Mercredi, 10 août 2022
• • •
    Publicité

    Marie-Jeanne et Isabelle

    Mi-quarantaine, anciennement des collègues, en couple depuis onze ans. Marie-Jeanne a deux adolescents qui demeurent avec elles.

    Pourquoi elle?
    Marie-Jeanne : On s’est retrouvées à travailler dans le même bureau. J’étais mariée,  avec deux enfants de 4 et 6 ans. On est devenues très copines, on se racontait tout. Un jour, il y a eu un party de bureau pour l’anniversaire d’un collègue, j’ai sorti mon petit miroir, mis
    mon rouge à lèvres, et là, je suis tombée sur ses yeux qui regardaient ma bouche… C’était hyperexcitant.

    Isabelle : On s’est découvertes et on a été emportées sans s’en rendre compte.
    Le premier baiser ?

    Marie-Jeanne : C’était au bureau, je me suis approchée d’elle. J’en avais tellement envie, je n’en pouvais plus. C’était gourmand et fougueux. Je ne savais pas où j’allais.

    Isabelle : Il était passionnel et déraisonnable, plus rien d’autre n’existait. Marie-Jeanna était mariée et maman et moi, je vivais avec une femme depuis plus de six ans.

    Le lien qui vous unit
    Isabelle : On est comme des sœurs siamoises, on a du mal à se passer l’une de l’autre. Corinne est mon oxygène, mon énergie, mon moteur. Plus on avance, plus on s’aime. Différemment, mais intensément. On est pacsées depuis le 22 mai 2003 ; pour moi, ça signifie qu’on est unies à jamais. J’ai envie d’être grand-mère avec elle.

    Marie-Jeanne : Avec mes deux enfants, Isa est pour moi la personne la plus importante au monde.

    Fidèles ?
    Marie-Jeanne : Je ne pourrais pas la tromper. Parfois, je flirte joue avec un homme ou une autre femme, mais ça en reste là. Moi, je suis très possessive. Je lui dis souvent : « C’est moi qui t’ai trouvée. » Si une mouche se pose sur elle, je lui arrache les ailes.

    Isabelle : J’ai dû faire un travail sur moi-même pour accepter son besoin de flirter.

    Le moment le plus fort de votre histoire
    Isabelle :
     Le jour où, de retour de vacances j’ai dit à la femme avec qui je vivais alors que je partais retrouver Marie-Jeanne. C’était viscéral. Rien ne pouvait m’en empêcher.

    Marie-Jeanne : Quand on a fait l’amour pour la première fois et que j’ai raccompagné Isa au métro. Nous étions sur le quai, elle allait monter dans le wagon, on s’est regardées on avait envie de se toucher, de s’embrasser, de se prendre dans les bras, mais on ne pouvait pas le faire devant tout le monde et j’ai ressenti très fort que je l’aimais. Le soir, j’étais à la maison avec mes enfants, on regardait la télé et je n’avais qu’elle en tête.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité