Mercredi, 7 Décembre 2022
• • •
    Publicité

    Les LGBT russes redoutent de se voir attribuer la responsabilité de la défaite par Poutine dans la guerre en Ukraine

    Une organisation LGBT russe a décidé de fuire le pays alors que des raids de la police s’en prennent chaque jour aux manifestants anti-guerre. Elle se dit persuadée que la responsabilité de la défaite en Ukraine sera imputée à la communauté LGBT.


    Entre descentes de police et censure, Coming Out, un groupe LGBT, a fui la Russie craignant que la «responsabilité» de la perte de la guerre en Ukraine «ne soit attribuée» à la communauté LGBT.

    En regardant Vladimir Poutine envahir l’Ukraine, Aleksandr Voronov, le leader du groupe LGBT basé à Saint-Pétersbourg, a déclaré au site britannique PinkNews qu’il savait ce qu’allait être la suite des évènements.

    Selon lui, son groupe, ainsi que les militants des droits de l’homme, les opposants politiques et les manifestants anti-guerre, deviendront tous l’ennemi public numéro un du pouvoir, ce que le Kremlin s’évertue à faire depuis des décennies.

    Vladirmir Voronov a déclaré que les autorités, quelques jours après le conflit, ont fait une descente dans les maisons et les bureaux des militantes des droits de l’homme et des féministes. Certains ont été arrêtés.

    «L’État russe a déjà perdu la guerre : tout le monde voit comment l’armée russe ne peut rien faire au petit pays dont les autorités russes nous ont dit qu’il était si faible», explique Vladimir Voronov. «La question n’est pas de gagner ou de perdre. La question est de savoir à qui les autorités attibueront la raison de cette défaite : les défenseurs des droits de l’homme, les ‘agents étrangers’, les traîtres aux ‘valeurs traditionnelles’ et tous ceux qui sont contre la guerre. La responsabilité de la défaite nous sera attribuée.»

    Craignant cette perspective, l’organisation déplace actuellement son personnel et ses services à l’étranger pour leur sécurité. «Continuer à travailler depuis la Russie serait le moyen d’aller en prison, j’en ai peur», a-t-il déclaré. «Au cours des premières semaines de guerre, de nombreuses organisations et militants ont été confrontés à une vague de descentes de police dans les bureaux et les appartements. Nous avons tous les raisons de craindre que ce n’est que le début», ajoute Vladimir Voronov.

    Depuis le début de la guerre, Coming Out, qui fournit un soutien juridique aux Russes homosexuels, a vu un «nombre accru» de personnes demander de l’aide pour émigrer hors de Russie. Beaucoup se méfient notamment de la conscription militaire forcée, tandis que d’autres fuient une vie difficile.
    «La Russie entre dans une nouvelle ère : sombre et pauvre et il semble que dans cette nouvelle ère, la vie des personnes LGBT sera plus difficile encore, et la plupart le comprennent. L’État russe se cherche des ennemis en permanence, et ces ennemis sont les défenseurs des droits de l’homme, les personnes et les militants LGBT, l’opposition politique, ‘l’Occident’, etc.», conclut le militant LGBT.


    Rédaction avec des informations de Pink News

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité