Vendredi, 3 Décembre 2021
• • •
    Publicité

    Les réponses des principaux partis politiques municipaux aux enjeux LGBTQ+

    À l’approche des prochaines élections municipales et pour vous aider à faire votre choix, Fugues a fait parvenir une série de questions pour connaître la position officielle des trois partis principaux et leurs engagements sur différents sujets d’intérêts pour les personnes LGBTQ+ de Montréal. 

    Les trois partis sont :

    Projet Montréal, l’équipe de Valérie Plante

    Ensemble Montréal, l’équipe de Denis Coderre

    Mouvement Montréal, l’équipe de Balarama Holness

    1. Les questions de l’itinérance et de la sécurité dans le centre-ville — et plus particulièrement dans le Village — semblent plus d’actualité que jamais. Les résidant.e.s, les commerçant.e.s, les consommateur.trice.s et même les corps policiers constatent une aggravation de l’ampleur de ces problèmes. 

    Comment votre parti se positionne-t-il quant à la concentration des services s’adressant aux personnes en situation d’itinérance et quelles solutions préconisez-vous?

    Et avec quels partenaires communautaires entendez-vous travailler pour y remédier?

    Ensemble Montréal  

    D’abord, Ensemble Montréal est tout à fait conscient des enjeux de cohabitation que peut amener la concentration des ressources dédiées aux personnes en situation d’itinérance dans un même endroit. Dès janvier 2018, notre parti a proposé de mettre sur pied une stratégie de lutte et d’aide à l’itinérance dans les quartiers hors centre-ville.

    Nous proposons donc de créer des maisons de chambre avec des services d’accompagnement psychosocial, et ce, dans une logique de répartition des ressources à travers l’ensemble du territoire montréalais, en plus de mettre en place un plan de cohabitation en amont. Ça implique notamment de réserver plus d’équipes mixtes. Nous souhaitons travailler avec l’ensemble des partenaires communautaires montréalais. 

    Projet Montréal  

    Notre équipe est consciente de la présence de nombreux services pour les personnes en situation d’itinérance dans Ville-Marie. D’une part, il faut dire que ces services sont essentiels pour offrir aux personnes vulnérables les soins et l’accompagnement nécessaires pour qu’ils puissent sortir de la rue ou ne pas y tomber. Donc il importe de voir le réseau communautaire comme une richesse et un allié au cœur de nos quartiers, pour offrir des approches humaines et adaptées aux multiples besoins des personnes vulnérables.

    Maintenant, les ressources elles-mêmes de même que la Ville se posent plus de questions quant à l’emplacement des nouvelles ressources à développer. En tant qu’administration municipale, nous veillons à ce que les organismes qui souhaitent développer de nouveaux points de service puissent le faire à différents endroits dans la ville pour décentraliser les services, rejoindre les personnes vulnérables dans leur milieu avant qu’ils se retrouvent au centre-ville et ainsi développer une approche par quartier et par secteur au-delà du centre-ville. En ce sens, au cours de notre mandat, notre administration a donné une impulsion à une importante démarche de diagnostic des enjeux d’itinérance et de grande vulnérabilité aux quatre coins de la ville, justement pour cibler les besoins et déterminer comment mieux y répondre sur place.

    Quant à la façon de répondre aux enjeux de cohabitation qui se posent dans Ville-Marie, nous multiplions les efforts pour développer des approches adaptées, concertées et innovantes. Dernièrement, nous avons mis sur pied l’équipe mobile de médiation et d’intervention sociale (EMMIS) : ce nouveau service entièrement civil, une première au Québec, vise à offrir une réponse sociale municipale, mobile et rapide à des situations de crise, de détresse ou de cohabitation touchant des personnes marginalisées ou en difficulté dans l’espace public. Ce projet-pilote est en phase de démarrage sur le territoire des postes de quartier (PDQ) 21 et 22. Avec cette nouvelle équipe, nous aurons plus d’agilité pour répondre plus rapidement aux multiples situations vécues sur le terrain, car le SPVM ne peut pas répondre à tout.

    Sur le plan de la cohabitation sociale, nous avons mis en place un plan spécifique pour le Village, fait des consultations auprès des citoyen.ne.s et des commerçant.e.s pour l’élaborer et le faire évoluer, et avons tenus de nombreuses rencontres de suivi avec tous les partenaires communautaires impliqués – incluant la SDC du Village – tout au long de l’année 2020-2021. C’est avec cette approche de concertation continue entre tous les partenaires, avec des feuilles de route claires comme le plan d’action en cohabitation, que nous parviendrons à s’ajuster en temps réel à l’évolution des situations.

    D’ailleurs, nous avons soutenu la SDC du Village pour la création de postes d’agents d’accueil, dont le rôle est d’agir comme première ligne sur le terrain pour faciliter la mise en lien rapide avec les différents acteurs impliqués notamment dans l’animation, la propreté, l’intervention sociale et les réponses à diverses situations urgentes dans le Village. Nous comptons appuyer la SDC dans l’évolution de ce genre d’approches adaptées visant à rendre plus agile l’intervention sur le terrain, tout en renforçant la complémentarité et la coordination avec les ressources communautaires.

    Mouvement Montréal 

    Mouvement Montréal croit que la population sans logement de notre ville mérite d’être traitée avec dignité et respect et d’avoir un large accès aux services municipaux sans être poussée hors du centre-ville. À cette fin, nous nous sommes engagés à approuver la création de 30 000 nouveaux logements locatifs abordables à proximité des principaux centres de transport et des stations de métro : 20% de ces logements seront des logements supervisés pour les personnes vulnérables, notamment les personnes sans-abri ou risquant de le devenir, et 25% de ces logements seront réservés aux ménages dirigés par des femmes. Nous nous sommes également engagés à développer des partenariats avec les services de soins de santé, de protection de l’enfance et les services correctionnels afin de coordonner les stratégies de planification de la transition qui empêchent les personnes d’être renvoyées vers le sans-abrisme. Nous avons collaboré avec de nombreux refuges de la ville et diverses organisations autochtones pour aider à donner la priorité aux services destinés aux personnes les plus vulnérables à l’insécurité du logement.

    2.  La question du financement des groupes communautaires et du Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal en particulier – situé dans un édifice vétuste appartenant à la Ville – revient de manière récurrente. Un projet d’espace communautaire, piloté par plusieurs groupes, a été relancé récemment.

    a. Quel genre de soutien financier la Ville et l’arrondissement Ville-Marie entendent-ils donner à ce projet si vous dirigiez la prochaine administration municipale?

    Mouvement Montréal 

    Mouvement Montréal est le seul parti qui s’engage à réaffecter des fonds du SPVM vers le logement social et les services sociaux et de santé. Nous avons l’intention de réaffecter immédiatement ces fonds vers des programmes qui soutiennent les membres vulnérables de la société, en particulier les victimes de violence sexiste. À ce titre, le Centre communautaire LGBTQ+ pourrait être considéré comme prioritaire.

    Projet Montréal  

    Après une longue période à accompagner le milieu qui voulait s’organiser autour d’un projet fédérateur, nous avons rencontré et soutenu le nouvel organisme qui s’est créé récemment (Espace LGBTQ+), déjà de façon financière et à notre échelle pour sa phase de démarrage. Nous n’avons pas attendu et nous serons au rendez-vous à chaque étape dans la recherche de solutions pour qu’il se concrétise, incluant dans son montage financier.

    Nous comptons également être proactifs pour qu’il prenne forme de la manière la plus opportune, y compris sous forme de projet-pilote si c’est ce qui est souhaité, d’ici à ce qu’il se concrétise autour de solutions pérennes. Par exemple, nous croyons qu’il est possible de soutenir des projets innovants en misant sur l’occupation de lieux transitoires, notamment dans l’optique d’occuper des locaux vacants sur une artère commerciale et de dynamiser celle-ci. Nous avons d’ailleurs déjà pris l’engagement électoral d’adapter les programmes de financement de l’arrondissement pour que de tels projets puissent prendre forme.

    Ensemble Montréal  

    Le groupe Espace LGBTQ+ a été mis sur pied dans les dernières années pour assurer une représentation et une force d’action afin d’obtenir des locaux communautaires. Notre parti est bien au fait du problème du manque de logement communautaire dans le secteur du Village. Toutefois, rappelons que l’ensemble de ce secteur est en pleine transformation, ce qui implique de nouvelles opportunités, que ce soient les sites de Radio-Canada/Molson ou des projets de développement le long de la rue Sainte-Catherine. Une administration Coderre-Gelly entend appuyer les revendications de la communauté LGBTQ+.

    b. Êtes-vous prêts à vous engager à améliorer le financement de ces organisations et, si oui, quelles seraient vos priorités?

    Ensemble Montréal  

    Tout à fait! Ensemble Montréal croit que le financement des organismes sociaux et communautaires doit être pensé de façon pluriannuelle, de manière à leur assurer un financement prévisible. De plus, Ensemble Montréal s’engage à repenser le financement des organismes communautaires en accordant une place importante à leur mission plutôt qu’à leur programme.

    Mouvement Montréal 

    Nous sommes absolument déterminés à améliorer le financement de ces organisations. Nos priorités comprennent l’amélioration du logement et de la sécurité alimentaire, le renforcement des programmes artistiques et culturels et la construction d’infrastructures sportives et récréatives, car nous pensons que les membres vulnérables de la société ont non seulement le droit de survivre, mais aussi de s’épanouir.

    Projet Montréal 

    Nous soutenons fièrement les organismes communautaires qui œuvrent auprès des communautés LGBTQ+ et notre administration a considérablement augmenté le soutien de la Ville envers le milieu LGBTQ+, le faisant passer de 360 000$ en 2017 à plus de 850 000$ en 2021. 

    3.  La dévitalisation des artères commerciales de Montréal, et plus particulièrement celle du Village, est préoccupante.

    a. Que proposez-vous pour contrer la vacance des locaux commerciaux? 

    Projet Montréal 

    Notre administration n’a pas chômé pendant son mandat pour s’attaquer à ce problème. Nous avons lancé des travaux importants ainsi que des consultations pour documenter la situation et établir une feuille de route claire pour contrer les locaux vacants. En février dernier, le comité exécutif a dressé cette feuille de route qui se décline en une quarantaine de points. La Ville de Montréal est désormais commise à lutter de façon structurante contre ce phénomène et à réduire le taux de vacance, en partenariat avec les regroupements commerciaux, les gouvernements et les acteurs impliqués.

     Les façons de contrer les locaux vacants sont multiples et nous comptons multiplier les actions en ce sens. Registre des locaux commerciaux vacants, modèle-type de bail commercial, certification et affichage devant les locaux vacants avec normes d’entretien, encadrement formel et structuré des hausses de loyers commerciaux, usage transitoire des locaux et immeubles commerciaux vacants et actualisation des règlements d’urbanisme pour le rendre possible, règlement pour forcer les propriétaires à intervenir ou qui permet à la Ville d’intervenir en lieu et place pour assurer l’entretien de locaux à l’abandon et mal entretenu : voici quelques exemples de nos engagements. Notre équipe s’est aussi engagée à créer un programme Accès-locaux d’acquisition de locaux commerciaux pour permettre aux SDC et aux OBNL un accès à des locaux abordables. En tout, 5M$ seront réservés pour la création de ce programme, qui permettra de rassembler un fonds de 100M$ en capital privé d’ici la fin du prochain mandat.

    Notre parti s’engage également à ​​implanter de nouveaux mécanismes pour que les propriétaires des bâtiments vacants sur des artères commerciales doivent cotiser aux SDC. 

    Ensemble Montréal  

    Les locaux vacants représentent un grand manque à gagner pour redynamiser nos artères commerciales. Pour cette raison, nous voulons transférer au propriétaire foncier d’un local commercial vacant la cotisation à la Société de développement commercial (SDC) et créer un Observatoire sur le commerce montréalais. Un des mandats de cet observatoire sera d’aider les SDC à optimiser leurs actions en mettant entre autres en place un registre de locaux commerciaux vacants pour collecter des données fiables tout en suivant l’évolution du dossier. 

    En termes de locaux commerciaux vacants, notre parti a aussi annoncé son intention de faciliter la conversion de bureaux vacants en créant un bureau de la conversion et en ajoutant une enveloppe de 40 M$. Ainsi, on vient habiter notre ville, on travaille sur la crise du logement et on profite du potentiel déjà construit de la ville. De manière plus générale, on doit redynamiser les artères commerciales au centre-ville et à travers l’ensemble de la ville pour donner envie aux commerçants de s’y installer et aux autres de rester. Pour ce faire, nous voulons notamment créer un programme d’aide financière aux SDC pour créer de l’achalandage sur les rues commerciales avec des évènements culturels sous la perspective des quartiers culturels (Programme Ré[email protected]éal [PRAM]-Culture).  

    Nous avons récemment annoncé plusieurs mesures pour redonner un souffle au centre-ville. Nous vous invitons à prendre connaissance de notre plan d’action pour ranimer le centre-ville disponible sur le site Internet d’Ensemble Montréal.

    Mouvement Montréal 

    Mouvement Montréal aimerait proposer une taxe d’inoccupation pour les propriétés commerciales inutilisées afin d’encourager la location de ces propriétés à des entreprises locales plutôt que de faire appel à des promoteurs internationaux.

    B. Et au niveau fiscal, quelles solutions envisagez-vous afin d’aider les commerces, en tenant compte de leur spécificité (chaines, commerces indépendants, etc.)? 

    Ensemble Montréal

    Nous allons mettre en place un chantier de la fiscalité stratégique, en créant des sous-catégories afin d’alléger le fardeau fiscal des restaurateurs et des hôteliers. Cette stratégie sera un réel coup de pouce pour un milieu qui a particulièrement souffert de la pause forcée par la pandémie de la COVID-19. Plusieurs en subissent encore les contrecoups aujourd’hui. Nous voulons également accélérer la stratégie de réduction de l’écart fiscal entre le résidentiel et le non-résidentiel, ce qui donnera un peu d’air aux commerces. Par ailleurs, notre parti souhaite augmenter la première tranche de taxation différenciée, c’est-à-dire qu’ils paieraient un taux plus bas, à 1 M$. 

    Mouvement Montréal 

    Fiscalement, nous nous engageons à réduire, d’ici 2025, le taux d’imposition des propriétés industrielles et commerciales à 275% du taux d’imposition des propriétés résidentielles.

    Projet Montréal 

    Après plusieurs budgets où nous avons réduit le fardeau fiscal des petits commerces, nous nous engageons à poursuivre cette stratégie de taxation différenciée que notre administration a mise en place à la Ville de Montréal pour les immeubles non résidentiels, permettant ainsi aux petits commerçants de continuer d’obtenir des déductions fiscales. La première tranche de 900 000$ sera admissible à un taux réduit, ce qui fera que 90% des commerces montréalais bénéficieront d’une réduction de taxes.

    Nous voulons également créer le programme Accès-locaux tel que mentionné précédemment. 

    4.  Le Village a été fortement touché par la pandémie. Quels efforts spécifiques croyez-vous requis pour lui permettre de retrouver toute sa vitalité?

    Pour répondre à cette situation exceptionnelle, quel est le soutien que vous envisagez de donner au prochain projet d’aménagement urbain du Village qui devrait être dévoilé en 2022?

    Projet Montréal 

    Pour permettre au Village de développer tout son potentiel et de sortir de la pandémie en se positionnant avantageusement pour l’avenir, nous nous engageons à mettre en oeuvre une stratégie spécifique au Village qui abordera son avenir de façon structurante : bonification des aménagements urbains et du mobilier sur Sainte-Catherine, soutien à des projets culturels, sociaux et économiques innovants, verdissement et plantation d’arbre, réduction du taux de vacance, etc.

    Quant au projet qui viendra en remplacement des fameuses boules multicolores, nous confirmons que nous serons au rendez-vous pour le soutenir financièrement dès qu’il sera prêt. Nous collaborons avec la SDC à cet égard et nous sommes confiants que le projet à venir sera à la hauteur des attentes. Pour nous, le Village est prêt à accueillir une œuvre ambitieuse, quatre saisons, qui le propulsera encore plus loin comme quartier LGBTQ+ de classe mondiale et comme quartier montréalais de premier rang.

    Ensemble Montréal 

    Le concept artistique qui remplacera les boules colorées suspendues de l’artiste Claude Cormier n’a toujours pas été annoncé. Le projet qui devait le remplacer a été retardé et mis sur pause. Initialement, l’installation de la nouvelle œuvre devait débuter dès l’automne 2020. Ensemble Montréal va s’assurer que ce projet aille de l’avant rapidement.

    Par contre, la vitalité du Village repose également sur l’offre économique qui y est présente. Nous souhaitons travailler de concert avec les différents partenaires locaux, dont la SDC du Village, afin d’assurer la vitalité économique du quartier. Une administration Coderre-Gelly souhaite d’ailleurs créer un système municipal d’incubateurs commerciaux pour permettre à des commerçants de tester le marché avant de s’y établir en permanence.

    Mouvement Montréal 

    Mouvement Montréal propose d’établir un Centre d’affaires pour répondre aux besoins des PME, notamment en simplifiant le processus de demande de permis d’affaires et de terrasse. En plus de notre Centre d’affaires, nous nous engageons à réduire les délais d’examen des demandes de développement pour les PME, ainsi qu’à soutenir une meilleure coordination entre l’urbanisme, les entreprises de construction et les petites entreprises.

    5.  Les grands événements LGBTQ+ (qu’ils soient culturels, sportifs ou liés à la Fierté) célèbrent la vitalité, la créativité et la diversité des communautés LGBTQ+. De quelles manières entendez-vous les soutenir après les élections?

    Ensemble Montréal  

    Montréal est connue pour ses grands évènements et festivals; elle est tout particulièrement reconnue pour la richesse de sa programmation LGBTQ+. Nous voulons continuer d’appuyer financièrement les festivals et évènements LGBTQ+ qui contribuent à la vitalité économique de Montréal et participeront activement à la relance économique et culturelle du centre-ville et de la métropole.  

    De manière plus générale, une administration d’Ensemble Montréal veut soutenir les communautés LGBTQ+ en créant un poste de commissaire auprès de la communauté LGBTQ+ afin que ce dernier réponde aux enjeux soulevés par la communauté, en collaboration avec tous les partenaires impliqués.

    Mouvement Montréal 

    Mouvement Montréal est très fier du fait que Montréal soit l’une des principales capitales LGBTQ+ du monde. Mouvement Montréal est très investi dans la célébration du dynamisme, de la créativité et de la diversité de la ville en s’appuyant sur des évènements majeurs tels que la Fierté pour stimuler les relations culturelles, développer et élargir les marchés et attirer les investissements.

    Nous visons également à accroitre l’accessibilité à un certain nombre de programmes artistiques, sportifs et culturels, y compris, mais sans s’y limiter, la mise en place d’un programme de stages d’été en partenariat avec les principales institutions culturelles de Montréal pour les jeunes de 18 à 29 ans, l’investissement dans les infrastructures sportives (y compris l’accès à toutes les installations de loisirs, gratuitement, pour les familles à faible revenu), le début du développement d’installations sportives et de loisirs dans les arrondissements à faible revenu, et l’investissement dans les programmes parascolaires et les carrefours jeunesse dans les centres communautaires de Montréal. Bien que plusieurs de ces mesures ne soient pas explicitement destinées aux programmes pour les jeunes LGBTQ+, l’amélioration de l’accès aux infrastructures artistiques, culturelles et sportives pour les jeunes est une composante essentielle du soutien aux jeunes LGBTQ+.

    Projet Montréal 

    Malgré la pandémie, la Ville a maintenu ses engagements envers ses citoyens et partenaires en finançant des initiatives importantes, comme Fierté Montréal pour un montant de 400 000$ en 2021. Nous allons poursuivre ce soutien et alimenter l’essor et l’émergence de grands évènements en tout genre.

    Il convient de souligner qu’au-delà des actions locales et des prises de position fermes à l’interne comme à l’externe, la Ville de Montréal ne perd pas une occasion de rayonner au-delà de ses frontières. Ça nous positionne comme une métropole accueillante et exemplaire pour l’inclusion et le dynamisme de ses communautés LGBTQ+ qui soutient le foisonnement d’évènements en tout genre. Ainsi, un processus d’adhésion au réseau international des villes inclusives Rainbow Cities est en cours. Montréal deviendra la première ville nord-américaine à adhérer à ce vaste réseau qui compte près de 32 villes d’Europe, d’Asie et d’Afrique, rejoignant les autres villes membres des Amériques que sont Sao Paulo et Mexico. Nous avons également soutenu avec grande fierté la candidature de Montréal à la World Pride.

    Enfin, l’arrondissement de Ville-Marie finance à hauteur de plusieurs centaines de milliers de dollars l’animation dans le Village via la SDC, contribuant à soutenir la créativité du milieu via différentes activités à échelle locale.

    6.  Si Fierté Montréal vous fait la demande de tenir à nouveau ses activités au parc des Faubourgs, pour rester près du Village qui est le cœur de la communauté LGBTQ+, soutiendrez-vous ce choix, que ce soit avant ou après les rénovations qui y sont prévues en 2023 ou 2024?

    Mouvement Montréal 

    Le Village est un lieu géographique vital, important et emblématique pour la communauté LGBTQ+. Nous soutiendrons absolument Fierté Montréal s’ils demandent à tenir à nouveau leurs activités au parc des Faubourgs, avant et après les rénovations.

    Projet Montréal 

    Nous avons toujours été proactifs auprès de Fierté Montréal pour lui donner les moyens financiers et techniques de s’installer dans un environnement qui réponde autant à ses besoins qu’à ceux du milieu dans lequel il se déploie. Comme pour chaque évènement, nous continuerons de travailler avec l’organisation pour trouver les conditions idéales pour son développement en analysant ses demandes, tout en prenant en considération le milieu dans lequel il s’insère et les enjeux de cohabitation avec les riverains qui peuvent découler de la tenue d’un évènement de cette ampleur. Il est à noter par ailleurs que malgré la pandémie, la Ville a maintenu ses engagements envers ses partenaires, comme ce fut le cas avec Fierté Montréal que nous avons financé pour un montant de 400 000$ en 2021.

    Ensemble Montréal  

    On sait que le festival de la Fierté, c’est un peu la signature du Village. Cet évènement assure également la vitalité des commerces et des restaurants aux alentours, en plus d’attirer bon nombre de touristes. Son déménagement au Parc Olympique a laissé en suspens beaucoup d’interrogations sur le Village. Sans aucun doute, c’est une chose sur laquelle nous voulons travailler avec Fierté Montréal et tous les acteurs impliqués. Nous voulons évaluer de concert avec la communauté ce qui est optimal pour le futur du festival et du Village.

    7.  Quels gestes entendez-vous poser pour que Montréal devienne une ville sans sida?

    Ensemble Montréal  

    D’abord, nous redémarrerions les travaux sur l’initiative des Fast Track Cities, une initiative des Nations Unies (ONUSIDA) pour éliminer les épidémies du VIH, de la tuberculose et de l’hépatite d’ici 2030 – un projet qu’Ensemble Montréal a parrainé en 2016. Une administration Coderre-Gelly s’engage à présenter un nouveau plan d’action développé avec la santé publique et le milieu communautaire. 

    Mouvement Montréal 

    Mouvement Montréal soutient la récente motion du conseil municipal visant à faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il décriminalise l’usage de drogues et traite l’usage de drogues et la dépendance comme une question de santé plutôt que comme une question criminelle. Bien que nous reconnaissions que le sida n’est pas uniquement lié à la pauvreté et à l’usage de drogues, nous croyons que les stratégies de réduction de la pauvreté sont essentielles pour réduire les dommages du virus sur les communautés vulnérables.

    Projet Montréal 

    Le 1er décembre 2017, la mairesse Valérie Plante signait la Déclaration de Paris, faisant de Montréal la première ville canadienne à rejoindre le réseau international des Villes sans sida d’ONUSIDA. Un an plus tard, l’initiative Montréal sans sida lançait un plan d’action élaboré en collaboration avec les communautés les plus concernées par le VIH/sida. Ce plan vise à enrayer l’épidémie localement et à participer à l’effort international pour éradiquer le virus d’ici 2030 à travers le monde.

    Pendant notre premier mandat, nous avons travaillé à réduire la discrimination envers les personnes vivant avec le VIH (PVVIH), nous avons déployé la campagne de sensibilisation «Le plus dangereux avec le VIH, c’est les préjugés» et fourni du matériel de sensibilisation grand public que de nombreux organismes communautaires ont pu utiliser dans leurs milieux respectifs.  

    L’intégration sociale des personnes marginalisées ou à risque d’exclusion est une priorité pour Projet Montréal et plusieurs avancées ont été réalisées au cours des dernières années qui bénéficieront aussi aux PVVIH, notamment en matière de mobilité, d’habitation, de lutte contre l’insécurité alimentaire et de lutte contre le racisme et les discriminations systémiques.

    Une proportion importante des actions du plan conjoint de Montréal sans sida vise également une amélioration de l’offre de services de santé et de traitement du VIH par une cascade de soins et concerne principalement les milieux clinique, communautaire et de santé publique.

    En ce sens, la signature de la Déclaration de Paris par Montréal permet à la Direction régionale de santé publique et aux autres partenaires de la lutte contre le VIH/sida de partager leurs données et leurs pratiques et de s’enrichir de celles d’ailleurs dans le monde.

    Enfin, la pandémie a mobilisé énormément de ressources du réseau de la santé, de la Ville et des organismes communautaires, ce qui a eu des conséquences sur l’échéancier de réalisation de certaines actions du plan. Ce dossier demeure une priorité de Projet Montréal et nous sommes déterminés à poursuivre sa mise en œuvre dans le prochain mandat.

    D’ailleurs Montréal accueillera au Palais des congrès la 24e Conférence internationale sur le sida, AIDS 2022. Des scientifiques, des décideurs publics et des activistes de la lutte contre le VIH/sida sont attendus à Montréal des 29 juillet au 2 août 2022, avec la tenue de préconférences les 27 et 28 juillet. 

    8.  Dans le choix des candidat.e.s à cette prochaine élection, votre parti s’est-il préoccupé de tenir compte de la représentation des minorités sexuelles, comme on le fait pour les minorités racisées et les femmes?

    Projet Montréal 

    Oui, nous avons créé une Commission permanente de candidature, de recrutement et d’investiture chargée de mettre en place un processus rigoureux, inclusif et impartial visant notamment à représenter la diversité montréalaise dans son ensemble. À cette fin, nous avons tâché de joindre tous les réseaux, incluant la communauté LGBTQ+. Nos efforts ont porté fruit, car nous comptons 8 candidats LGBTQ+, ce qui représente 8 % de nos candidat.e.s. Derrière tous ces efforts, mentionnons également la mise en place au sein du parti d’une Politique d’équité et d’inclusion, qui a permis de nous assurer que celui-ci offre un environnement accueillant, respectueux et sécuritaire pour tou.te.s.

    Ensemble Montréal  

    Pour Ensemble Montréal, la mixité et la diversité sont essentielles au dynamisme de la ville. Pour nous, le vivre-ensemble est un fil conducteur dans toutes les solutions que nous proposons aux enjeux importants auxquels notre métropole aura à faire face dans les années à venir. Plusieurs de nos candidats sont membres de la communauté LGBTQ+, dont ceux de l’arrondissement de Ville-Marie : Serge Sasseville dans Peter-McGill, Malika Dehraoui dans Saint-Jacques, Daniel Vaudrin dans Sainte-Marie; ainsi que Réal Ménard dans Hochelaga et Julien Hénault-Ratelle dans Tétreaultville.

    Mouvement Montréal 

    Mouvement Montréal a absolument tenu compte de la représentation des minorités sexuelles dans les prochaines élections. En plus de présenter plusieurs candidats LGBTQ+, nous sommes également intéressés à changer le sondage sur la diversité d’Élections Montréal afin d’inclure les identités sexuelles en dehors de la catégorie binaire «Sexe» qui réduit les candidat.e.s non binaires à leur genre assigné à la naissance.

    Ces questions ont été élaboré par Yves Lafontaine, avec la collaboration de Denis-Daniel Boullé et André C. Passiour, après consultation avec plusieurs groupes communautaires LGBTQ+ de Montréal.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité