Jeudi, 28 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Des entrepreneures transgenres changent la donne pour leur communauté au Bangladesh

    Simran Snigdha n’était qu’une mendiante au Bangladesh quand le hasard a placé sur sa route une transgenre, comme elle, qui lui a offert de quitter la rue pour un emploi dans son usine grâce auquel elle peut aussi mener la vie d’artiste de ses rêves.

    Le Bangladesh, pays conservateur à majorité musulmane, compte 1,5 million d’individus transgenres, depuis longtemps victimes de discrimination et de violence. Rejetés par leurs familles et leurs communautés, privés d’éducation et méprisés par nombre d’employeurs, ils n’ont souvent guère d’options pour survivre que la mendicité, la prostitution ou la criminalité.

    «J’ai dû escroquer des gens (…) et me prostituer», confie Simran Snigdha. Mais aujourd’hui, elle travaille dans une usine de vêtements détenue et dirigée par une femme transgenre, à Dacca, capitale du Bangladesh. Cet emploi lui permet de vivre son grand rêve, celui d’être peintre. «Je peux maintenant m’adonner à mon activité préférée», déclare la jeune femme de 32 ans, un pinceau à la main.

    L’espace de liberté et de sécurité qu’elle a enfin trouvé reste rare pour de nombreux artistes transgenres qui ont besoin d’aide. «Je prie pour qu’ils ne retournent jamais à la mendicité, ne serait-ce qu’un seul jour».

    Survivre à la rue 
    Comme beaucoup, Simran Snigdha a fui, à 15 ans, le foyer familial, les agressions et humiliations vécues dans sa région rurale au centre du Bangladesh, pour rejoindre une communauté transgenre de Dacca. Elle a d’abord vécu sous la protection d’une «guruma», individu transgenre ayant des relations politiques et sociales, qui assure une certaine sécurité économique à ses protégés, mais susceptible de les contraindre à la prostitution, l’escroquerie et de les empêcher d’étudier.

    La vie de Simran Snigdha a changé en 2019 en approchant une voiture, à l’arrêt au détour d’un carrefour, dans laquelle se trouvait Siddik Bhuyan Synthia qui l’a remarquée et offert de rejoindre son entreprise. Avant, l’intimidation des transgenres «était légion», raconte cette dernière, « mais la majorité de la société est maintenant bienveillante à notre égard ». «Les ouvriers trans de mon usine sont des gens très ordinaires. Ils n’ont pas envie de se retrouver dans d’obscures officines», poursuit la femme de 38 ans, «ils préfèrent avoir une vie sociale comme tout un chacun».

    Sous le gouvernement de la Première ministre Sheikh Hasina, une tolérance croissante a donné lieu à de nouvelles lois en faveur des minorités sexuelles, accompagnées d’allègements fiscaux pour les entreprises qui les emploient. En 2013, un 3e genre a été officiellement reconnu et depuis 2018, les transsexuels sont autorisés à exercer leur droit de vote en tant que tel. Le gouvernement a aussi instauré des dispositifs de discrimination positive parmi toute une série d’aides.

    In this picture taken on June 24, 2021, a transgender person works at Bhuyan Fashion garment factory owned by Siddik Bhuyan Synthia, a transgender in Dhaka. – A growing number of trans people in Bangladesh are securing formal employment as the government boosts support for the marginalised community. (Photo by Munir Uz zaman / AFP) / TO GO WITH BANGLADESH-TRANSGENDER-SOCIAL-RIGHTS,FOCUS BY SHAFIQUL ALAM – TO GO WITH Bangladesh-transgender-social-rights,FOCUS by Shafiqul Alam

    Soif d’éducation
    En conséquence, plusieurs entreprises détenues et gérées par des transgenres – dont de nombreux salons esthétiques et de petites usines – ont fleuri à Dacca ces dernières années. «C’était impensable, il y a encore quelques années», rappelle Shale Ahmed, à la tête de Bondhu, organisation de défense des minorités sexuelles. Hors de son foyer, on se retrouve (à la rue) sans éducation.

    Et le manque d’éducation signifie qu’on ne trouvera aucune entreprise prête à proposer un emploi bien rémunéré », explique Rafid Saumik de l’organisation TransEnd. Dans son atelier de confection dans la capitale, n’employant que des transgenres, Apon Akhter est de celles qui ont changé les choses.

    «Quand j’ai commencé (…) les gens se sont moqués de moi en affirmant que les transgenres seraient incapables d’un travail effectif», raconte cette «guruma» de 32 ans. «Ils disaient que nous n’étions bons que pour la rue. Je me suis promise de leur prouver le contraire», dit-elle tout en reconnaissant que les salaires de ses 25 employés restent bas.

    Mais ils peuvent tout de même étudier et surmonter cet autre obstacle auquel la communauté transgenre est confrontée: le manque d’éducation. Nombre de ses employés, après des années de souffrance, sont venues la voir avec la soif d’apprendre. Son usine leur donne une chance de poursuivre leurs études. «Je souhaite vivement qu’ils trouvent la lumière qu’ils quêtent dans la vie», assure-t-elle. «Nous n’avons que nous autres».

    Rédaction avec AFP

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité