Dimanche, 19 septembre 2021
• • •
    Publicité

    Un bouquet de musique Queer

    Cœur de pirate vous propose son «Plan à trois»
    À peine venait-elle de prendre tout le monde par surprise avec Perséides, son premier effort instrumental, que Cœur de pirate récidivait avec la sortie de Plan à trois, une pièce aigre-douce, accompagné d’une mise en images aussi caustique qu’esthétique, extrait d’un album à paraître en cours d’année pour l’autrice-compositrice-interprète, pianiste et femme d’affaires qui se passe désormais de présentation.


    S’ouvrant sur une montée d’accords de piano qui, immédiatement, charme l’oreille, on retrouve et reconnaît dans Plan à trois ce qu’on affectionne chez Béatrice Martin. La rime acerbe, mais nonchalante. La mélodie légère pour porter le propos qui, lui, l’est considérablement moins. Dans une électro-pop dansante, Cœur de pirate met ainsi son iconique timbre de voix à profit tandis qu’elle envoie un coup ferme dans les genoux de l’infidélité. Plan à trois revêt les habits d’un impeccable doigt d’honneur au sentiment hautement désagréable qu’est celui de faire office de troisième roue de ce qui ne tourne pas rond. De toute façon, le carrosse en question ne se dirige vers rien de bon. Véritable hymne à l’empowerment, la pièce est ironiquement conçue à trois, Béatrice étant accompagnée de Ruffsound et Billboard à la composition, la réalisation et aux arrangements.


    • • •

    Incarnat : intimiste et épuré 
    Près de 20 ans après la sortie de son premier album solo Aquanaute, Ariane Moffatt lançait fin mars  Incarnat, un album qui revendique une simplicité dépouillée. Au départ, Ariane voulait fêter les 20 ans d’Aquanaute en reprenant en version unpluged ses chansons au piano, sans artifice. Puis, elle a finalement commencé à composer une première chanson pour aboutir à Incarnat, qui a vu le jour de la fin 2019 à la fin 2020.  La pandémie, survenue en pleine gestation de l’album, a influencé la majorité des titres de Incarnat. Ainsi, la chanson Beauté est une forme d’hommage à tous ceux qui ont envie de créer, de chercher et de trouver le beau, dit-elle à la fin de ce morceau.  Incarnat  inclut également un duo avec la chanteuse française Lou Doillon (sœur de Charlotte Gainsbourg et fille de Jane Birkin). Jamais trop tard est une adaptation libre de la version de Beck d’Everybody’s Got to Learn Sometime, une chanson imaginée par le groupe britannique The Korgis en 1980. On trouve également sur cet album la chanson Phèdre en forêt, dont les paroles sont signées de la plume de l’autrice Fanny Britt. 

    • • •

    BIMINI BON BOULASH vous dit God Save this Queen
    Tommy Hibbitts, plus connu.e sous le nom de scène de Bimini Bon Boulash ou plus simplement Bimini, est une drag queen britannique, principalement connue pour sa participation à la deuxième saison de Rupaul’s Drag Race UK, ou iel est arrivé en deuxième place. Pas mal pour une personne qui a commencé sa carrière de drag à temps plein dans à Londres il y a seulement 2 ans.


    Son esthétique, inspirée par Alexander McQueen, Vivenne Westwood, John Galiano et Pamela Anderson n’est pas passé inaperçu lors de sa participation au Rupaul’s Drag Race UK. Le moins qu’on puisse dire est que, malgré la pandémie, son année 2021 a été occupé. Après le concours de téléréalité, iel a été modèle pour la Fashion Week de Londres et a eu le temps d’écrire un livre A Drag Queen’s Guide to Life, dont la sortie se fera à l’automne et il travaille sur un album. Un premier simple, largement autobiographique sur les identités de genre, vient de paraître, portant titre de God Save This Queen.


    • • •

    Dua Saleh nous fait signe
    Dua Saleh, artiste soudano-américain·e·x vivant à Minneapolis, nous livre son nouveau simple Signs. Dua navigue dans un univers mélangeant rap, pop et R&B, le tout solidement énoncé avec force et poésie. Dua fera aussi ses débuts d’acteur·rice·x très bientôt dans la saison 3 de Sex Education en tant que premier personnage noir et non binaire de la série Netflix.


    • • •

    Jake Shears de retour en mode disco
    Jake Shears vient de dévoiler son nouveau simple Do The Television qui donne le gout de danser. Ce nouveau morceau, de l’ancien chanteur des Scissor Sisters, fait suite à Meltdown, parue l’année dernière, un hommage à la fabuleuse icône disco des années 70 et 80, Sylvester, qui décédé des suites du sida, et dont les styles vocaux ont été
    «une grande inspiration pour» Shears. L’idée de Do The Television est apparue pour la première fois lorsque Shears écrivait le troisième album des Scissor Sisters, Night Work, qui a eu 10 ans l’année dernière. L’anniversaire de l’album l’a amené à réfléchir,
    à revisiter cette idée et à écrire le simple en s’inspirant à la fois par Bowie
    et au Lionel Richie de mi-carrière.


    • • •

    Hayley Kiyoko retrouve ses ami-e-s
    L’icône queer pop américaine Hayley Kiyoko est de retour avec un nouveau simple, Found My Friends. Couronnée du titre de Lesbian Jesus par ses fans lors du succès de son précédent et magnifique album Expectations, Hayley n’a plus rien à prouver. Found My Friends est un hit de synth-pop dansant qui conte la quête d’amour propre qu’a traversée Hayley. En ces temps isolés, rien de tel que de se reconnecter à soi-même.


    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité