Jeudi, 13 juin 2024
• • •
    Publicité

    Le premier ministre luxembourgeois ouvertement gai Xavier Bettel dénonce la loi hongroise anti-LGBTQ+

    Le Premier ministre luxembourgeois ouvertement gai Xavier Bettel a dénoncé une loi hongroise controversée, appelant à « respecter » les droits des personnes LGBTQ+ lors d’une allocution mercredi au Parlement européen.

    Le Premier ministre a dénoncé une loi hongroise controversée, appelant à « respecter » les droits des personnes LGBTQ+ lors d’une allocution mercredi 19 avril au Parlement européen à Strasbourg.

    « Si quelqu’un dans cette assemblée pense qu’on devient homosexuel parce qu’on a regardé la télé, (…) écouté une chanson (…) il n’a rien compris », a déclaré Xavier Bettel devant les eurodéputé·es.

    La Hongrie de Viktor Orban a adopté en juin 2021 une loi interdisant « la représentation ou la promotion » de l’homosexualité et du changement de sexe auprès des mineurs.

    « Le plus dur pour un homosexuel, c’est de s’accepter soi-même », a aussi déclaré le Luxembourgeois, très investi dans la défense des droits des personnes LGBTQ+.

    « On ne demande pas de pitié, on ne demande pas de solidarité, on ne demande pas de la compassion, on demande juste du respect », a-t-il martelé.

    Evoquant les « jeunes gens (qui) se suicident parce qu’ils n’arrivent pas à communiquer sur leur propre homosexualité », il a affirmé que « les stigmatiser, leur dire que c’est de la faute de l’éducation, de la culture, de l’audiovisuel, c’est pour moi contraire à ce qu’est l’Union européenne, cette ouverture et tolérance ».

    « J’ai honte que certains collègues veulent gagner des voix sur le dos de minorités, ça a déjà commencé comme ça dans notre histoire », a-t-il mis en garde.

    La loi hongroise avait été dénoncée à son adoption par plusieurs dirigeants européens et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen l’avait qualifiée de « honte ». L’exécutif européen a ouvert une procédure d’infraction contre Budapest, puis saisi la Cour de justice de l’UE en décembre 2022.

    Quinze pays de l’UE, dont le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas, la France et l’Allemagne, se sont associés à ce recours de la Commission, qui est également soutenu par le Parlement européen.

    La Commission estime que cette loi viole notamment l’article 2 du Traité sur l’UE – portant en particulier sur le respect des droits humains et la non-discrimination – et la Charte des droits fondamentaux de l’UE.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité