Jeudi, 28 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Markus Thormeyer, continue d’écrire l’Histoire, dans et hors de la piscine

    En 1992, le nageur canadien Mark Tewksbury a gagné l’or aux Jeux olympiques de Barcelone, à une époque où les athlètes LGBTQ+ étaient presque tous dans le placard. Près de 30 ans plus tard, les choses ont bien changé. La preuve : le nageur canadien Markus Thormeyer a pu faire son coming out avant les JO de Tokyo sans craindre pour sa carrière.

    Tu es rentré à Vancouver il y a une semaine [au moment de l’entrevue]. Comment te sens-tu?
    Markus Thormeyer : Ça fait du bien d’être à la maison, de ne rien faire, de me reposer et de mettre mon cerveau à off. À Tokyo, j’étais dans un environnement très intense et entouré d’athlètes qui avaient tous des objectifs très clairs. Ici, tout est plus tranquille. Depuis mon retour, je commence à réaliser ce que j’ai vécu.

    Tu as participé aux demi-finales individuelles aux 200 m dos et terminé quatrième au relais 4 x 100 mètres style libre. Qu’est-ce qui te rend le plus fier de cette expérience olympique?
    Markus Thormeyer : Je suis heureux d’avoir su transformer en performance tout ce que j’avais pratiqué à l’entrainement, mais je suis particulièrement fier de la détermination et de la résilience dont j’ai fait preuve durant l’année menant aux Jeux. Entre février 2020 et le début de juin 2021, il n’y a eu aucune compétition en natation de haut niveau à travers le pays, ce qui est très difficile pour les athlètes. C’est dur de s’entrainer sans arrêt et d’être privé d’opportunités de courir contre les autres. Les compétitions sont motivantes et elles sont un bon moyen de savoir où on se situe en vue des essais olympiques et des JO. En plus, durant l’été 2020, on a carrément été privés d’accès à la piscine durant 4 mois! C’est vraiment long.

    Mark Tewksbury a fait son coming out 6 ans après sa médaille olympique. Tu as parlé publiquement de ton orientation sexuelle avant d’aller à Tokyo. Qu’est ce que ça dit sur la société?
    Markus Thormeyer : Ça signifie qu’on va dans la bonne direction et qu’on peut être out sans avoir aussi peur qu’avant. J’ai eu l’occasion de discuter avec Mark et il m’a expliqué à quel point c’était angoissant pour lui, à l’époque. Son image publique pouvait être complètement ruinée. Au final, parce qu’il est sorti du placard, il a permis à d’autres athlètes comme moi de le faire et que ce soit plus normal et accepté. Rien n’est parfait. Il y a encore des homophobes. Mais j’imagine qu’en en parlant moi aussi, je pourrai en aider d’autres comme Mark m’a aidé.

    À l’hiver 2020, tu as publié un texte dans OutSports sur ta réalité de nageur
    homosexuel. Pourquoi ce geste?

    Markus Thormeyer : Malgré ce qu’on peut croire, je vois très peu d’athlètes
    ouvertement gais. En 2018, j’avais pensé écrire là-dessus pour aider les autres à réaliser que c’est possible de faire son coming out sans être intimidé et sans devoir abandonner son sport. Malheureusement, mon texte était de piètre qualité. Deux ans plus tard, mes années d’université m’ont permis d’améliorer ma plume et j’ai profité de la plateforme qu’on me donnait. Je sentais que mon texte pourrait faire une différence positive.

    Pensais-tu également au fait d’offrir une représentation asiatique et LGBTQ+?
    Markus Thormeyer : En partie, oui, parce que la plupart des athlètes qui sortent
    du placard sont blancs. C’est important d’offrir un visage plus diversifié de la
    communauté. Cela dit, ma mère a immigré de Hong Kong en bas âge et elle
    est très occidentale. Elle s’intéresse avant tout à mon bienêtre comme personne. Néanmoins, je sais que les personnes LGBTQ+ ne sont pas acceptées dans certains pays asiatiques.

    Dans ton texte, tu expliques qu’en vue des Jeux de Rio, en 2016, tu étais prêt à tout donner pour te qualifier, mais que quelque chose te ralentissait : le secret entourant ton homosexualité. Comment ça t’affectait?
    Markus Thormeyer : Quand tu n’es pas out, tu as deux identités. Je passais du temps avec mes amis sans me permettre d’être totalement moi-même. Ça affectait mes relations. J’avais peur qu’on découvre mon secret. J’arrivais en retard aux entrainement et je partais plus tôt. Ça me distrayait complètement et ça m’épuisait. Cette fatigue, additionnée à celle des longs entrainements, rendait ma vie insoutenable.

    Tu as aussi écrit que tu te sentais coupable face à tes coéquipiers. Pour quelle
    raison?

    Markus Thormeyer : On forme une grande famille entre nageurs et nageuses. Je sentais qu’ils étaient complètement authentiques et vulnérables avec moi, alors que je ne l’étais pas. Je me sentais fermé sur le plan émotif. Ils étaient confortables avec moi, mais je ne partageais pas beaucoup de choses avec eux. C’était une relation à sens unique. Au fond, j’avais besoin qu’ils le sachent.

    Tu as fait ton coming out auprès de tes coéquipiers de l’équipe nationale à 18 ans. Comment ça s’est passé?
    Markus Thormeyer : Super bien! J’ai simplement nommé la chose dans une
    conversation banale, en leur racontant que j’étais allé sur une date avec un gars la veille. C’était aussi simple que ça. Personne ne m’a dit «Je le savais» ni quoi que ce soit du genre. Ils m’ont répondu que c’était génial, qu’ils me soutenaient, qu’ils m’acceptaient et qu’ils étaient intéressés à ce que je leur parle davantage de moi. Évidemment, je ne dis pas qu’il n’y a aucun nageur homophobe, mais moi, j’ai été accueilli positivement par les nageurs canadiens et ceux d’ailleurs dans le monde. À partir de ce moment-là, je me sentais moins fatigué. Je nageais plus vite. J’étais simplement plus heureux, plus léger et plus rapide jour après jour.

    Vises-tu les JO de Paris en 2024?
    Markus Thormeyer : Je n’ai pas encore de plans concrets. Ça se pourrait très bien que je continue jusqu’à Paris. Mais pour l’instant, j’y vais un mois à la fois. J’ai besoin d’un autre bon mois de pause pour me remettre de la dernière année très drainante. Je priorise ma santé physique et mentale. Je sais seulement que je vais commencer un doctorat en zoologie à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) en septembre.

    INFOS | Instagram : @lilmarquenis

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité