Lundi, 27 mai 2024
• • •
    Publicité

    Les Mutant.es : Face à leur destin 

    Ils et elles ont dans la quarantaine et retournent sur les bancs d’école. Ils et elles ne sont plus des élèves mais des étudiant.e.s mais qui n’ont plus de profs. Ils et elles sont livré.e.s à eux-même et elles-mêmes. Que feront-ils et elles pour laisser leurs traces dans ce monde. Une grande réflexion proposée dans Les Mutant.es au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, autour de ce qu’est la génération dite abusivement sacrifiée et des choix que ces « étudiant.e.s » à l’heure du mi-temps de leur vie. 

    En 2011, Sophie Cadieux et Sylvain Bélanger créaient Les Mutants, où des trentenaires se retrouvaient à la petite école sous la houlette d’un maître. «Le questionnement de ces jeunes alors tournaient autour de ce que leurs parents leur avaient laissé comme monde avec tous les problèmes à régler, confie Sophie Cadieux, et aujourd’hui, avec ces quarantenaires, c’est moins vers le passé que l’on se tourne, mais vers l’avenir, qu’est-ce qu’ils et elles doivent encore accomplir en quelque sorte». 

    Attention, il ne s’agit pas d’une mise à jour, ni d’une nouvelle mouture des Mutants d’il y a dix ans mais une création. Le concept reste cependant le même avec des hommes et des femmes réuni.e.s et qui font le point, le texte et la mise en scène sont nouveaux. «Mais au contraire de la première création, il n’y a aucun professeur, comme une désertification des maîtres, comme si elles et ils devaient se créer leur propre programme, leurs propres références, qu’ils et elles étaient maître de leur proche choix, continue Sophie Cadieux, une génération alors qui ressent alors une grande fatigue, continue Sophie Cadieux, comme si tout était à faire, à réinventer». 

    Avec la remise en question des idéaux, d’immenses défis devant elle, cette génération qui a souvent tout misé sur l’individualisme se sent stérile et confuse sur ce qu’elle est en train de devenir. Et pour tenter de saisir l’essence du malaise, les deux idéateurs de la pièce, Sylvain Bélanger et Sophie Cadieux, ont travaillé la matière qui compose le texte en collaboration avec les comédien.ne.s, un travail au départ collectif qui a nourri la dramaturgie des Mutant.es. «Plusieurs comédien.ne.s faisaient partie de l’aventure en 2011, précise la comédienne, et c’est étonnant de voir comment le temps a joué sur leur mémoire, comme de se souvenir d’avoir joué les Mutants mais aussi d’avoir oublié aussi différentes étapes du processus, c’est intéressant d’autant qu’on a pu compter sur l’arrivée de nouveaux comédiens, ce qui enrichit encore le nouveau texte, c’est vraiment une toute nouvelle création qui n’a plus aucun lien avec la première». 

    Sophie Cadieux sera sur scène une de ces étudiant.e.s, qui a une saison bien chargée puisqu’elle reprendra son rôle dans Féministe pour homme en décembre prochain à l’Usine C puis se retrouvera en janvier et février sur les planches de l’Epace Go dans Affaires Intérieures dans un concept thétral qu’elle a co-écrit avec Mélanie Demers et Frannie Holder

    INFOS | Les Mutant.es, du 18 septembre au 14 octobre 2023, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Texte : Sylvain Bélanger et Sophie Cadieux. Mise en scène : Sylvain Bélanger. Production la Banquette Arrière et Centre du Théâtre d’Aujourd’hui 

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité