Mercredi, 22 septembre 2021
• • •
    Publicité

    Ayibobo™ III: Little Dollhouse on the Prairie

    Iels s’appellent Rony F. Campbell, Syana O.Barbara, Elle Barbara, Chris M. Barbara, Kim N.Sankofa. Iels ouvriront la saison de Danse-Cité qui soulignera son quarantième anniversaire. Un spectacle, ou plutôt une performance pour se mettre en forme en cette rentrée culturelle. Sous l’égide de Elle Barbara, Ayibobo™ III: Little Dollhouse on the Prairie mettra les projecteurs sur une représentation de communautés d’expression queer et trans avec des artistes afro-descendant.e.s.

    On bouscule les barrières et on laisse place à une culture trop longtemps invisibilisée mais qui revendique aussi bien ses origines que sa modernité. Ayibobo, qui serait l’équivalent de «Amen!» dans les religions vaudous, est un clin d’oeil, et s’il est question de vaudou dans la nouvelle composition de Elle Barbara, c’est pour nous amener ailleurs dans un univers singulier constitué par Elle Barbara, elle-même, et ses artistes, avec qui elle forme une famille comme au bon vieux temps du «voguing» à New York. La «maison» fondée par Elle Barbara accueillent des artistes de différentes disciplines qui s’unissent pour produire des shows et sont tous des afro-descendants appartenant à la famille queer.
     
    Chris Marlot, qui a des racines haïtiennes et qui se définit comme un artiste queer fait aussi partie de la «Maison Barbara». Iel a trouvé une connexion avec les valeurs qu’iel souhaite défendre et avec un style artistique dans lequel iel se retrouve. «Il y a avec Elle Barbara
    le désir de briser tous les clichés véhiculés sur les communautés afro-descendantes et de montrer combien parmi elles certain.e.s s’éloignent de la vision un peu réduite de ces communautés qui seraient trop conservatrices, religieuses, ou encore peu ouvertes aux personnes queer».
     
    Pour faire partie de la Maison Barbara, pas besoin de présenter un curriculum vitae, ou encore de diplômes, car beaucoup des artistes queers émergent.e.s n’ont pas suivi de cursus artistique précis, comme en témoigne Chris Marlot. «Tout se passe lors d’une rencontre avec Elle Barbara. On parle de tout et si on partage un regard semblable, il y a de fortes chances pour que l’on puisse travailler avec elle. Bien sûr, les artistes qui se présentent ont tous une expérience, petite ou grande, mais leur désir et détermination font le reste, d’autant que Elle Barbara nous dirige, nous aide dans notre domaine, que ce soit la danse, la performance ou même la musique. Elle sait aussi très bien jouer sur nos forces et nos faiblesses.»
     
    Chris Marlot aime l’esprit de famille qui règne, ce fameux esprit de famille choisie en quelque sorte. Tout comme l’artiste Syana O.Barbara. «Nous partageons en somme une vision commune, aussi bien dans ce que nous voulons faire mais surtout comment nous voulons le faire ensemble, c’est-à-dire en apportant aussi nous idées, en travaillant en commun, on se forme aussi sur des plateformes en ligne, mais surtout ce qui est formidable avec Elle Barbara c’est que l’on apprend à se connaître soi-même, il faut se découvrir pour créer, pour aller plus loin dans notre démarche et en même temps à être plus libre quand on est
    encouragé soutenu».
     
    Venue de la scène underground, Elle Barbara, veut ramener ainsi l’esprit de la troupe qui travaille dans un but commun et qui sait compter sur les autres puisque tout le monde met en quelque sorte la main à la pâte. Une soirée aux allures flamboyantes, avec des clins d’œil aux origines, mais surtout un hymne à la création, à la transfiguration de soi-même et des autres par le show.


    INFOS | Ayibobo™ III: Little Dollhouse on the Prairie
    Du 11 au 18 septembre 2021 à La Chapelle Scènes Contemporaines
    lachapelle.org

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité