Mercredi, 21 février 2024
• • •
    Publicité

    Les tentatives de censure de livres ont atteint un record aux États-Unis

    Ces tentatives de retrait de livres des rayonnages concernent surtout les ouvrages traitant de questions liées à la communauté LGBT+ et aux personnes racisées.

    Jamais depuis vingt ans autant de demandes de censure de livres n’ont été formulées aux États-Unis, a averti jeudi dernier l’Association des bibliothèques américaines, dans un contexte de polarisation culturelle croissante dans le pays.

    Ces tentatives de retrait de livres des rayonnages concernent surtout les ouvrages traitant de questions liées à la communauté LGBT+ et aux minorités, selon l’ONG.

    En tout, 1 269 demandes de censure visant un ou plusieurs livres ont été déposées sur le territoire américain l’an passé, contre 729 en 2021, année qui avait déjà établi un record, selon un communiqué de l’association, qui recense ces données depuis 2003.

    Les ouvrages ciblés sont au nombre de 2 571, contre 1 858 en 2021. La grande majorité (86 %) sont des livres de littérature jeunesse, et plus de la moitié (58 %) concernent des livres enseignés ou disponibles à l’école.

    « Nous observons que ces requêtes proviennent de groupes organisés de censure, qui prennent pour cible les conseils d’administration des bibliothèques locales pour demander que soient retirées une longue liste de livres », a dénoncé Deborah Caldwell-Stone, en charge de la liberté intellectuelle au sein de l’association, citée dans le communiqué.

    L’objectif de cette « police autoproclamée du livre » est « d’effacer les voix de ceux qui sont généralement exclus des conversations de notre nation, comme les personnes de la communauté LGBTQIA+ ou les personnes de couleur », a-t-elle fustigé.

    La publication de ces données intervient alors que des États conservateurs américains s’attaquent de façon plus frontale aux livres traitant de sujets allant du racisme à l’identité de genre.

    Selon leurs détracteurs, ces oeuvres incitent notamment les enfants blancs à se voir comme des oppresseurs des minorités.

    Le roman Beloved, un classique de la romancière afro-américaine Toni Morrison, a notamment été pris pour cible. Prix Pulitzer en 1988, il raconte l’histoire d’une ancienne esclave qui choisit de tuer son enfant pour lui éviter de subir à son tour les atrocités de l’esclavage.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité