Jeudi, 28 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Le comédien Pascal Rollin s’éteint à l’âge de 81 ans

    «C’est avec un immense regret que nous vous annonçons (…) une bien triste nouvelle pour le monde artistique car M. Pascal Rollin s’est éteint le lundi 16 août  suite à un cancer des poumons», a écrit sur Facebook l’Agence Diane Riel, en soulignant les plus de 60 ans de carrière de l’artiste.

    Il était notamment connu pour ses rôles dans les films Le confessionnal et Jésus de Montréal, ainsi que dans de nombreuses séries télé, dont Les pays d’en hautRue des pignonsScoopLe clan Beaulieu et pour ne nommer que celles-là. Dans «Les Oraliens», il fut la voix de «Millimagino». 

    En plus d’avoir incarné des rôles dans plus d’une trentaine de séries au fil des ans, Pascal Rollin, a aussi joué dans de multiples pièces de théâtre, au moins une cinquantaine, auprès de monstres sacrés tels Paul Buissonneau, Jean-Louis Roux, Jean Gascon et plusieurs autres.

    Sur Facebook, Loraine Pintal, directrice du TNM, lui a rendu hommage :

    «Notre ami Pascal Rollin nous a quittés après soixante belles années de métier qui lui ont permis de se métamorphoser en plusieurs personnages, nous éblouissant par son talent et sa polyvalence. Le TNM a eu le privilège de voir Pascal fouler les planches de son théâtre dans des œuvres classiques qu’il défendait avec conviction. Son Cléante dans Tartuffede Molière alors qu’il donnait la réplique au regretté Albert Millaire a laissé une marque ineffaçable. Il était un homme de conviction, un travailleur acharné et un compagnon de route formidable. Toute l’équipe du TNM offre à tous ses proches ses plus sincères condoléances.  Cher Pascal, que les dieux du théâtre t’accompagnent.»

    Avec sa grande amie Michelle Girard, il fut pendant 10 ans codirecteur du Théâtre des Cascades, à Pointe-des-Cascades, en Montérégie, qu’il a cofondé.

    Il y a six mois, à l’âge de 81 ans, le comédien apprenait, suite à une opération aux intestins, qu’il était atteint d’un cancer du poumon incurable et que «son heure avait sonné ». Il se disait alors en paix avec cette inévitable fin. « J’ai hâte d’être au paradis. Je vous y garderai une place », avait confié le comédien au journaliste de La Semaine à qui il donnait son ultime entrevue. 

    Pour Fugues, je l’avais sollicité à quelques reprises (la dernière fois, il y a 6 ans) pour une entrevue sur sa vie. Je le connaissais de manière indirecte, comme il a longtemps vécu avec un des cousins de ma mère. Mais chaque fois, cet homme à la voix enveloppante et toujours élégant avait très poliment décliné l’invitation, insistant qu’il préférait «pour le moment» que sa vie privée reste privée. 

    Il a passé ses derniers jours à la maison de soins palliatifs St-Raphaël. 

    Né Guy Bilodeau, le 10 mai 1940, il était le frère du comédien québécois Jacques Bilodeau et de l’animateur de télé de Soirée canadienne, Louis Bilodeau, tous deux décédés. 

    Il laisse dans le deuil ses neveux et nièces, de nombreux amis, comédiens, gens de théâtre, avec qui il a partagé sa vie et ses rêves. 

    Ses proches vous accueilleront au Complexe funéraire Magnus Poirier situé au 6825, rue Sherbrooke Est à Montréal, H1N 1C7, le vendredi 20 août 2021 de 9h à 13h45, suivi des funérailles au même endroit. 

    Au lieu de fleurs, des dons à La maison de soins palliatifs St-Raphaël seraient appréciés.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité