Samedi, 1 octobre 2022
• • •
    Publicité

    Retour «à la normale» dans les bars et les restaurants

    Les Québécois n’ont pas à sortir leur téléphone pour présenter leur passeport vaccinal, depuis samedi (12 mars) pour entrer dans les magasins à grande surface, restaurants, cinémas, bars et autres lieux publics.

    L’obligation de présenter son passeport vaccinal, en vigueur depuis le 1er septembre au Québec, a été levée samedi, en même temps que plusieurs autres mesures sanitaires visant à ralentir la propagation de la COVID-19. 

    Finis aussi le plexiglas et la réduction de la capacité. Ainsi, depuis samedi, la capacité d’accueil dans tous les lieux publics du Québec est portée à 100 %. De plus, il n’y a aucune limite de capacité par table dans les restaurants, les bars, les tavernes et les casinos et ces établissements pourront tous revenir à leurs heures normales d’activité. 

    La danse et le karaoké sont permis à nouveau. 

    Seul le port du couvre-visage reste obligatoire en tout temps, sauf pour manger et boire.

    Aucune restriction quant au nombre de participants pour les activités de nature sociale n’est désormais imposée dans une salle louée. 

    Également, les « cas contacts » n’ont plus plus besoin de s’isoler. En effet, les personnes qui vivaient avec une personne infectée par la COVID-19 devaient jusqu’à vendredi s’isoler à leur domicile pendant cinq jours, mais, depuis samedi, il n’est plus nécessaire de le faire. 

    En conférence de presse jeudi, le directeur national de la santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau, avait cependant indiqué que ces personnes doivent « prendre des mesures pour protéger les autres », comme éviter les endroits où le masque peut être retiré.

    Il faudra toutefois attendre « au plus tard à la mi-avril » pour la fin de l’obligation du port du masque dans tous les lieux publics, excluant les transports publics. Dans ce dernier cas, la levée de l’obligation viendrait « au plus tôt au mois de mai ». 

    La Direction générale de la santé publique du Québec estime que le passeport vaccinal s’est avéré « un outil précieux pour encourager la vaccination et pour protéger la population en diminuant les risques de contagion ». 

    Dans ses recommandations du 14 février dernier, elle relève toutefois que deux millions de Québécois auraient été en contact avec le virus, et que « ces personnes, qu’elles soient vaccinées ou non, auraient un risque extrêmement faible d’être contagieuses après leur maladie et/ou d’être recontaminées par ce même virus ». 

    Aussi, les risques de contagion ne sont pas diminués dans les mêmes proportions qu’avec le variant Delta, largement dominant lorsque le passeport vaccinal a été implanté, souligne-t-elle.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité