrero Aviña, salarié de la compagnie aérienne Qatar Airways, habitant depuis sept ans l’émirat où les rapports sexuels entre personnes du même sexe sont criminalisés, est privé en prison des médicaments nécessaires au traitement du VIH, dont il est porteur, selon ses proches dans un communiqué publié mardi.

    « Nous exigons que les autorités qataries respectent les droits de toutes les personnes de la communauté LGBT », a réagi l’antenne mexicaine d’Amnesty International, manifestant« sa profonde préoccupation » sur le réseau social X.

    « L’ambassade du Mexique lui a rendu visite, mais nous avons besoin d’une déclaration claire et forte qui exige la libération de Manuel Guerrero », a déclaré à l’AFP Enrique Guerrero, son frère et militant pour les droits humains.

    Dans un communiqué, l’ambassade du Mexique a renvoyé la responsabilité de sa protection au consulat britannique, Manuel Guerrero étant enregistré comme résident britannique au Qatar.

    Manuel Guerrero aurait été piégé par la police qatarie, qui aurait organisé un rendez-vous depuis un faux profil sur l’application de rencontre Grindr, a affirmé l’intéressé dans une lettre écrite à son frère depuis la prison.

    Manuel Guerrero Aviña

    Au moment de son arrestation, des policiers ont caché un quart de gramme de métamphétamine dans son appartement, a accusé Enrique Guerrero.

    En prison, Manuel Guerrero est poussé à dénoncer d’autres membres de la communauté LGBT au Qatar parmi les contacts de son téléphone, et à écouter d’autres prisonniers subir des coups de fouet, a-t-il déclaré à son frère, qui a pu lui rendre visite deux fois en prison.

    « Il a été contraint de signer de nombreux documents en arabe qu’il ne comprend pas. Il n’a pas eu d’interprète, ni d’avocat. Les ambassades n’ont jamais été informées par le gouvernement qatari », a insisté Enrique Guerrero.

    Malgré ses tentatives l’AFP n’a pas pu joindre l’ambassade du Qatar au Mexique.

    Un “Comité Manuel Guerrero” s’est formé au Mexique.

    En avril 2022, une femme mexicaine avait été protégée par l’ambassade mexicaine, accusée d’adultère après sa dénonciation d’une agression sexuelle. Selon la loi qatarie, elle risquait 100 coups de fouet et au moins sept ans de prison.

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité