Samedi, 24 septembre 2022
• • •
    Publicité

    L’acteur grec Dimitris Lignadis comparaît pour viols sur 3 mineurs et 1 adulte

    Le procès de l’ancien directeur du Théâtre national de Grèce Dimitris Lignadis, accusé de viols sur trois mineurs et un jeune adulte, s’est ouvert jeudi 3 mars sous haute sécurité devant la cour d’assises d’Athènes.

    Cette affaire a secoué l’opinion publique grecque lors de sa révélation l’année dernière. Elle fait partie d’une vague de dénonciations d’agressions sexuelles en Grèce depuis que la championne olympique de voile Sofia Bekatorou a brisé le tabou en décembre 2020, déclenchant le mouvement #MeToo en Grèce.

    Dimitris Lignadis a été accusé de viols début 2021, lorsque les langues ont commencé à se délier dans les milieux du sport et du spectacle.

    Il encourt plus de dix années de prison.

    En détention provisoire depuis un an, le célèbre comédien grec, également professeur de théâtre à l’université, a été transféré de la prison de haute sécurité de Korydallos devant la cour d’assises dans le centre de la capitale grecque pour ce premier procès #MeToo dans le monde du spectacle grec.

    En raison des restrictions dues à la pandémie du Covid-19, le nombre des journalistes dans la salle d’audience est très limité.

    L’accusé avait démissionné du poste de directeur du Théâtre national d’Athènes en février 2021 après avoir été accusé de viols par trois jeunes hommes, mineurs au moment des faits, ainsi qu’un adulte qui dit avoir été drogué et violé dans son appartement où il avait invité le metteur en scène en décembre 2018.

    « Je refuse toutes les accusations », a indiqué l’accusé lors de l’ouverture du procès en présence des quatre victimes présumées.

    Parmi les trois mineurs au moment des faits, l’un des plaignants d’origine égyptienne accuse Lignadis de l’avoir violé, à l’âge de 17 ans, dans un appartement loué à Epidaure, où se trouve le célèbre théâtre antique du Péloponnèse,« tôt le matin du 26 juillet 2015 » alors qu’il «dormait», selon l’acte d’accusation.

    Un autre garçon d’origine ukrainienne dit avoir « toléré » des rapports sexuels avec l’accusé «pour pouvoir rester chez lui», après lui avoir demandé l’hospitalité à l’âge de 16 ans pour échapper à sa mère alcoolique et à son père violent.

    Enfin un jeune homme d’origine égyptienne, âgé aujourd’hui de 27 ans, dénonce les agressions sexuelles brutales de la part de l’artiste alors qu’il avait 16 ans.

    Ce procès s’ouvre alors qu’un entraîneur de voile est jugé simultanément à Athènes pour viol sur une enfant de 11 ans au sein de la fédération grecque de voile dans le cadre de la vague des révélations des affaires #MeToo.

    La rédaction avec l’AFP

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité