Mercredi, 17 avril 2024
• • •
    Publicité

    La vengeance et l’oubli : Hamlet revisité par Olivier Kemeid

    La pièce de Shakespeare, La Tragique histoire d’Hamlet, prince de Danemark, plus connue sous le titre Hamlet, ne cesse d’interroger aussi bien les metteurs en scène que les universitaires, la pièce se prêtant à de nombreuses interprétations. Le personnage a inspiré un grand nombre d’écrivains ou encore de scénaristes, chacun prenant des libertés plus ou moins grandes avec l’œuvre de Shakespeare.

    Le directeur artistique du Théâtre de Quat’Sous, Olivier Kemeid a une affection particulière pour l’œuvre de Shakespeare, lui qui, avec Five Kings, avait proposé une réécriture des rois shakespeariens. Avec la vengeance et l’oubli, il offre sa propre lecture du drame d’Hamlet. Est-il besoin de résumer la pièce ? Hamlet, après la mort de son père, voit le spectre de ce dernier lui apparaître, qui lui dit que c’est son propre frère Claudius qui l’a assassiné, puis a épousé sa femme, Gertrude, mère de Hamlet. Décidé à venger son père, Hamlet simule la folie pour approcher son oncle et le tuer. La pièce de Shakespeare regorge de rebondissements, où chacun tente d’éliminer celui qui est soupçonné de vouloir le tuer.

    Et bien sûr, on se demande si Hamlet a bien vu le spectre de son père, si celui-ci a bien été tué par son frère. Tout comme se pose la question de savoir si la vengeance peut apporter la paix à Hamlet. L’oubli, comme le propose dans le titre de sa pièce Olivier Kemeid, n’est-il pas une alternative à la vengeance ? L’auteur et metteur en scène explore les relations complexes que peuvent entretenir un père et son fils, ou ce qui alimente tous les discours à saveur psychanalytiques : le fils doit-il tuer symboliquement son père pour advenir ?

    Olivier Kemeid s’appuie pour cela sur deux livres, soit l’ouvrage de Pierre Bayard, Enquête sur Hamlet, qui s’inspire d’une nouvelle d’un écrivain japonais, En marge d’Hamlet. Journal de Claudius. Pierre Bayard, professeur de lettres et psychanalyste, a tenté de percer le mystère de cette intrigue à la manière d’une enquête criminelle, privilégiant une approche psychologique et convoquant Freud, bien entendu. En somme, une variation sur un même thème qui traverse le théâtre, la littérature et les spécialistes, mais qui ouvre de nouvelles fenêtres de réflexion sur la difficulté des relations pères-fils.

    INFOS | La vengeance et l’oubli / Théâtre de Quat’Sous / 16 avril au 11 mai 2024
    Texte et mise en scène : Olivier Keimeid

    Une création du Théâtre de Quat’Sous et de Trois Tristes Tigres
    https://quatsous.com

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité