Vendredi, 12 juillet 2024
• • •
    Publicité

    La loi thaïlandaise sur le mariage homosexuel suscite l’espoir en Asie

    En Thaïlande, le Sénat a adopté le 18 juin une loi sur l’égalité devant le mariage, qui ouvre les droits aux couples de même sexe. Le fruit d’un long combat en Thaïlande, qui enhardit les communautés LGBTQI à travers l’Asie.

    Un couple d’hommes en costume de mariés, perchés au sommet d’un gâteau de mariage où se mêlent les couleurs du drapeau arc-en-ciel et des éléments d’architecture traditionnelle thaïe. Nikkei Asia consacre dans son édition du 24 juin son dossier au “jalon de l’égalité du mariage en Thaïlande”. “Une nouvelle loi suscite de l’espoir alors que le combat pour les droits LGBTQI en Asie se poursuit”, précise, en couverture, l’hebdomadaire japonais consacré à l’actualité asiatique.

    Juste avant la sortie du magazine, le Sénat thaïlandais a en effet adopté la loi sur l’égalité du mariage, qui avait été votée par la chambre basse en mars. Elle doit entrer en vigueur avant la fin de l’année.

    “Cela fait de la Thaïlande le premier pays d’Asie du Sud-Est, et le deuxième territoire asiatique, après Taïwan, à légaliser des droits complets et égaux au mariage pour les personnes de même sexe.”

    Alors que, le jour même de ce vote, les milieux conservateurs au pouvoir à Bangkok ont clairement repris en main la vie politique, la question du mariage pour tous les couples est étonnamment consensuelle : selon un sondage réalisé ce mois, cité par Nikkei Asia, 82,5 % des personnes interrogées affirment leur soutien au projet gouvernemental sur l’égalité devant le mariage.

    Conservatismes religieux, retombées économiques
    Mais “le chemin vers l’égalité du mariage en Thaïlande a été semé d’embûches, explique le magazine. L’adoption du projet de loi a été une victoire durement acquise après des décennies de plaidoyer de la part de la communauté LGBTQI.”

    Ce fut notamment le cas au sein des communautés musulmanes de Thaïlande, qui représentent 10 % d’une population essentiellement bouddhiste. À ce titre, Nikkei Asia a rencontré Chatchai, 37 ans, dont “l’amour pour Britney Spears et sa préférence pour la compagnie des filles étaient mal vus par ses parents musulmans très stricts”. Mais le temps a porté ses fruits :

    “Je suis convaincu que même les communautés religieuses les plus conservatrices peuvent changer d’avis lorsqu’elles voient leurs proches vivre heureux au grand jour.”

    En dehors du pays, “la nouvelle venue de Thaïlande enhardit les défenseurs des droits des personnes LGBTQI dans toute l’Asie où, dans de nombreuses sociétés, l’homosexualité reste fortement stigmatisée, voire illégale”.

    Peine de mort dans le sultanat de Brunei, prison à vie au Pakistan ou au Bangladesh, quatorze ans de réclusion en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou aux îles Salomon… Les conservatismes religieux, surtout musulmans et chrétiens, “demeurent un obstacle majeur à la tolérance à l’égard des personnes LGBTQI”.

    Nikkei Asia met l’accent sur les retombées économiques de la loi thaïlandaise : “Attirer des personnes talentueuses de l’étranger et faire revenir au pays l’importante diaspora homosexuelle thaïlandaise font partie des avantages commerciaux offerts par la loi. Des secteurs tels que le tourisme, l’immobilier et les soins de santé devraient bénéficier d’un afflux de touristes et de retraités LGBTQI.”

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité