Mercredi, 22 septembre 2021
• • •
    Publicité

    Des dizaines de milliers de participants à la plus grande marche LGBT de Hongrie

    Des dizaines de milliers de personnes ont défilé à Budapest samedi pour ce qui constitue le plus grand rassemblement pro-LGBT de l’histoire hongroise. Une manifestation qui s’est tenue en pleine tension déclenchée par une série de mesures anti-gaies du Premier ministre Viktor Orban.

    Après l’adoption d’une loi dite «anti-pédophilie» par le parlement hongrois le mois dernier, les détracteurs d’Orban chez lui et à Bruxelles l’ont accusé d’avoir assimilé pédophilie et homosexualité.

    «Beaucoup de gens sont consternés par la nouvelle loi et la propagande anti-gai», a déclaré Johanna Majercsik, porte-parole de l’organisateur de la Budapest Pride. «Ils veulent montrer leur soutien à la communauté LGBTQ», a déclaré Majercsik, ajoutant que la fierté de cette année était la plus importante de ses 26 ans d’histoire.

    People attend the Budapest Pride march in Budapest, Hungary, July 24, 2021. REUTERS/Marton Monus

    Des dizaines personnes ont pris part au défilé haut en couleurs qui s’est déroulé le long d’un boulevard principal avant de traverser le Danube pour finir dans un parc.

    Bien qu’Orban décrive le projet de loi comme protégeant les enfants, les dirigeants LGBTQ affirment qu’il stigmatise les homosexuels et vise à renforcer le soutien de la droite radicale du Premier ministre avant les élections de l’année prochaine.

    «Je n’ai jamais été à une Fierté auparavant, même si j’ai toujours soutenu les personnes LGBTQ et compris leurs problèmes», a déclaré Zsofi Varadi, une mère de deux enfants de 46 ans, avant de mettre un t-shirt aux couleurs de l’arc-en-ciel. «Mais cette année, je me suis vraiment mis en colère car il y a tellement de propagande contre eux, ils ont besoin de voir beaucoup de gens les soutenir», a-t-elle déclaré avant de se lancer dans le défilé qui s’est déroulé dans le calme.

    Des drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel étaient suspendus à plusieurs balcons des bâtiments le long du parcours, tandis que des pancartes portées par les marcheurs se moquaient d’Orban et de son parti au pouvoir, le Fidesz, dont les législateurs ont présenté le projet de loi au parlement.

    Orban a déclaré mercredi qu’un vote national serait organisé pour évaluer le soutien national à la loi après que la Commission européenne a lancé une action en justice contre Budapest pour cette mesure.



    Un groupe d’environ 200 contre-manifestants postés le long de la route a brandi des banderoles indiquant «Stop à la pédophilie LGBTQ» et a crié des insultes homophobes en direction des manifestants. «La loi anti-pédophilie a donné aux patriotes comme nous une arme pour protéger nos enfants contre des déviants comme eux», a déclaré un orateur aux contre-manifestants via un mégaphone.

    Depuis que la loi a été approuvée par le parlement dominé par le Fidesz le 15 juin, plusieurs attaques homophobes ont été signalées dans les médias locaux, tandis que des militants LGBTQ mettent en garde contre la peur croissante dans leur communauté.
    «C’est un peu effrayant pour être honnête, d’être moi-même en tant que personne fluide, vous pouvez être battu ou des trucs comme ça», a déclaré Artur, un marcheur de 16 ans.
    «Les marches des fiertés en Europe de l’Est en particulier sont moins une célébration et plus une protestation, avec de plus en plus de protestations contre chaque année», a déclaré Luca Dudits, 24 ans, qui co-dirige le groupe de défense des droits LGBTQ, Hatter Society.
    «Il est maintenant plus important que jamais de descendre dans la rue ensemble dans ce combat pour les droits et la liberté des personnes LGBTQ», a-t-il déclaré à l’AFP.

    Plusieurs dizaines d’ambassadeurs basés dans la capitale hongroise ont également assisté à la marche, après que plus de 40 ambassades et instituts culturels étrangers ont publié une déclaration conjointe de soutien aux droits des LGBTQ plus tôt cette semaine.

    La dernière législation est considérée par ses partisans comme faisant partie du projet d’Orban depuis qu’il a pris le pouvoir en 2010 pour transformer la Hongrie en un bastion socialement conservateur dit «illibéral».

    La dernière loi se limitait à l’origine à des mesures plus sévères contre les abus sexuels sur enfants, mais sa version finale interdisait la «représentation ou la promotion» de l’homosexualité et le changement de sexe aux moins de 18 ans.
    Il demandera également aux participants s’ils soutiennent «la promotion du traitement de changement de sexe pour les mineurs»  ou «l’exposition illimitée des enfants à des contenus sexuels préjudiciables». Aucune date n’a été fixée pour le référendum

    Rédaction avec AFP

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité