Mercredi, 28 septembre 2022
• • •
    Publicité

    La montréalaise Gisèle Lullaby remporte la compétition du Drag Race Canada

    C’est la troisième année de suite qu’une Québécoise s’impose parmi les finalistes de l’émission, mais la première fois qu’une est couronnée.

    Rappelons que lors de la première saison de Canada’s Drag Race, c’est l’Ontarienne Priyanka qui avait remporté la compétition, s’illustrant devant Rita Baga. L’an dernier, c’est Icesis Couture, une drag queen d’Ottawa, qui a remporté les grands honneurs, battant ainsi Kendall Gender et Pythia de Montréal. Cette année, Gisèle Lullaby affrontait Kimmy Couture d’Ottawa, ainsi que Jada Shada Hudson et Miss Fiercalicious, toutes deux de Toronto. Mais contrairement aux Québécoises qui l’ont précédée, Gisèle a remporté la compétition (et les 100 000$ qui viennent avec) et… elle ramène la couronne à Montréal.

    Shouldn’t say I’m perfect, je suis parfait. Êtes vous prêt Quebec, pour une nouvelle vedette! 

    Lors de la finale, qui était diffusée jeudi soir sur Crave, les juges Brooke Lynn HytesBrad Goreski et Traci Melchor devaient décider laquelle des quatre dernières drag queens maîtrisait le mieux le chant, la danse, le jeu d’actrice, l’imitation, le design et l’improvisation. 

    En plus de prix remporté au cours de la saison, Giselle a remporté un grand prix en argent, une tonne de produits de maquillage pour une année et le titre de superstar canadienne de la drag.

    Reconnue pour sa beauté, sa joie de vivre et son humour délectable et pétillant. Gisèle Lullaby fait aujourd’hui partie des drag-queens phares de Montréal. C’est toutefois comme danseuse comme qu’elle s’est fait connaître au Cabaret Mado. En 2009, dans le cadre d’une soirée anniversaire pour Franky Dee, on lui avait demandé de monter un numéro sur la chanson Single Ladies de Beyoncé avec deux autres danseurs. Elle s’est retrouvée à faire la drag-queen pour interpréter la diva dans le numéro. Sa performance a su convaincre de son potentiel plusieurs personnes qui l’ont encouragé à se lancer officiellement dans le métier. 

    LIRE AUSSI : Les reines de Canada’s Drag Race unies pour célébrer la production visuelle de chez NOUS

    Toustes ceux et celles à qui nous avons parlé d’elle depuis quelques semaines ont insisté pour souligner la vision professionnelle qu’accorde Gisèle au métier de drag-queen. Elle est consciente qu’elle doit offrir le meilleur d’elle-même et se donne chaque fois à 110%, comme s’il s’agissait de sa dernière prestation. 

    Tout au long de cette 3e saison de Drag race CanadaGisèle Lullaby a démontré un altruisme hors du commun pour ce genre de compétition, n’hésitant pas à aider plusieurs de ses adversaires dans la couture de leurs robes ou de les conseiller avec doigté dans leurs choix et à encourager celles qui pouvaient avoir un down.

    Les inspirations de Gisèle sont très éclectiques — et elle assume pleinement son côté camp, parfois quétaine, mais jamais cheap —, comme elle l’a démontré tout au long de la compétition. 

    LIRE AUSSI : Deux Québécoises sur la ligne de départ de la 3e saison de Canada’s Drag Race

    Grâce à elle, le Snatch Game de la Saison 3 de Canada’s Drag Race restera dans les annales de la télé drag, en interprétant… Marie Curie, la scientifique lauréate du prix Nobel qui a découvert le radium, a été pionnière de la recherche sur les rayonnements et a inventé le terme «radioactivité». Un choix pour le moins… surprenant pour un défi Snatch Game, alors qu’elle était assise entre «Aziz Ansari» interprétée par Bombae et une «Kourtney Kardashian», incarnée par Miss Fiercalicious. Mais c’est précisément la raison pourquoi le tour de force de Gisèle en tant que Marie Curie est une grande réussite. Elle a su jouer de surprises en surprises, en incarnant une improbable scientifique avec un humour décapant et inventif, surprenant l’animatrice et juge Brooke Lynn qui lui avait pourtant suggéré d’opter plutôt pour son second choix, celui de Céline Dion.

    Notons que c’est tout de même son interprétation impeccable de A New Day de Céline qui lui a permis de remporter le Face Off en finale.

    À part la reine-mère Mado Lamotte, et Rita Baga qui est maintenant dans la sphère des grandes vedettes québécoises, Gisèle Lullaby est sans doute l’une des drag-queens au Québec qui s’est jusqu’à présent le plus s’illustrée le plus sur la toile. À 34 ans, Gisèle rêve d’avoir son propre talk-show. Et avec le couronnement de jeudi soir, ce rêve pourrait devenir réalité, plus vite qu’elle ne pouvait l’espérer il y a quelques mois.

    À voir ou à revoir sur CRAVE

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité
    Publicité