Lundi, 25 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Un fonds d’un demi-million de dollars attribué par la TD pour Interligne

    Alors que la pandémie de coronavirus a bousculé les services des organismes ayant eu un nouvel afflux de demandes, voici que le Groupe Banque TD a octroyé son fonds de 10M$ à 15 organismes de bienfaisance ou de fondations et ce, tant au Canada qu’aux États-Unis. Parmi ces groupes, on retrouve au Québec Interligne et la Fondation du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Dans le cadre de son programme «Le défi TD Prêts à agir», le CUSM reçoit la somme de 350 000$, tandis qu’Interligne s’est vu remettre une subvention substantielle de 500 000$ sur deux ans et demi.

    Cela permettra à cet organisme communautaire de poursuivre sa mission et d’augmenter son personnel qui a vu des hausses record d’appels depuis le premier confinement, en mars 2020. « Lorsque la pandémie [de COVID-19] nous a plongés dans un contexte d’incertitude générale, il nous semblait clair que la TD devait investir dans des projets favorisant un rétablissement rapide et durable des collectivités. Nous sommes donc très fiers de remettre ces subventions à Interligne et à la Fondation du CUSM qui portent des projets inspirants, résilients et inclusifs », a affirmé Sylvie Demers, présidente, Direction du Québec, Groupe Banque TD, par voie de communiqué.

    «Évidemment, nous sommes très, très contents de cette subvention, indique pour sa part Pascal Vaillancourt, le directeur général d’Interligne. Ce financement de la Banque TD va nous permettre de continuer certains programmes et d’augmenter le nombre d’employés pour répondre plus efficacement puisque nous avons eu des hausses d’appels depuis le premier confinement où on a senti cette détresse, cet isolement, cette angoisse de bien des gens dans les communautés LGBTQ+.»

    Interligne a ainsi enregistré une hausse de 30 à 40% du nombre d’appels. En tout, il y a eu plus de 35 000 recours aux services de l’organisme en 2020. «Les jeunes qui se voyaient confinés dans le milieu familial ont subi de la violence, des paroles désobligeantes. Il y avait beaucoup de détresse et de l’anxiété et même des appels suicidaires, poursuit Pascal Vaillancourt. Et chez les personnes âgées aussi, on a entendu beaucoup d’isolement, de gens qui se sentaient très seuls. C’est là qu’on a créé un service de « jumelage » avec un bénévole chargé d’appeler la personne 2 à 3 fois par semaine parfois. Des fois, c’était juste pour que la personne puisse parler à quelqu’un durant la semaine. Là, on établit une relation où c’est nous qui les appelons. Et çà, c’est nouveau!»

    Pascal Vaillancourt

    «Les appels sont plus longs, c’est plus lourd pour le personnel. Certaines personnes appelaient aussi parce qu’elles ont perdu leur emploi, etc. Notre équipe est faite forte, mais c’est dur», avoue Pascal Vaillancourt. Cette subvention substantielle de la Banque TD va donc soutenir Interligne (connu anciennement sous le nom de Gai Écoute), lui permettre d’augmenter le nombre d’employés, en plus de maintenir ses divers programmes. Un tiers du budget de l’association provient des dons et, avec la pandémie, il y avait la crainte légitime que ceux-ci ne soient pas à la hauteur de ce qui est récolté normalement. «Nous n’avons pas encore de financement stable, explique le directeur général d’Interligne. Le service de nuit, par exemple, n’est pas couvert par le gouvernement provincial, ce sont les dons qui nous permettent d’offrir ce service. La Banque TD vient donc combler ce besoin.»

    Interligne va donc poursuivre le «jumelage» avec les personnes aînées LGBTQ+, va continuer aussi son programme de contacts avec les nouvelles et les anciennes générations par correspondance (et qui font le pont entre les jeunes et les aînés dans un cadre sécuritaire pour tout le monde) et pouvoir plus mettre de l’avant sa plateforme «Alix» sur les actes de violences vécues par les personnes LGBTQ+. «Grâce à cette nouvelle subvention, on va pouvoir engager quelqu’un qui va œuvrer à faire connaître Alix auprès des communautés LGBTQ+ pour que les gens puissent dénoncer plus facilement les actes de violences dont ils et elles sont victimes [que ce soit de la violence conjugale, familiale ou autre]», note Pascal Vaillancourt.

    Mis sur pied en 1980, Interligne s’est développé pour comprendre une écoute par téléphone, mais aussi le clavardage et les textos pour rejoindre la jeune génération et ce, 24h sur 24.

    INFOS | Montréal, 514-866-0103 ou ligne sans frais 1-888-505-1010 ou encore interligne.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité