Mardi, 9 août 2022
• • •
    Publicité

    Le réalisateur Jean-Marc Vallée est mort à 58 ans

    Le réalisateur québécois Jean-Marc Vallée, à qui on doit les films C.R.A.Z.Y. et Dallas Buyers Club, est décédé subitement à l’âge de 58 ans, le soir de Noël.

    Grande perte pour le monde du cinéma et des séries. Le réalisateur Jean-Marc Vallée est mort le soir de Noël dans la maison ancestrale qu’il avait récemment acheté à Berthier-sur-Mer, dans Chaudière-Appalaches. Il était âgé de 58 ans.  Un coroner enquêtera sur les circonstances de son décès, car ni son âge ni son état de santé physique ou mentale ne laissaient présager une mort aussi subite. Le cinéaste a été retrouvé inanimé le lendemain de Noël par un ami avec lequel il devait souper.

    Né à Montréal le 9 mars 1963, Jean-Marc Vallée a étudié le cinéma à l’Université de Montréal. Il a réalisé son premier long métrage, intitulé Liste noire, en 1995. Ce film a été un succès à la fois commercial et critique : c’est le film québécois qui a généré les plus grosses recettes au box-office cette année-là, et il a aussi récolté neuf nominations aux prix Génie.

    Jean-Marc Vallée a fait ensuite ses premiers pas à Hollywood trois ans plus tard avec Los Locos, puis avec Loser Lover l’année suivante.

    Hétérosexuel, Jean-Marc Vallée s’est emparé très tôt des sujets LGBTQ+ dans son cinéma. On se souviendra notamment de C.R.A.Z.Y. (2005), un autre succès fracassant du cinéma québécois (plus de 6 millions de box office au Québec). Entre rire et larmes, C.R.A.Z.Y. est une fresque sur une famille nombreuse dans le Québec des années 1960-70. Bercé par Aznavour et Bowie, C.R.A.Z.Y. suit depuis sa naissance, un 25 décembre, le parcours de Zachary (Marc-André Grondin), qui découvre et tente d’assumer son homosexualité dans un milieu catholique et traditionaliste très réfractaire à l’homosexualité.

    Rappelons que c’est en entendant le scénariste François Boulay raconter sa jeunesse que Jean-Marc Vallée a pensé en faire un film. « Tout cela a commencé dans un chalet devant un feu avec des verres de vin» nous relatait François Boulay en 2006. «J’étais avec Jean-Marc et son ex, Chantal Cadieux, qui est ma meilleure amie. Je racontais des passages de ma vie de petit gars qui a grandi dans les années 1970 dans une famille de cinq gars, et qui essayait de prendre sa place en sachant qu’il était différent des autres.»

    On connaît la suite, le film a raflé 10 prix Génie et 13 prix Jutra (aujourd’hui appelés prix Iris), en plus d’être couronné meilleur long métrage canadien au Festival international du film de Toronto et se retrouvé en nomination pour les Oscars.

    En 2013, grâce à un autre projet à thématique queer, Jean-Marc Vallée s’est fait un nom aux quatre coins du globe. Il s’agit de Dallas Buyers Club, le film sur Ron Woodroof, soit le cow-boy homophobe et séropositif qui fonda le premier buyers club permettant aux Américain·es séropositifs·ves d’obtenir des médicaments antirétroviraux dans les années 80. Porté par Matthew McConaughey et Jared Leto, le film a été acclamé dans de nombreuses cérémonies et les performances du duo principal leur ont valu les Oscars du Meilleur acteur et Meilleur acteur secondaire en 2014.

    Le réalisateur avait obtenu récemment un Emmy pour son show sur la chaîne de télévision HBO Big Little Lies (Petits secrets, grands mensonges) et avait été salué également pour Sharp Objects.

    On lui doit également les succès Café de Flore (2012), The Young Victoria (2009), Wild (2014), Demolition (2015).

    Young Victoria, avec Emily Blunt, Rupert Friend, Paul Bettany, Miranda Richardson, Jim Broadbent, Thomas Kretschmann

    Café de Flore, avec Vanessa Paradis et Kevin Parent.
    Wild, avec Reese Witherspoon
    Demolition, avec Jake Gyllenhaal

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité