Mardi, 21 septembre 2021
• • •
    Publicité

    Un gouverneur potentiel candidat à la présidentielle brésilienne fait son coming out

    Le gouverneur brésilien et potentiel candidat à la présidentielle, Eduardo Leite, a fait son coming out, une révélation très commentée dans le pays traversé par une vague ultra-conservatrice incarnée par le président Jair Bolsonaro qui tient souvent des propos homophobes.

    «Dans ce Brésil actuel de peu d’intégrité, nous devons dire ce que nous sommes, pour que ce soit clair et qu’il n’y ait rien à cacher. Je suis gai. Je suis un gouverneur gai et pas un gai gouverneur. Tout comme Barack Obama n’était pas un noir président mais un président noir», a déclaré Eduardo Leite dans une interview diffusée tôt vendredi sur la chaîne TV Globo. «Et j’en suis fier», a poursuivi le gouverneur centriste de 36 ans du prospère État de Rio Grande do Sul, dans le sud du pays.

    Alors qu’est célébrée la fierté au Brésil, Edouardo Leite a ainsi voulu affronter les rumeurs qui se sont intensifiées depuis qu’il est candidat à la candidature au sein du Parti social-démocrate brésilien (PSDB) pour les élections présidentielles d’octobre 2022. «Je sors dîner avec mon petit ami, je ne me cache de personne. Mais il y avait toujours un certain brouhaha, une certaine incompréhension, une blague du président (Jair Bolsonaro), des attaques d’autres politiciens. Ce n’est pas acceptable et ça ne devrait pas être toléré», a poursuivi Eduardo Leite.

    Selon le journal O Globo, c’est la première fois qu’un candidat à la présidence au Brésil se déclare homosexuel, un pays où les homosexuels et les transsexuels sont victimes de violences. Sur les réseaux sociaux, son coming-out est pour l’heure accueilli par des louanges: «admiration et respect pour mon ami @EduardoLeite_», a tweeté le gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria, son adversaire à la candidature au sein du PSDB.

    Avant de devenir gouverneur du Rio Grande, en 2019 à l’âge de 33 ans, Edurardo Leite a été maire de Pelotas (une ville de 350 000 habitants), de 2013 à 2016, où il avait été élu conseiller de district en 2009.

    Les questions liées à l’orientation sexuelle ont été au centre de la campagne électorale de Jair Bolsonaro en 2018, qui a bénéficié du soutien des églises pentecôtistes ultraconservatrices. Il avait dénoncé un programme éducatif contre l’homophobie comme étant un «kit gay» avec lequel la gauche tenterait d’influencer l’orientation sexuelle des enfants. En 2011, Jair Bolsonaro, alors député, avait déclaré : «je serais incapable d’aimer un fils homosexuel. Je préfèrerais que mon fils meure dans un accident plutôt que de le voir apparaître avec un moustachu».

    En novembre dernier, en pleine deuxième vague meurtrière de coronavirus, le président d’extrême droite avait critiqué les mesures de confinement, exhortant le Brésil à «cesser d’être un pays de pédés» en maintenant une vie normale afin de ne pas compromettre l’activité économique.

    Rédaction avec AFP

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité