Mercredi, 17 août 2022
• • •
    Publicité

    Vous voulez vous lancer en affaires?

    Vous avez une bonne idée, un produit, un service et vous êtes convaincu que ça va marcher? Vous partez de zéro et vous vous demandez comment faire? Voici quelques conseils stratégiques pour mettre toutes les chances de votre côté.


    Tester et définir votre projet d’affaires
    Commencez par le commencement : testez votre idée en la validant dans votre entourage, auprès de professeurs ou de spécialistes de l’industrie que vous visez, si possible auprès de clients potentiels. Évaluez les forces en présence : quelles sont les entreprises, petites et grandes, locales ou mondiales, qui offrent un produit ou un service similaire ou proche de ce que vous avez en tête? Ensuite, définissez votre projet, détaillez-le. Commencez par décrire, en style clair, simple — télégraphique s’il le faut —, votre idée d’entreprise, ses produits et ses services, la clientèle, les territoires ciblés, les principales caractéristiques de votre projet, ses avantages, les principaux obstacles auquel vous devrez faire face, vos motivations personnelles, vos objectifs financiers, etc. Cet exercice vous forcera a bien définir ce que vous voulez faire et vous permettra de ne pas partir de zéro.


    Le plan d’affaires
    La prochaine étape, c’est de passer à la vitesse supérieure : vous devez faire votre plan d’affaires. Pas besoin de détenir un MBA pour rédiger un plan d’affaires! Et pas besoin non plus de pondre une encyclopédie : une dizaine de pages suffisent. Mais cet exercice permettra surtout de démontrer votre sérieux.

    Un plan d’affaires, c’est comme une feuille de route. Il compte habituellement des chapitres clés suivants :
    • La présentation de l’entreprise;
    • Une étude de marché;
    • Une planification marketing;
    • Une description des opérations;
    • Vos besoins en ressources humaines au début et pour les premiers deux ans;
    • Les finances : d’où viendra l’argent de la mise de départ (voir les options au point suivant : financement).

    Un bon plan doit décrire fidèlement ce que sera votre entreprise et justifier pourquoi les clients choisiraient votre offre plutôt que celle d’un compétiteur. On doit sentir votre enthousiasme ainsi que votre expertise. La partie finances doit être particulièrement bien ficelée, car c’est celle qui permettra à vos futures partenaires de jauger du sérieux de votre démarche. Infos et outils supplémentaires : Entreprises Québec, BDC, PME MTL, Modèle de plan d’affaires.


    Le financement
    L’argent, c’est le nerf de la guerre. C’est particulièrement vrai en affaires. Mais pas besoin de venir d’une famille riche pour se lancer, car le Québec regorge de programmes d’aide financière pour les nouveaux entrepreneurs.

    Normalement, une entreprise en démarrage dispose de plusieurs sources de financement. En voici les principales :
    • Investissement personnel : vous consacrez une partie ou l’ensemble de vos économies et vous mettez des actifs personnels en garantie (ordinateur, automobile, propriété). C’est ainsi que vous prouvez le sérieux de votre engagement et fournissez le capital de prédémarrage.

    Love money : plusieurs entrepreneurs sont soutenus financièrement par leurs proches (famille, amis), par des dons, des prêts ou des cautionnements. Signez des reconnaissances de dette pour éviter les conflits potentiels.

    • Campagne de socio financement : le financement socioparticipatif permet de tester votre concept et le faire connaître du public. Les principales plateformes au Québec sont La Ruche, Haricot, Yoyomolo et Ulule. Les plateformes internationales actives ici sont : Kickstarter, Indiegogo et Gofundme. Certaines plateformes permettent non pas de recueillir des dons en versant une contrepartie, mais de recruter des actionnaires! Voici les deux principales, la Québécoise Gotroo et la Canadienne Frontfunder.

    • Incubateur d’entreprise : il s’agit d’un organisme lié à un secteur technologique, une université, une région ou un quartier, qui permet de regrouper sous un même toit entrepreneurs en devenir et expertises diverses (notamment du financement). Le loyer est minime ou inexistant, mais l’expérience est transformatrice, car vous partagez expertises, expériences et enthousiasme. Elle ne dure normalement pas plus qu’un ou deux ans.

    • Subventions gouvernementales : plusieurs organismes gouvernementaux offrent une aide selon le type d’entreprise et le secteur économique. Elle n’est pas gratuite : souvent, on vous accorde une subvention si vous avancez une somme équivalente en temps ou en argent. Et les démarches sont fastidieuses. Infos supplémentaires : Économie et Innovation Québec, Services Canada, Banque Nationale, InfoEntrepreneurs, Entreprises Canada,  Investissement Québec.

    • Prêts d’institutions financières : banques et caisses populaires sont les principaux partenaires des entrepreneurs. Ces institutions accordent du financement si vous fournissez une garantie personnelle et présentez un plan d’affaires sérieux.

    • Capital de risque : plusieurs organismes régionaux ou locaux de développement économique ciblent, entre autres, les entreprises en démarrage ou en croissance : ÉVOL, SDC (rues commerciales, contactez votre municipalité), SADC, PME MTL, FLI, RISQ, Filaction, SOLIDE.


    Le mentorat pour entrepreneurs
    Une bonne démarche entrepreneuriale ne serait pas complète sans qu’un futur entrepreneur n’envisage le mentorat pour entrepreneurs. Selon plusieurs sources internationales, 70% des propriétaires de PME qui sont mentorés franchissent le fameux cap des cinq ans de survie d’une entreprise. Au-delà de ce cap, une entreprise est réputée assez solide pour durer et prospérer. Ce taux est deux fois plus élevé que les PME dont le dirigeant n’est pas mentoré. Bref, le mentorat pour entrepreneurs est une condition de succès non négligeable pour un futur entrepreneur.

    EVOL

    L’offre de financement d’EVOL, conjuguée à une expérience d’accompagnement personnalisé et des services complémentaires adaptés, permet aux entrepreneur.e.s de bâtir des entreprises durables et prospères. Prêts conventionnels allant de 20 000 $ à 450 000 $ pour les entreprises diversifiées et inclusives du Québec.


    INFOS| evol.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité