Jeudi, 28 octobre 2021
• • •
    Publicité

    «On ne baise presque plus et pourtant, on s’aime beaucoup…»

    Moins de libido, confort qui s’installe, impression d’avoir fait le tour de la question… Autant de raisons – réelles ou imaginaires – qui ont amené nos témoins à une sexualité dans le couple proche du néant absolu. Et pourtant, l’amour est toujours là et, dans certain cas, il est plus fort qu’avant.

    Le sexe est souvent l’étincelle qui fait qu’on sait si on est amoureux, si l’alchimie est suffisamment forte pour qu’on puisse envisager une histoire, une belle histoire d’amour…

    Paradoxalement, la rencontre et la découverte de l’autre est un des rares moments où on sépare le sexe de l’amour. Pour ensuite les associer durablement et risquer la fin de l’amour dès lors que les rapports s’espacent, voire disparaissent… Nos interviewés ont rencontré
    ce qu’ils considéraient au début comme un problème.

    Après sept ans de relation, Martin (36 ans, Lavallois) fait ce constat : «On était deux lapins quand on s’est rencontrés, et puis, avec le temps, on s’est moins touchés, on a eu moins de désir. Cette période a été difficile à vivre. Puis on a crevé l’abcès. On a accepté de considérer que le plus important entre nous, c’était l’amour. Pour le reste, on s’arrange…» S’arranger… Qu’est-ce que ça veut dire?


    Le sexe à sa juste place
    Pour Martin et son conjoint Travis, l’étape suivante a été l’ouverture : «On a ouvert notre couple en nous protégeant au maximum. Le troisième n’est là que pour épicer notre vie sexuelle… Et ça marche!» Comme pour le couple de Martin et Travis, celui de Pierre et Jean-Marc (39 et 43 ans, Lévisien) a trouvé dans une certaine ouverture du couple une solution à ce qu’ils considéraient à l’époque comme un sérieux problème : «Petit à petit, sans vraiment s’en apercevoir, on a laissé le manque de sexualité s’installer dans notre histoire. On a commencé à se sentir mal par rapport à ça et à développer une forme de culpabilité… Puis on en a parlé. On s’est rendu compte qu’on mélangeait les choses : le sexe, c’est le sexe, et l’amour, c’est l’amour!

    On confondait quelque chose qu’on avait construit tous les deux, patiemment et puissamment, avec un besoin physiologique quasi animal… On a remis le sexe à sa place et notre histoire d’amour s’en est trouvée renforcée…»


    Recréer le désir
    Quand les Montréalais K. (29 ans) et son mari S. (27 ans) ont senti que leur histoire battait de l’aile parce qu’ils ne faisaient plus l’amour, ils ont réagi : «On s’en est rendu compte tout de suite après notre mariage. Comme si l’évènement avait précipité les choses. Mon mari m’a dit à cette époque qu’on avait ce problème parce qu’on ne se désirait plus. On était devenu tellement fusionnels qu’on n’avait plus ce manque de l’autre nécessaire au désir. On faisait tout ensemble, on vivait pratiquement tout le temps ensemble… On ne se manquait plus. Le fait de se marier était une caricature de ce que nous vivions. On a donc décidé de réapprendre à se manquer. Depuis, notre libido a explosé.» 

    Se manquer pour mieux s’aimer. Pedro (57 ans) est d’accord : « Mon homme est moi avons commencé à moins faire l’amour quelques semaines après avoir emménagé ensemble. Du coup, on a repris nos appartements respectifs. On l’a échappé belle!»


    Retrouver de l’intimité
    Chacun a sa stratégie. Réal (51 ans) a décidé de littéralement redéfinir les relations sexuelles avec son chum peu après avoir senti une baisse d’activité : «Mon homme adore sortir. On passait notre vie dehors. Bars, clubs : tout était une occasion de voir des amis. Tout ce temps dépensé avec les autres empiétait largement sur notre intimité. On rentrait crevé et on n’avait plus envie… J’ai dit ‘‘stop’’! Et on a décidé que certains jours, nous serions systématiquement off pour les autres. On a retrouvé notre intimité et notre envie de faire l’amour.»

    Stefane (57 ans), lui, a accepté cette baisse d’activité sexuelle : «On ne fait pratiquement plus l’amour, mais nos sentiments sont plus forts. On a installé dans notre vie une intimi-té, une vie secrète à deux qui ne regarde que nous, qui fait partie de nous. Pour moi, il est plus facile d’avoir une relation sexuelle que de trouver le grand amour… On sait à quel point on est chanceux de s’aimer!»

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité