Samedi, 10 Décembre 2022
• • •
    Publicité

    Trois pères et deux couffins

    Ian Jenkins, Alan Mayfield et Jeremy Allen Hodges sont en trouple depuis plusieurs années. Ils ont eu recours à une mère porteuse pour fonder leur famille et avoir deux enfants : Piper et Parker. Le trouple est entré dans l’histoire car un tribunal de Californie a autorisé ces trois papas à figurer sur les actes de naissance de leurs enfants.

    Le trouple formé de Ian Jenkins, Alan Mayfield et Jeremy Allen Hodges a marqué l’histoire lorsqu’un juge de Californie a autorisé les trois papas à figurer sur l’acte de naissance de Piper. Cette grande première a constitué une étape importante pour la reconnaissance des familles polyamoureuses aux États-Unis.

    Ian Jenkins, médecin et professeur d’université à San Diego est avec son partenaire, Alan Mayfield, depuis 17 ans. Alors en couple ouvert, ils ont rencontré Jeremy Allen-Hodges, il y a huit ans et se sont mis en trouple. Les garçons ont eu deux enfants nés pas GPA : Piper qui a trois ans et Parker qui a 18 mois. Ian et Jeremy se font appeler « papa » par leurs enfants et Alan « dada ».

    Aujourd’hui, Ian Jenkins revient sur l’histoire de sa famille dans un livre Three Dads and a Baby. Il y raconte le combat juridique et administratif mené pour obtenir l’officialisation de la famille de ses rêves. Le trouple a accordé de nombreuses entrevues pour promouvoir le livre et sensibiliser le public à l’homoparentalité. 

    « Nous voulons que tout le monde sache que l’amour est le fondement d’une famille. Les familles peuvent paraître différentes, mais ce qui compte, c’est que vous vous souciez de vos enfants et que vous faites tout ce que vous pouvez pour leur donner la meilleure enfance possible. » a déclaré Ian Jenkins.

    « Au début, nous n’étions pas certains de pouvoir apparaitre tous les trois sur le certificat de naissance. Nous avons dû nous battre devant les tribunaux » a déclaré Ian Jenkins. Jeremy Allen-Hodges rappelle l’importance d’être reconnu comme parent légal.  « Si notre enfant était amené à l’hôpital, l’un des parents aurait pu ne pas avoir de droit de visite ». 

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité