Mardi, 16 août 2022
• • •
    Publicité

    Espace Libre : L’aventure théâtrale au coin de la rue

    Geoffrey Gaquère entame sa troisième saison comme directeur artistique de L’Espace Libre. le théâtre, situé dans l’ancienne caserne de pompiers de la rue Fullum a été fondé par Jean-Pierre Ronfard. Ouvert sur le monde et ses réalités, ouvert sur la création la plus large possible, l’Espace Libre ne recule devant rien, accueillant et créant des productions les plus diverses mais qui ont toute un point commun : celui de bousculer les codes des arts vivants autant que de piquer la curiosité des spectateurs. Avec Geoffrey Gaquère, nous faisons un survol de la programmation 2016-2017.

    Geoffrey est intarissable sur l’Espace Libre, et sur le rôle de l’art «L’Espace Libre est un lieu qui privilégie la parole engagée par rapport à l’art et au monde dans lequel on vit, qui privilégie l’exploration, l’aventure de nouvelles formes, de nouvelles invitations données au public» rappelle Geoffrey. L’année dernière, le directeur lançait une initiative qui lui tenait à coeur, l’ouverture sur le quartier, sur ceux et celles qui habitent dans les rues avoisinantes du théâtre. «Nous avons mis en place trois projets pour aller à leur rencontre, par un tarif préférentiel pour les riverains, par des rencontres de groupes de citoyens avec les artisans des spectacles de la saison. Enfin, en créant chaque année une production qui mêle des acteurs professionnels et des citoyens amateurs pour le spectacle de quartier».

    Concernant la programmation, Geoffrey Gaquère a privilégié trois thématiques, le cerveau, la jeunesse, et la rencontre avec l’Autre, celui qui nous dérange, nous surprend, pour mieux apprendre à vivre ensemble. «Le cerveau, parce qu’il reste encore un grand inconnu, continue Geoffrey, et avec Docteur B., nous entrons dans ses méandres grâce à la comédienne Eve-Chems De Brouwer et de son mari Charles Behr, neurologue spécialiste en épilepsie. Le cerveau toujours avec Dans la tête de Proust, de la compagnie Omnibus avec un texte et une mise en scène de Sylvie Moreau. Imaginons Marcel Proust dans son lit au crépuscule de sa vie qui voit défiler dans sa chambre les personnages de son oeuvre».

    Docteur B – Espace Libre

    La jeunesse retient aussi beaucoup l’intérêt du directeur artistique, la connaît-on vraiment, que pense-t-elle du monde dans lequel on vit, et comment envisage-t-elle l’avenir. Autant de questions auxquelles tentent de répondre dans deux propositions différentes, Ma(g)ma, présenté dans le cadre de Zone Homa et qui réunit sur scène une trentaine de comédiens et Albums de finissants qui nous plonge dans ce qui se passe dans la tête des ados pendant une journée de classe.

    Et puis ce fameux Autre. «L’autre, c’est aussi bien le voisin que l’étranger, ou encore le voisin étranger, celui ou celle qui diffère de nous, qui nous étonne, nous surprend, et parfois nous dérange, d’expliquer Geoffrey, et nous vivons dans une société individualiste où l’on ne veut pas forcément être dérangé par la présence de l’autre, et comme je le dis avec un humour noir, nous assistons au “festival des feux d’artifice” avec les attentats et les guerres autour de nous». Quatre spectacles tenteront de rapiécer ces relations défectueuses avec l’autre. Sounjata, production du Nouveau Théâtre expérimental et la compagnie Sogolon et Awaln’art, sur une histoire du Mali que l’on connaît peu. Lettres Arabes (2), écrites et jouées par Geoffrey Gaquère, Olivier Kemeid et Mani Soleymanlou pour bousculer quelques tabous sur le sentiment anti-Islam qui grandit dans nos sociétés et pour donner de nouveaux angles de vue pour appréhender ce que nous vivons. Ai-je du sang de dictateur ? Écrit et joué par le comédien Didier Lucien, qui pour mieux comprendre Haïti, se place dans la peau du dictateur Duvalier père. Geoffrey Gaquère est très fier aussi d’accueillir Sunny Drake pour No Strings (Attached), surtitré en français. «J’ai été renversé par son spectacle, et je souhaitais vivement l’accueillir. Sunny Drake est une trans queer qui vient dans cette pièce nous fait découvrir tout un monde dont on entend peu parlé ou si mal. Et puis à travers ces péripéties, une question la hante, le couple a-t-il encore un avenir ou est-il chose du passé ?»

    No Strings (Attached) – Espace Libre

    La saison comportera une reprise, Table Rase, ce party de filles qui disent tout et qui a connu un grand succès l’an passé. La LNI s’attaque aux classiques pour les fêtes, où des artistes s’approprient les mots et le style d’un auteur ou d’un dramaturge et improvisent à sa manière. Et pour finir, en avril prochain, une création du Nouveau Théâtre Expérimental, Coin Fullum et Parthenais.

    INFOS | Espace Libre, 1945, rue Fullum T. 514-521-4191
    www.espacelibre.qc.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité