Mercredi, 22 septembre 2021
• • •
    Publicité

    Pour contrer l’isolement et une bouée de sauvetage pour des aînés LGBTQ2+

    Avant la pandémie de COVID-19, la relation de couple de Lucie commençait déjà à battre de l’aile. Lorsque les mesures de confinement du gouvernement ont été mises en place au Québec en mars 2020, ce fut la goutte qui a fait déborder le vase; la femme de 74 ans a sombré dans une grave dépression.

    « Je n’allais vraiment pas bien, confie Lucie (nom fictif pour des raisons de confidentialité). J’étais dans une relation amoureuse complexe, et je souffrais d’une dépression profonde. » Les histoires comme celle de Lucie, qui font état d’un sentiment d’isolement particulièrement exacerbé pendant la pandémie ne sont pas nouvelles pour Johanne Audet, présidente d’Interligne, le service de soutien de première ligne et centre d’information basé au Québec (auparavant connu sous le nom de Gai Écoute) servant en tout temps la communauté LGTBQ2+ francophone au Canada.

    Elle n’avait toutefois encore jamais vu autant de souffrance et de solitude dans la communauté. Et cela s’est reflété dans le volume d’appels reçus par l’organisme, qui a crû considérablement entre 2019 et 2020. En effet, le nombre de personnes à avoir recouru aux services d’Interligne au cours de cette période est passé de 35 000 à 46 000! Lorsque la pandémie a frappé le Québec en mars 2020, Johanne Audet confie avoir tout de suite su que les restrictions auraient des conséquences majeures sur la communauté LGBTQ2+, et tout particulièrement sur les aînés LGBTQ2+.

    « Les aînés ont été très touchés, car bon nombre d’entre eux n’ont pas encore dévoilé leur identité à leur famille de peur d’être jugés et rejetés ou que leurs enfants ou petits-enfants ne s’occupent pas d’eux, alors ils comptent encore plus sur des organismes comme le nôtre, qui sont un peu la famille qu’ils ont choisie. »

    Mais comme nombre d’organismes communautaires au Québec et partout au Canada ont fermé leurs portes pour ralentir la propagation de la COVID-19, des membres de la communauté LGBTQ2+ ont vu leurs réseaux sociaux disparaître du jour au lendemain. Puisque les personnes âgées constituent près de 13 % de la population LGBTQ2+ au Canada et représentent 14 % de la clientèle d’Interligne, Johanne Audet et son équipe savaient qu’ils auraient besoin d’étendre les services de leur ligne d’écoute téléphonique pour répondre à la demande de soutien et aider les aînés LGBTQ2+ à trouver la communauté et l’appui auxquels ils n’avaient plus accès.


    Être là pour vous : Un programme pour contrer l’isolement
    Les raisons d’appeler Interligne avant la pandémie étaient assez variées, mais quelques-unes des plus courantes touchaient la santé mentale, la violence, l’identité de genre, l’orientation sexuelle et les difficultés liées au coming out. Ces enjeux sont restés, mais ce qui a changé depuis, c’est le sentiment amplifié de détresse que de nombreuses personnes vivent en raison des mesures de santé et de sécurité mises en place pendant la pandémie.

    Interligne reçoit du financement du programme La promesse TD Prêts à agir depuis 2016 et elle a obtenu une subvention de 500 000 $ en 2020 dans le cadre du défi TD Prêts à agir 2020. Grâce à ce financement, l’organisme a pu étendre les services de sa ligne d’aide Être là pour vous : un programme de soutien qui vise à briser l’isolement des aînés, des personnes racisées, des Autochtones, des jeunes et des personnes ayant des difficultés à se loger ou aux prises avec des problèmes de santé mentale qui font partie de la communauté LGBTQ2+.

    Notamment, Être là pour vous a mis sur pied un service de jumelage par téléphone dans le cadre duquel un bénévole est jumelé à un participant, comme Lucie, et l’appelle sur une base régulière pour lui permettre de garder le contact avec la communauté et lui offrir
    l’occasion de parler à quelqu’un et de se sentir écouté.

    Pour participer au programme, les aînés peuvent s’inscrire en ligne ou par téléphone. Interligne utilisera une partie des fonds pour embaucher du personnel supplémentaire en vue de répondre au nombre croissant d’appels et d’étendre la portée du programme afin de joindre les membres de la communauté LGBTQ2+ en difficulté au Québec et au Canada. Johanne Audet considère que le système de jumelage constitue en quelque sorte la famille que de nombreuses personnes n’auraient jamais eue autrement. Pour Lucie, Interligne a été plus qu’un service téléphonique, c’est devenu une bouée de sauvetage. « En parlant ouvertement de ma situation, j’ai pu me rendre compte que j’étais dans une relation violente et que je devais en sortir pour ma propre sécurité », ajoute-t-elle.


    Liens intergénérationnels dans la communauté LGBTQ2+
    Dominic (nom fictif pour des raisons de confidentialité) est un homme gai, dans la fin vingtaine, qui a déjà recouru aux services d’Interligne et fait du bénévolat pour l’organisme depuis quatre ans. Il se souvient d’une conversation récente qu’il a eue avec une personne âgée LGBTQ2+ qui ne pouvait plus voir son partenaire à cause des restrictions liées à la COVID-19, et comme il n’avait pas dévoilé sa relation à sa famille, il ne pouvait pas justifier un voyage loin de la maison pour aller voir son amoureux. « J’étais profondément bouleversé, car je comprenais sa douleur, son anxiété et son immense tristesse, explique Dominic. Je ne pouvais pas l’aider à voir son amoureux, mais au moins il pouvait me parler de sa relation. Il pouvait me parler de ses sentiments et de la personne qu’il aime dans ses propres mots, sans avoir à se préoccuper de ce qu’il pouvait dire ou ne pas dire. »


    Briser l’isolement social et renforcer la résilience
    « La TD a joué un rôle clé en nous aidant à élargir notre équipe de ligne d’écoute téléphonique, affirme Johanne Audet. Elle nous a permis d’embaucher un coordonnateur qui s’occupe de recruter des bénévoles et qui participe à l’élaboration de nouveaux programmes. Ainsi, nous sommes maintenant capables de joindre plus de gens et de créer des outils efficaces pour mieux répondre aux besoins particuliers des différentes communautés. » Grâce aux nombreux bénévoles qui offrent de l’aide aux membres de la communauté LGBTQ2+ en détresse, Johanne Audet est plus optimiste quand elle pense à l’avenir, car elle sait que cet appui supplémentaire améliore réellement les choses dans la vie des personnes qui en ont besoin.


    INFOS | INTERLIGNE : interligne.co

    Ligne : 514-866-0103 ou 1 888 505-1010

    Par texto : 1 888 505-1010

    Par courriel : [email protected]


    TD : actualites.td.com/ca/fr/featuredevents/toujours-fiers

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité