AccueilCultureLivresMes objectifs gays

Mes objectifs gays

Grand fan des statistiques et des listes d’objectifs à atteindre, Jay est convaincu d’être le seul adolescent gai de sa petite localité et qu’il mourra puceau : il en est certain puisqu’il a établi un calcul statistique à ce sujet. Mais voilà que la prémisse de son calcul des probabilités change lorsque ses parents lui annoncent qu’ils déménagent tous à Seattle, haut lieu de diversité, du moins selon Jay.

Il arrive donc sur place muni d’une nouvelle liste d’objectifs, bien convaincu que d’ici la fin de la semaine il se sera trouvé un petit copain ou aura embrassé un autre garçon ou… au minimum, aura serré la main d’une personne s’identifiant comme LGBT.

C’est ainsi que dès sa première journée, dans sa nouvelle école secondaire, il fonce tête baissée dans l’Alliance queer-hétéro et contre le torse d’Albert, qui ne semble pas mécontent de ce télescopage inattendu. Rien n’est cependant jamais simple puisque son regard est également intéressé par le très sexy Tony qui, si Jay décode bien ses regards, semble également lui décocher des œillades intéressées.

Son arrivée dans la grande ville est empreinte d’une part de drame puisqu’elle implique une séparation de Lu, sa meilleure amie, alors même que celle-ci est prise au cœur de nombreux problèmes financiers et amoureux. Il ne peut ainsi s’empêcher de ressentir une pointe de culpabilité puisqu’il s’est fait un nouvel ami non binaire, Max, et qu’il a le sentiment de trahir l’un chaque fois qu’il partage du temps avec l’autre.

Le piège des listes de priorités est qu’elles sont généralement teintées de narcissisme et, éventuellement, Jay réalise qu’il doit réévaluer ses choix puisque toutes les certitudes qu’il avait scientifiquement érigées autour de sa « nouvelle vie » commencent à s’effriter. Comme tous les adolescents, son parcours est ainsi truffé d’embuches et de décisions, parfois stupides, basées sur un besoin compulsif d’être apprécié et de se réaliser amoureusement et sexuellement.

Le roman se veut léger, mais n’hésite pas à aborder également des thèmes beaucoup plus dramatiques qui entrainent plusieurs remises en question de son héros et une progression de celui-ci. Une belle lecture estivale, qu’on soit ado ou qu’on veuille s’en remémorer les bonheurs et les tracas.

INFOS | Mes objectifs gays / Jason June. Paris : Ellipsis de Saxus, 2023, 351 p. p.

Du même auteur

SUR LE MÊME SUJET

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité
Publicité