Lundi, 18 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Un jeune iranien gai assassiné par sa famille dans un prétendu crime d’honneur

    Un jeune homosexuel iranien a été brutalement assassiné et décapité par sa famille dans le cadre d’un prétendu «crime d’honneur» commis après la découverte de l’orientation sexuelle du jeune homme.

    Alireza Fazeli-Monfared, 20 ans, aurait été assassiné par son frère et ses cousins ​​le 4 mai dernier après que ces derniers aient découvert que l’armée iranienne l’avait dispensé de service militaire en raison de «dépravation sexuelle», un intitulé qui s’applique aux homosexuels.

    Selon son meilleur ami, Alireza a été son demi-frère l’a emmené en voiture au village de Borumi, au prétexte que son père souhaitait le voir. Là, son frère et ses cousins ​​l’ont assassiné et décapité, avant de jeter son corps près d’un arbre.

    Alireza avait prévu de fuir l’Iran et de rejoindre son petit ami en tant que réfugié en Turquie avant sa mort. Son partenaire, l’activiste Aghil Bayat, a déclaré au réseau iranien LGBT «6rang» que les assassins avaient appelé la mère d’Alireza après le meurtre et lui avaient dit où trouver son corps.

    La mère d’Alireza a été «hospitalisée sous le choc» après le meurtre, selon lui. Il a déclaré un plus tard à une radio locale que les assassins d’Alireza avaient été arrêtés.

    Les personnes LGBT sont souvent la cible de violences de la part de membres de leur famille en Iran. Dans une déclaration, 6rang a dénoncé le processus d’exemption militaire qui a permis à la famille d’Alireza d’identifier son orientation sexuelle.

    «Le meurtre d’Alireza à la suite de la déclaration de son orientation sexuelle sur sa carte de service militaire [d’exemption] a une fois de plus fourni la preuve de notre mise en garde il y a plusieurs années sur les risques causés par le processus d’exemption du service militaire pour les homosexuels iraniens et souligne la nécessité de législation pour prévenir ces risques pour la sécurité» des personnes, a déclaré 6rang dans un communiqué partagé sur Instagram.

    Le processus met en danger les membres de la communauté LGBT en Iran, où l’homophobie et la transphobie sont monnaie courante.

    Les femmes et les personnes LGBT sont souvent ciblées dans des soi-disant «crimes d’honneur» au prétexte qu’elles ont fait honte ou déshonorer leur famille.

    Les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont illégales en Iran et peuvent être passibles de la peine de mort ou de la réclusion à perpétuité, et toute manifestation d’identité LGBT est fermement condamnée.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité